Albizia lebbeck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Albizia lebbeck (hindi : शिरीष sirīs), ou bois noir des Bas est une espèce d'arbre de la famille des Fabaceae, originaire des régions tropicales du sud de l'Asie et largement cultivée et naturalisée dans d'autres régions tropicales et subtropicales.

Description[modifier | modifier le code]

Aspect général[modifier | modifier le code]

Albizia lebbeck est un arbre qui atteint 18 à 30 m de haut avec un tronc de 50 cm à 1 m de diamètre. Son bois, très foncé et dense, est recherché pour la tournerie[1].

Feuilles[modifier | modifier le code]

Les feuilles sont caduques. Elles sont bipennées, de 7,5 à 15 cm de long, avec de une à quatre paires de pennes, chaque penne ayant 6 à 18 folioles.

Fleurs[modifier | modifier le code]

Les fleurs sont blanches, crème ou jaune pâle verdâtre, en aigrettes, avec de nombreuses étamines de 2,5 à 3,8 cm de long. Les fleurs sont mellifères, très parfumées mais allergènes[1],[2].

Fruits[modifier | modifier le code]

Les fruits sont des gousses couleur paille de 15 à 30 cm de long et de 2,5 à 5,0 cm de large, contenant six à douze graines. Ils bruissent au vent[2],[3]. Les graines sont essentiellement dispersées par zoochorie, les sucs digestifs du bétail les scarifiant[2].

Caractère envahissant[modifier | modifier le code]

L'espèce peut avoir un caractère envahissant. C'est le cas notamment en Nouvelle-Calédonie[4], où elle a été introduite comme arbre d'ombrage dans les caféières[1],[2].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

L'histoire taxonomique de A. lebbeck est quelque peu alambiquée. Il a été initialement décrit par Carl von Linné comme Mimosa lebbeck. George Bentham a placé l'espèce dans son genre actuel mais d'autres auteurs croyant que la plante décrite par Linné était Albizia kalkora décrit par Prain (basé sur le Mimosa kalkora de William Roxburgh) ont appelé à tort cette espèce Albizia lebbeck. En plus, Francisco Manuel Blanco a utilisé Mimosa lebbeck pour Albizia retusa ssp. retusa. En outre, l'épithète spécifique est parfois orthographié à tort lebbek[5].

Les synonymes juniors sont[6] :

  • Acacia lebbeck (L.) Willd.
  • Acacia macrophylla Bunge
  • Acacia speciosa (Jacq.) Willd.
  • Albizia latifolia B.Boivin
  • Albizia lebbeck (L.) Benth. var. leucoxylon Hassk.
  • Albizia lebbeck (L.) Benth. var. pubescens Haines
  • Albizia lebbeck (L.) Benth. var. rostrata Haines
  • Albizia rostrata Miq. ou Archidendron globosum.
  • Feuilleea lebbeck (L.) Kuntze
  • Inga borbonica Hassk.
  • Inga leucoxylon Hassk.
  • Mimosa lebbeck L.
  • Mimosa lebbek L. (orth.var.)
  • Mimosa sirissa Roxb.
  • Mimosa speciosa Jacq.
  • Mimosa speciosa Thunb. ou Albizia julibrissin.
  • Pithecellobium splitgerberianum Miq.

Il existe aussi un genre appelé Lebeckia, en référence à Lebbeck. Il n'est cependant pas associé étroitement à A. lebeck mais est membre de la sous-famille des Faboideae.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Étant l'une des espèces d'Albizia les plus répandues et communes dans le monde entier, il est souvent appelé simplement « Siris » bien que ce nom puisse renvoyer à n'importe quelle espèce localement commune du genre[7]. En ourdou, il est appelé « Saras سرس » et dans le Pendjab pakistanais son nom est « sareenh سرینھ ».

Aux Antilles, du fait du bruissement que produisent les gousses agitées par le vent, il est dénommé «Langue de vieilles femmes»[8].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Au Pendjab, il est utilisé pour la gestion environnementale, le fourrage, les médicaments et le bois[réf. souhaitée]. Il est cultivé comme arbre d'ombrage en Amérique du Nord et du Sud[6]. En Inde et au Pakistan, l'arbre est utilisé pour son bois qui a une densité de 0,55 à 0,66, ou parfois plus[9].

Même là où il n'est pas indigène, certains herbivores indigènes sont susceptibles de l'utiliser comme ressource alimentaire. Par exemple, le Nandou d'Amérique (Rhea americana) a été vu s'en nourrissant dans le cerrado brésilien[10].

Médecine[modifier | modifier le code]

En médecine traditionnelle locale, il est considéré comme ayant des propriétés astringentes. Suivant les endroits, il peut être utilisé par certaines cultures pour traiter les furoncles, la toux, les conjonctivites, la grippe, les gingivites, les tumeurs abdominales[11]. Il aurait également des propriétés psychoactives[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Albizia lebbeck » (voir la liste des auteurs).
  1. a b et c Bernard Suprin, Mille et une plantes en Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Editions Photosynthèse, , 382 p. (ISBN 9782952731638), p. 108.
  2. a b c et d Bernard Suprin, De fleur en fleur, guide des plantes mellifères en Nouvelle-Calédonie., Nouméa, Editions Photosyntèse, , 528 p., p. 102
  3. Ali (1973).
  4. Vanessa Hequet, Mickaël Le Corre, Frédéric Rigault, Vincent Blanfort, LES ESPÈCES EXOTIQUES ENVAHISSANTES DE NOUVELLE-CALÉDONIE, IRD, Institut de Recherche pour le Développement, , 87 p. (lire en ligne), p. 17.
  5. USDA (1994), ILDIS (2005).
  6. a et b ILDIS (2005).
  7. USDA (1994).
  8. Servanne Chauchix et Hector Poullet, Graines des Antilles, coll. « PLB Editions », , 128 p. (ISBN 978-2-35365-008-8), p. 60.
  9. Brown (1997).
  10. Schetini de Azevedo et al. (2006).
  11. Lowry et al.(1994).
  12. Rätsch (2004).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • S.I. Ali, (1973): Albizia lebbeck (L.) Benth.. In: Flora of Pakistan (Vol. 36: Mimosaceae). University of Karachi, Karachi. HTML fulltext
  • Sandra Brown (1997): Appendix 1 - List of wood densities for tree species from tropical America, Africa, and Asia. In: Estimating Biomass and Biomass Change of Tropical Forests: a Primer. FAO Forestry Papers 134. (ISBN 92-5-103955-0) HTML fulltext
  • James A. Duke, (2008): Dr Duke's Phytochemical and Ethnobotanical Databases - Albizia lebbeck. Retrieved 2008-FEB-23.
  • International Legume Database & Information Service (ILDIS) (2005): Albizia lebbeck (L.) Benth.. Version 10.01, November 2005. Retrieved 2008-MAR-30.
  • J.B. Lowry; J.H. Prinsen & D.M. Burrows, (1994): 2.5 Albizia lebbeck - a Promising Forage Tree for Semiarid Regions. In : Ross C. Gutteridge, & H. Max Shelton: Forage Tree Legumes in Tropical Agriculture. CAB Intemational. HTML fulltext
  • Christian Rätsch (2004): Enzyklopädie der psychoaktiven Pflanzen, Botanik, Ethnopharmakologie und Anwendungen (7th ed.). AT Verlag. (ISBN 3-85502-570-3)
  • Cristiano Schetini de Azevedo; Herlandes Penha Tinoco; João Bosco Ferraz & Robert John Young, (2006): The fishing rhea: a new food item in the diet of wild greater rheas (Rhea americana, Rheidae, Aves). Revista Brasileira de Ornitologia 14(3): 285-287 [English with Portuguese abstract]. PDF fulltext
  • United States Department of Agriculture (USDA)(1994): Germplasm Resources Information Network - Albizia lebbeck (L.) Benth.. Version of 1994-AUG-23. Retrieved 2008-MAR-30.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :