Route de pierre sèche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Route de la pierre sèche ou Ruta de pedra en sec, en calatan, désigne le sentier de grande randonnée 221 (GR 221), à Majorque, en Espagne.

Il relie la région d'Andratx au nord-ouest de cette île, à Pollença, au nord-est, parcourant ainsi la Serra de Tramuntana, massif montagneux de la côte nord, caractéristique de cette île et inscrite au patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO.

Il existe un autre GR 221 en France. Une route de pierre sèche, déclinable en 25 Variantes existe également en Provence[1],[2], illustrant le caractère authentiquement méditerranéen de cette technique de construction.

Parcours[modifier | modifier le code]

Le tracé du chemin balisé s'étend sur une distance de 149,5 km[3]. Il peut être prolongé en partant jusqu'à Port d'Andratx, à l'ouest et Port de Pollença, à l'est, voire, le cap de Formentor. Hormis les parties balisées, le parcours s'étend même sur près de trois cents kilomètres[4].

Il traverse les villages ou les sites de :

À fin 2015, set refuges sont en activité : de Coma d'en Vidal, près de Estellencs, de Can Boi, près de Deia, de Muleta près du Port de Soller, du Castell d'Alaro, de Tossals Verds, de Son Amer, près du Monastère de Lluc et de Pont Romà, près de Pollença[5].

Le Consell de Mallorca entretient et balise le chemin.

Points remarquables[modifier | modifier le code]

Décidé en 1996 et débuté en 2013, ce sentier est le premier sentier de grande randonnée de Majorque[6]. Il englobe d'anciens chemins, tour à tour paysans, romains, muletiers ou de pèlerinage. Il présente l'incontestable et vivant visage rural, pastoral et montagneux de cette île.

La route de pierre sèche tient son nom d'ouvrages majorquins typiques, notamment de murs de séparation de propriétés ou de fermes, appelées possessions, de puits ou encore de maisons de neige (destinées à conserver la neige), tous réalisés sans enduit ni ciment[7].

Elle croise des sites notables de Majorque et s'élève jusqu'à près de mille mètres d'altitude, au Col de ses Cases de Neu (Voltes d'en Galileu), dans les environs du Monastère de Lluc[8]. Près de ce même endroit, le G 221 croise le GR 222, l'autre sentier de grande randonnées présent dans l'île qui mène d'Artà au Monastère de Lluc.

Le chemin permet de découvrir des points d'intérêts tels que :

Le parcours peut être agrémenté d'une douzaine de variantes[9], qui sont autant de détours par d'autres points notables : le Galatzo, l'un des plus hauts sommets de Majorque, accessible à pieds, Calvia, le Château d'Alaro.

La randonnée, ou le trek, sont praticables toute l'année. Les conditions météorologiques peuvent en compliquer la réalisation. Les mois de mai à juin, avec celui d'octobre, sont les meilleurs pour découvrir ou fréquenter ce chemin[10]. La chaleur de juillet et d'août peut rendre le parcours plus difficile, outre l'afflux touristique concentré sur les côtes, à cette même période de l'année. Il en va de même pour les orages de septembre, des pluies de novembre, de mars et d'avril, ainsi que pour les neiges de décembre, janvier et février[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie et travaux universitaires[modifier | modifier le code]

  • GR 221 Miquel Rayó, Joan Sastre, Vincenç Sastre, Sebastià Torrens, GR 221 Ruta de Pedra en Sec – Serra de Tramuntana, chez Triangle Postals, 2008 (ISBN 978-84-8478-354-1)[1]
  • ALCARAZ, F. (1999): Les terrasses méditerranéennes, entre terroirs et paysages (Nord-Ouest du Bassin Méditerranéen). Thèse de Doctorat de Géographie. Université de Toulouse-Le Mirail. 2 volumes, 659 p.
  • (2000): “Cartographie des espaces en terrasses dans la Serra de Tramuntana, Majorque, Baléare “ Regards Croisés. Actes du VI Congrés International sur la Pierre Sèche. Brignoles-Var : A.S.E.R. du Centre-Var. p. 75-82.
  • (2000): “Fonctionnement hydraulique des champs en terrasses de la Serra de Tramuntana–Majorque, Baléares“ Pierre Sèche: Regards Croisés. Actes du VI Congrés International sur la Pierre Sèche. Brignoles-Var : A.S.E.R. du Centre-Var. p. 83-86.
  • AMBROISE, R.; FRAPA, P.; GIORGIS, S. (1989): Paysages de terrasses. Ed. Édisud. Aixen-Provence. 176 p.
  • PROVANSAL, M. (1990): Les terrasses de culture méditerranéennes. Méditerranée, T. 71, no 3-4, Actes du séminaire du 03/02/1990 à Aix-en Provence. 94 p.
  • Carte topographique Kompass no 230, au 1/75000e

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]