Robert Hainard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hainard.
Robert Hainard
Robert Hainard (cropped).jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
GlandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Mouvement
Conjoint

Robert Hainard, né le à Genève et mort le à Gland, est un artiste, naturaliste et auteur de livres suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents, Philippe Hainard (1879-1938) et Eugénie Hainard-Béchard (1882-1942), étaient peintres. À 12 ans, il quitte l'école primaire, son père veille alors sur son instruction générale et commence à lui enseigner le dessin.

En 1921 il entre aux Arts Industriels, où il rencontre sa femme, Germaine Roten (1902-1990) qu'il épouse en 1929. Ils ont deux enfants, et en 1938 s'établiront dans la commune genevoise de Bernex[1].

Il invente en 1927 un nouveau procédé de gravure sur bois et en 1929 expose ses premières estampes animalières au Salon genevois de l'œuvre.

Robert Hainard publie des ouvrages sur la nature et la vie sauvage, basés sur l'observation directe, notamment Mammifères sauvages d'Europe (1949), illustré par ses croquis pris sur le vif.

Publications[modifier | modifier le code]

Robert Hainard à sa maison de Bernex, avec une sculpture de loup.
  • Et la nature ? Réflexions d'un peintre, Éditions Gérard de Buren, 1943
  • Nature et mécanisme, Neuchâtel, Éditions du Griffon coll. « Problèmes de la philosophie des sciences », 1946
  • Mammifères sauvages d'Europe, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 1948-1949
  • Jagd mit dem Skizzenblock, Zürich et Stuttgart, Rotapfel Verlag, 1966
  • Défense de l'image, Neuchâtel, La Baconnière, 1967
  • Chasse au crayon, en dessinant les bêtes sauvages, Neuchâtel, La Baconnière, 1969
  • Une morale à la mesure de notre puissance, Chambéry, Mouvement Homme et Nature, 1970
  • Expansion et nature, une morale à la mesure de notre puissance, Paris, Le Courrier du livre, 1972
  • Les réserves naturelles, Prilly-Lausanne, Éd. Avanti, 1973
  • Croquis de terrain, Lausanne, Payot,1975
  • Quand le Rhône coulait libre, Genève, Tribune Éditions, 1979
  • Images du Jura sauvage, Genève, Tribune Éditions, 1983
  • Le guetteur de lune, Genève, Tribune Éditions, 1986
  • Le miracle d'être, Paris, Sang de la Terre, 1986
  • Défense de l'image, Neuchâtel, La Baconnière, 1987
  • Le monde sauvage de Robert Hainard, Genève, Tribune Éditions, 1988
  • Nuits d'hiver au bord du Rhône, Genève, Tribune Éditions, 1988
  • Croquis d'Afrique, Genève, Blois, Tribune Éditions/Éditions Hesse, 1989
  • Germaine Hainard-Roten, Genève, Tribune Éditions, 1990
  • Le monde plein, Éd. Melchior, 1991
  • Sculptures, Éd. Hesse, 1993
  • La Méthode de mon père. Enseignement du dessin et du modelage, Genève, éd. Nicolas Junod, 1994
  • Chœur de loups et autres histoires d’ours, Genève, Éd. Slatkine, collection « L’Œil ouvert », 1999

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphan Carbonnaux, Robert Hainard : chasseur au crayon, Saint-Claude-de-Diray [Bernex], Hesse, , 323 p. (ISBN 2-911272-89-7)
  • Roland de Miller, Robert Hainard : peintre et philosophe de la nature, Paris, Sang de la terre, , 379 p. (ISBN 2-86985-014-X) - avec un texte inédit de Robert Hainard et les témoignages de cinq amis suisses du naturaliste
  • Maurice Blanchet, Robert Hainard : avec une biographie, une bibliographie et une documentation complète mises à jour sur le peintre et son oeuvre, Neuchâtel, La Baconnière, , 163 p. (ISBN 2-8252-1012-9)

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Promenade Robert Hainard à Yverdon.
Étang Robert Hainard.

Il a notamment obtenu les distinctions suivantes :

  • Bourse Lissignol ;
  • Prix Calame ;
  • Docteur ès sciences honoris causa de l'Université de Genève en 1969 ;
  • Concours restreint de la Confédération suisse ;
  • Prix Édouard-Marcel Sandoz d’art animalier de l’Académie Grammont, Paris, 1974 ;
  • Prix de l’Académie internationale de Philosophie de l’Art, 1984 ;
  • Médaille François Sommer, Paris, 1987 ;
  • Mérite bernésien, 1987.

Une promenade à Yverdon porte son nom.

Un étang porte son nom à Genève, proche du Rhône, situé entre Cartigny et Aire-la-Ville.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tribune de Genève, 17 février 1994.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Roland de Millier, « Tension avec la nature », entretien, Utovie, 1980
  • J.Hesse, « Entretien sur la gravure », avec Robert Hainard, Éditions Hesse, 1998
  • en 1974, un portrait d'artiste, Télévision suisse romande [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :