Roulier (navire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Roulier_(navire)

Le City of Hamburg, un roulier utilisé pour transporter des composants d’Airbus A380.
Le Grand Pace à Rotterdam
Le Tamesis à Hambourg
Le porte-conteneurs/roulier Coral Islander II approchant le port de Papeete, Tahiti
Roulier en mer

Un roulier est un navire spécialisé pour le transport de voitures et d'autres véhicules montant à bord grâce à une ou plusieurs rampes d'accès. On les dénomme aussi ro-ro, de l'anglais roll-on/roll-off signifiant littéralement « rentrer en roulant, sortir en roulant», pour faire la distinction avec les navires de charge habituels où les produits sont chargés à la verticale par des grues. Ils sont surtout utilisés sur les routes Europe - Asie - États-Unis, pour le transport de voitures neuves. Il en existe plusieurs types, selon qu'ils transportent ou non des passagers, des conteneurs sur le pont ou d'autres marchandises.

Historique[modifier | modifier le code]

Depuis le début des années 1970, les importations et exportations de véhicules ont très fortement progressé et de nouveaux types de navire capables de transporter ces véhicules sont apparus. En 1973, la compagnie maritime japonaise K Line construisit le European Highway, le premier pur transporteur de voitures qui pouvait embarquer 4 200 automobiles.

Aujourd'hui, les transporteurs de voitures et leurs proches cousins, les transporteurs mixtes voitures/camions sont devenus une classe à part de navires. On les distingue facilement par leur structures hautes, très carrées et entièrement fermées, sorte de grosse boîte d'acier couvrant toute la longueur, la largeur et la hauteur de la coque provoquant un fardage important, et munie de grosses rampes repliables à l'arrière et/ou sur le côté du navire.

Description[modifier | modifier le code]

L'appellation ro-ro fait référence avant tout à la technique de manutention : on charge et décharge les colis en les faisant rouler depuis la rampe roulière portuaire (quand elle existe) jusqu'à la rampe mobile du navire, ce qui permet ainsi de conduire tout ce qui est roulant dans le garage du navire ou de l'en évacuer dans l'autre sens. Le ro-ro est particulièrement adapté au transport de camions, de semi-remorques, voire de tracteurs, pelleteuses, etc. Il est également adapté au transport de conteneurs ou de caisses mobiles acheminés dans le garage du navire au moyen de chariots à fourche ou de remorques esclaves (plus familièrement appelés mafis du nom de la société allemande qui les a conçues). Parfois le pont garage est également équipé de voies de chemin de fer permettant le chargement de wagons de trains, comme pour le passage du détroit de Messine[1]. Ce type de roulier est appelé traversier-rail en Français québécois.

Enfin, on peut aussi transformer en ro-ro ce qui relève habituellement du cargo polyvalent, c'est-à-dire des marchandises diverses (cartons, fûts, palettes, caisses). Celles-ci sont chargées sur les mafis qui feront donc le voyage de port à port mais ne sont pas autorisées à quitter ces derniers (les roues à faible diamètre ne sont pas autorisées à la circulation routière), d'où leur nom de « remorques esclaves ».

Le ro-ro s'oppose à la technique du lo-lo (lift on/lift off) qui recourt au chargement vertical et est utilisée plus traditionnellement sur les navires équipés de grues ou sur les porte-conteneurs. Certains navires combinent les deux techniques et sont appelés conro.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les transporteurs de véhicules mixtes voitures/camions ont certains ponts mobiles, permettant d'adapter une hauteur différente entre les ponts, suivant la hauteur des véhicules transportés. Ainsi, un navire de 6 500 unités voitures peut avoir trois de ses douze ponts, dont la hauteur peut varier de 1,7 mètre (hauteur standard des berlines) à 3,7 mètres, pour embarquer des camions, mais supprimant alors l'usage d'un des ponts.

En 2020, il y avait environ 1 400 navires de ce type en service dans le monde[2]. La capacité des grands navires transporteurs de véhicules actuels utilisés en trafic transcontinental peut atteindre 8 500 voitures [3]. Une grande partie de cette flotte dépasse les 200 mètres de long et les 30 mètres de large.

Le chargement et le déchargement de ce type de navire nécessitent beaucoup de personnel, chaque véhicule étant conduit à l'intérieur et à l'extérieur du navire par des chauffeurs. Le navire dispose de ses propres rampes mobiles pour l'accès et la sortie des véhicules, lui permettant de charger et décharger les véhicules latéralement sur un quai standard. Mais, désormais certains grands ports disposent de terminaux spécifiques pour ce genre de navire, permettant des opérations portuaires plus rapides.

Architecture[modifier | modifier le code]

Chargement de conteneurs à l'intérieur d'un roulier

Le ro-ro est aménagé en garage dont les différents niveaux sont accessibles au moyen de rampes tournantes ou de systèmes d'ascenseur vertical. La rampe est située généralement à l'arrière et vient s'adosser au quai ou à la rampe roulière du port pour les manœuvres d'accostage. Elle est repliée en fin d'opération et lorsque le navire s'apprête à appareiller. Le tirant d'eau du navire roulier est relativement faible, ce qui ne lui confère pas une grande stabilité et limite les possibilités d'utilisation transocéanique. Ce navire a un fardage important. En revanche il est particulièrement adapté au trafic de cabotage, sur de courtes distances (transmanche, transméditerranée) comme les liaisons France métropolitaine - Corse ou Maghreb, ou la traversée du détroit de Gibraltar. Ce type de navire est sujet au phénomène de surenfoncement.

Matériel de saisissage d'un ro-ro

Le garage est équipé de dispositifs permettant le saisissage et la fixation des camions et autres engins roulants. Comme dans tous les navires modernes, le château est rejeté à l'arrière. Il peut être ou non pourvu de moyens propres de manutention (grues, mâts de charge). Les cadences de chargement et de déchargement sont limitées à quelques heures, ce qui est très appréciable quand on sait que le navire rapporte lorsqu'il est en mer (recettes) et qu'il est uniquement un centre de coûts au port.

Le ro-ro est également un vecteur essentiel de l'intermodalité dans le transport puisqu'il permet d'embarquer des contenants (conteneurs, caisses mobiles, camions) sans toucher au contenu, c'est-à-dire la marchandise. Il n'y a ainsi pas de rupture de charge.

L'unité utilisée pour l'appréciation de la capacité du ro-ro est exprimée en termes de mètres linéaires (mètre au sol) ou de trailers (équivalent remorque) sachant que, contrairement au porte-conteneurs qui peut gerber les conteneurs sur plusieurs hauteurs (une dizaine), la remorque positionnée dans un ro-ro ne peut être gerbée.

Les procédures de sécurité des navires rouliers ont été améliorées à la suite du naufrage du Herald of Free Enterprise le et au procès qui s'ensuivit à Douvres. À cette époque, le poste de commandement ne disposait pas de témoins de fermeture des portes basculantes.

Principaux armements[modifier | modifier le code]

Les principales compagnies maritimes à exploiter des transporteurs de véhicules sont :

Le Hual Transporter, construit en 1999, ici quittant Hambourg en mars 2004

Accidents[modifier | modifier le code]

Le , à 2 heures du matin et par fort brouillard, le Tricolor, transporteur de véhicules de la compagnie norvégienne Wallenius, d'une taille de 190 sur 42 mètres et transportant 2 862 voitures de luxe et 77 engins de chantier se couche sur un haut-fond dans le pas de Calais à 30 km au large de Dunkerque, après avoir été abordé par un porte-conteneurs. Le navire avait chargé des BMW, des Volvo et des Saab à Zeebruges en Belgique et se rendait à Southampton en Grande-Bretagne où il devait charger d'autres véhicules avant de partir pour les États-Unis. Le navire (valeur estimée 40 millions d'euros) et la cargaison (49 millions d'euros) ont été renfloués à grand frais, car l'épave provoquait d'importantes gênes à la navigation, en étant presque totalement irrécupérables.

Un accident semblable a causé la perte du Baltic Ace le . Il est entré en collision avec le porte-conteneurs Corvus J à hauteur de Goeree-Overflakkee à 65 km de la côte de Zélande. Le Baltic Ace a coulé rapidement après la collision. L'endroit où s'est produite la collision est une importante voie de navigation maritime en mer du Nord au large du port de Rotterdam.

Le , le navire italien Grande America, un roulier mixte transportant des véhicules et des conteneurs, dont certains chargés de produits toxiques, sombres après deux jours d'incendie à environ 333 km à l'ouest du Finistère[4].

Types de rouliers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Italie
  2. « Fret Maritime : transport par navire roulier (RoRo) », sur qualitairsea.com (consulté le )
  3. (en) « Höegh Trigger – Vessel particulars », sur hoeghautoliners.com (consulté le )
  4. Guerric Poncet, « En feu au large de la Bretagne, le porte-conteneurs « Grande America » a coulé », sur Le Point, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]