Rue de Rohan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

1er arrt
Rue de Rohan
Voir la photo.
La rue en juin 2021.
Voir la plaque.
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Palais-Royal
Début 172, rue de Rivoli
Fin 157, rue Saint-Honoré
Morphologie
Longueur 40 m
Largeur 22 m
Historique
Ancien nom Rue Marceau (1796-1814)
Géocodification
Ville de Paris 8288
DGI 8311
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Rohan
Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 1er arrondissement de Paris)
Rue de Rohan

La rue de Rohan est une voie du 1er arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue de Rohan est une voie publique située dans le 1er arrondissement de Paris. Elle débute au 172, rue de Rivoli et se termine au 157, rue Saint-Honoré. Au moment de sa création, à la fin du XVIIIe, elle commençait rue de Chartres-Saint-Honoré.

Le quartier est desservi par les lignes (M)(1)(7) à la station Palais Royal - Musée du Louvre et par les lignes de bus RATP 216972.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Louis-René de Rohan.

Elle porte le nom de Louis-René de Rohan (1734-1803), grand aumônier de France, administrateur de l'hôpital des Quinze-Vingts qui en décide le transfert dans le faubourg Saint-Antoine.

Historique[modifier | modifier le code]

Hippolyte Lecomte, Combat de la rue de Rohan le , musée Carnavalet.

La rue est ouverte par lettres patentes du , sous le nom de « rue de Rohan », à l'emplacement de l'hôpital des Quinze-Vingts. Longue de 136 m, elle est établie dans la continuité de la rue de Richelieu et relie la rue Saint-Honoré à la rue de Chartres-Saint-Honoré, créée par les mêmes lettres patentes[1].

De 1796 à 1814, elle est renommée « rue Marceau » en l'honneur du général François Séverin Marceau[1].

À l'origine, la rue ne faisait que 7,8 m de large. Sa largeur est portée à 10 m par une décision ministérielle du 3 messidor an IX (). Une majorité des bâtiments du côté ouest de la rue sont démolis pour permettre le prolongement de la rue de Rivoli et la formation de la place du Carrousel[1].

La rue est le théâtre de durs combats le lors des Trois Glorieuses (soulèvement populaire parisien contre Charles X, les 27, 28 et ). Cet événement a été illustré par le peintre Hippolyte Lecomte (Combat de la rue de Rohan le ).

Le général de Lamoricière y a échappé à un attentat, le .

Le , le président de la République Émile Loubet et le roi d'Espagne Alphonse XIII, alors en visite officielle à Paris, sortent indemnes d'un attentat à la bombe à main visant leur cortège, alors que celui-ci se trouvait à l'angle de la rue de Rohan et de la rue de Rivoli[2].

La partie entre la rue de Chartres-Saint-Honoré et la rue de Rivoli est supprimée lors de l’achèvement du palais du Louvre.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 594-595 [lire en ligne].
  2. « L'attentat contre le roi d'Espagne », Le Petit Parisien, no 10444,‎ (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]