Roussette noire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pteropus niger

La roussette noire (Pteropus niger, Kerr, 1792) est une espèce de renard volant endémique des Mascareignes, un archipel du sud-ouest de l'océan Indien. Elle était considérée comme disparue sur l'île de La Réunion jusqu'à ce que quelques spécimens provenant sans doute de l'île Maurice voisine ne soient observés dans les Hauts de l'Est à compter de [1]. La roussette noire est sur la liste rouge des espèces menacées[2] par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Son statut a été révisé pour la dernière fois en 2018.

Morphologie[modifier | modifier le code]

La roussette noire est une chauve-souris de grande taille, présentant une envergure d'environ un mètre[1]. Son corps mesure environ 23 cm et sa tête 7 cm.

Écologie[modifier | modifier le code]

Les roussettes noires cohabitent au sein de grands groupes actifs au crépuscule et à l'aube. Leur régime alimentaire est composé de fruits et de nectar, ce qui en fait d'importants agents de la dispersion des graines et de la pollinisation[3].

Reproduction[modifier | modifier le code]

L'accouplement a lieu en mai et les naissances surviennent en octobre, les petits atteignant l'âge adulte en juin suivant. Le temps de gestation est de 150 jours.

Répartition[modifier | modifier le code]

Les roussettes sont présentes dans toutes les îles du sud-ouest de l'océan Indien, mais ce ne sont pas les mêmes espèces que l'on rencontre dans chacune d'elles[1]. Les roussettes noires, en particulier, étaient autrefois très communes dans les Mascareignes, mais elles disparurent d'abord à La Réunion entre 1772 et 1801 après avoir été chassés pour leur viande et leur graisse.

À Rodrigues, où elles ont également disparu, leur présence n'est attestée que par des restes subfossiles. Aussi, l'espèce a longtemps été considérée comme endémique de l'île Maurice, où l'habitat des roussettes noires se limite aux forêts des parcs nationaux de Black River Gorges, parc naturel de Combo et Bel Ombre, ainsi qu'à quelques plantations de fruits, où leur présence peut entrer en conflit avec l'activité agricole.

Elles y ont également sévèrement souffert de la chasse, mais aussi de la déforestation. En 1974, mille specimens étaient abattues chaque année. En outre, un cyclone tropical a dévasté la population, qui s'est ensuite lentement reconstituée jusqu'à atteindre un chiffre estimé à 20 000 individus en 2006. Cette population est considérée comme stable par l'UICN bien qu'en septembre 2006 le gouvernement ait décidé de mettre en place une régulation stricte qui pourrait menacer l'espèce[4].

En 2015, le gouvernement Mauricien, projette une campagne d'extermination visant à l'abattage de 18 000 roussettes[5].

Roussette noire électrocutée, comme tant d'autres, dans le parc national de Black River Gorges, île Maurice.

Habitat[modifier | modifier le code]

Tous les juchoirs connus des roussettes noires, se trouvent dans des forêts. Certains arbres sont favorisés, comme les Eucalyptus spp, le Tabebuia pallida, les Araucaria spp, l'Albizia lebbek et les Labourdonnaisia spp. Ces juchoirs leur permettent de se reposer pendant la journée, la nuit les roussettes noires parcourent de longues distances pour se nourrir[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • « Note sur les chiroptères de l'île de la Réunion (Océan Indien) », François Moutou, Mammalia, 1982, n°46(1), pp. 35-51.