Rollins Band

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rollins Band
Description de cette image, également commentée ci-après

Rollins Band en 2007.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Metal alternatif, post-hardcore, hard rock, funk metal[1],[2]
Années actives 19871997, 19992003, 2006
Labels 2.13.61, Sanctuary Records, Buddah Records, DreamWorks Records, Imago, Texas Hotel Records
Site officiel 21361.com
Composition du groupe
Anciens membres Henry Rollins
Chris Haskett
Sim Cain
Theo Van Rock
Andrew Weiss
Melvin Gibbs
Jim Wilson
Marcus Blake
Jason Mackenroth

Rollins Band est un groupe de rock américain, originaire de Van Nuys, en Californie. Il est formé en 1987 par Henry Rollins. Avant la fin de l'année, Rollins Band enregistrent leur premier album Life Time (produit par Ian MacKaye de Fugazi), suivront Do It (1988), Hard Volume (1989) et Turned On (1990). En 2006, Henry Rollins reforme le groupe avec Chris Haskett, Sim Cain et Melvin Gibbs le temps de quelques dates. Rollins révèle à Alan Sculley du Daily Herald que cette réunion avec Haskett, Gibbs et Cain ne pourra se faire sur le long terme, à moins que le groupe ne décide d'écrire de nouvelles chansons.

Biographie[modifier | modifier le code]

Précurseurs (1980–1986)[modifier | modifier le code]

Avant la formation officielle du groupe, Henry Rollins avait enregistré avec Mick Green à la batterie, Bernie Wandel à la basse et Chris Haskett à la guitare l'album Hot Animal Machine (présenté comme un album solo de Rollins) et le maxi Drive by Shooting (où les quatre comparses se présentent comme les Henrieta Collins and the Wifebeating Childhaters). Les sonorités des deux albums demeuraient assez semblables à celles de l'ex-groupe punk dont Rollins était le chanteur, le fameux Black Flag, avec des pointes de heavy metal et de jazz. L'EP Drive by Shooting flirtant avec la dérision.

Si Haskett demeure dans le projet, Mick Green et Bernie Wandel sont remplacés le printemps de la même année par Sim Cain et Andrew Weiss, pour former Rollins Band et partir en tournée aux États-Unis et en Europe, ils recruteront au cours de cette tournée leur ingénieur son et cinquième membre Theo Van Rock.

Première édition (1987–1994)[modifier | modifier le code]

Avant la fin de l'année, Rollins Band enregistrent leur premier album Life Time (produit par Ian MacKaye de Fugazi), suivront Do It (1988), Hard Volume (1989) et Turned On (1990). Ils sont invités à la première édition du festival Lollapalooza en 1991.

En 1992, ils sortent The End of Silence, un album qui connaît des ventes honorables et dont deux morceaux sont même diffusés par MTV (Low Self Opinion et Tearing). L'album présente des influences jazz fusion. Ils tournent en première partie de la tournée européenne de Red Hot Chili Peppers avant un passage au Dynamo Open Air et au Festival de Reading. Après la tournée, Weiss (impliqué dans d'autres projets et prenant une autre direction musicale) est remplacé par le bassiste jazz et funk Melvin Gibbs sur recommandation du guitariste Vernon Reid (Gibbs refusera l'offre au tout début pour finalement l'accepter).

En 1994 le groupe connaît enfin la notoriété avec l'album Weight, dont le fameux clip Liar passera en boucle sur MTV. Cette même année le groupe apparaît sur la bande originale du film The Crow avec le titre Ghostrider et sur la bande originale du film Demon Knight avec la pièce Fall Guy. Le groupe se produit au Woodstock '94.

Deuxième et troisième éditions (1994–2005)[modifier | modifier le code]

En 1997, ils sortent Come In and Burn au label DreamWorks Records. L'album est mal accueilli par la presse spécialisée. La même année Henry Rollins congédie les membres du groupe et les remplace par ceux du groupe Mother Superior pour sortir Get Some Go Again en 2000, Nice en 2001, un album live intitulé The Only Way to Know for Sure et enfin Rise Above: 24 Black Flag Songs to Benefit the West Memphis Three en 2004.

Quatrième édition (2006)[modifier | modifier le code]

En 2006, Henry Rollins reforme le groupe avec Chris Haskett, Sim Cain et Melvin Gibbs le temps de quelques dates[3]. Sur henryrollins.com, Rollins révèle : « On a répété dedans et en dehors pendant quelques mois, et on se remet doucement ensemble... Ca fait du bien de jouer à nouveau avec ces gars depuis tant d'années[4]. » Le groupe ouvre quelques concerts pour X, et joue au Henry Rollins Show le 12 août 2006[5].

Pause indéfinie (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

Rollins révèle à Alan Sculley du Daily Herald que cette réunion avec Haskett, Gibbs et Cain ne pourra se faire sur le long terme, à moins que le groupe ne décide d'écrire de nouvelles chansons : « Je ne vais pas tourner autour du pot. Je n'ai pas envie de sortir de nouvel album en Amérique, sauf si c'est un album qui le vaut bien. Autrement, ça manquera de légitimité... Miles Davis ne voudrait jamais faire ça. Et j'ai pas envie de sortir un best-of[6]... »

En 2014, Rollins admet ne pas vouloir rééditer d'anciennes chansons – « Pour moi, c'est comme se considérer comme un guerrier et entrer dans un combat perdu d'avance. Je ne vois pas l'intérêt de faire les mêmes trucs. Si c'est ce que veulent les autres, c'est leur problème. Pour ma part, je dois aller de l'avant. La vie est trop courte pour vivre dans le passé. Il y a encore beaucoup à faire[7]. »

L'ancien membre du groupe Jason Mackenroth meurt le 3 janvier 2016, dans le Nevada d'un cancer de la prostate[8].

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

Rollins Band est catégorisé de metal alternatif, hard rock, funk metal, et post-hardcore[1],[2],[9],[10]. Des albums tels que Weight sont inspirés par le jazz[11],[12]. Ils font partie de la scène metal alternatif des années 1990 à Los Angeles, aux côtés de Tool, Jane's Addiction, Rage Against the Machine et Green Jellÿ[9]. Ils s'inspirent de groupes de rock et metal des années 1970 comme Black Sabbath, The Velvet Underground, Pink Fairies et Thin Lizzy[1]. Le style vocal de Rollins s'inspire de groupes de nu metal et alternatif comme Coal Chamber, Korn, Chevelle, Godsmack et System of a Down[1]. Les chansons de Rollins Band, Tearing et Shine, sont reprises par Pearl Jam[13].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Andrew Weiss – basse (1987–1992)
  • Jim Wilson – guitare, piano (1999–2003)
  • Marcus Blake – basse (1999–2003)
  • Jason Mackenroth – batterie, percussions, saxophone (1999–2003)
  • Theo Van Rock – ingénierie sonore

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1988 : Life Time
  • 1989 : Hard Volume
  • 1992 : The End of Silence
  • 1994 : Weight
  • 1997 : Come In and Burn
  • 2000 : Get Some Go Again
  • 2002 : Nice

Albums live[modifier | modifier le code]

  • 1988 : Do It
  • 1990 : Turned On
  • 1993 : Electro Convulsive Therapy
  • 1999 : Insert Band Here: Live in Australia 1990
  • 2000 : A Clockwork Orange Stage
  • 2002 : The Only Way to Know for Sure

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Rollins Band | Biography, Albums, & Streaming Radio », AllMusic (consulté le 6 janvier 2016).
  2. a et b (en) Bradley, Stephen, « Concert review: Kevin Seconds », The Washington Times Communities – Riffs,‎ (consulté le 27 octobre 2011), [...] Where most punks from the '80s hardcore scene made the transition into hard rock or post hardcore outfits like Rollins Band and Fugazi, it still seems natural that he would make the jump into the acoustic side of things. [...]
  3. (en) « Rollins Band returns », sur Punknews.org,‎ (consulté le 26 octobre 2016).
  4. (en) « Dispatch Archives » (version du 17 février 2009 sur l'Internet Archive).
  5. (en) « Rollins Band - Henry Rollins Show » (version du 7 juin 2011 sur l'Internet Archive).
  6. (en) « Interview » (version du 15 février 2009 sur l'Internet Archive).
  7. (en) Kevin Wells, « EXCLUSIVE INTERVIEW: Henry Rollins speaks about punk rock », Commdiginews.com (consulté le 18 janvier 2015).
  8. (en) Doc Rock, « The Dead Rock Stars Club 2016 January to June », sur Thedeadrockstarsclub.com (consulté le 6 janvier 2016).
  9. a et b (en) Kory Grow, « Not a Downer: Tool's Adam Jones Talks 'Opiate' Reissue, New Material | SPIN | Q & A », SPIN,‎ (consulté le 28 mars 2013).
  10. (en) Chris True, « Life Time », AllMusic (consulté le 24 février 2016).
  11. (en) « Rollins Band, 'Weight' », Rolling Stone (consulté le 24 février 2016).
  12. (en) « Lollapalooza 1991: Where are the stars now? », USATODAY.COM (consulté le 24 février 2016).
  13. (en) « Pearl Jam Music », sur Pearljam.com (consulté le 6 janvier 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]