Rue Hallé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

14e arrt
Rue Hallé
image illustrative de l’article Rue Hallé
Ensemble de maisons de ville de la rue Hallé au niveau de la rue d'Alembert.
Situation
Arrondissement 14e
Quartier Petit-Montrouge
Début 40, rue de la Tombe-Issoire
Fin 10, rue du Commandeur
Morphologie
Longueur 465 m
Largeur 10 m
Historique
Dénomination
Ancien nom Avenue de la Santé
Rue Neuve-Saint-Jacques
Avenue du Capitaine
Géocodification
Ville de Paris 4409
DGI 4458

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Hallé
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Hallé est une voie située dans le quartier du Petit-Montrouge du 14e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Hallé est desservie à proximité par la ligne (M)(4) à la station Mouton-Duvernet, ainsi que par les lignes (M)(4)(6) à la station Denfert-Rochereau et par les lignes de bus RATP 28 38 68.

Odonymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la rue est celui de Jean-Noël Hallé, promoteur de la vaccination et premier médecin de Napoléon Ier[1].

La rue est unifiée en 1865, cinq ans après l'annexion du Petit-Montouge par la capitale et prend le nom du médecin Jean Noël Hallé (1754-1822), en raison de la proximité de l'hôpital Sainte-Anne[2].

Historique[modifier | modifier le code]

La rue fait partie du village d'Orléans, quartier d’Orléans ou quartier de la Commanderie, créé aux cours des années 1830 par Léopold Javal par lotissement de terrains au sud de l’hospice de la Rochefoucauld (actuel hôpital La Rochefoucauld) entre la route d’Orléans et la rue de la Tombe-Issoire, situés sur le territoire de la commune de Montrouge annexée à Paris en 1860[3].

La rue figure sous la dénomination de « rue de la Santé » sur le plan d'Andriveau-Goujon de 1846. Ce nom est dû à la proximité de l'hospice La Rochefoucauld (actuel hôpital La Rochefoucauld) ou maison de Santé.

Cette rue résulte, par un décret du 2 octobre 1865, de la fusion sous sa dénomination actuelle des 3 rues de l'ancienne commune de Montrouge[4] :

  1. entre les rues de la Tombe-Issoire et Du Couédic ; de l'« avenue de la Santé » ;
  2. entre les rues Du Couédic et Rémy-Dumoncel ; de la « rue Neuve-Saint-Jacques » ;
  3. entre les rues Rémy-Dumoncel et la du Commandeur ; de l'« avenue du Capitaine ».

La rue est classée dans la voirie parisienne par un décret du 23 mai 1863 entre les rues de la Tombe-Issoire et Rémy-Dumoncel et par un arrêté du 7 février 1933, entre les rues Rémy-Dumoncel et du Commandeur.

La partie est-ouest de la rue est parcourue en sous-sol par une galerie d'inspection des carrières, qui porte le même odonyme, et qui fut en partie remblayée par l'Inspection générale des carrières au XXe siècle pour isoler définitivement les catacombes de Paris du reste du Grand réseau sud.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rue Hallé », Nomenclature officielle des rues de Paris, www.v2asp.paris.fr.
  2. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 620.
  3. « La Commanderie, un quartier tranquille », sur lavoixdu14e.blogspirit.com, (consulté le 20 juin 2018).
  4. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. ???.