Relance Chirac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La relance Chirac est le nom donné au plan de relance mis en place par le Premier ministre Jacques Chirac en 1975 afin de soutenir l'activité économique française à la suite du premier choc pétrolier. Lourd pour les finances publiques françaises, le plan Chirac ne produit pas les effets escomptés.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le début des années 1970 est marqué par plusieurs phénomènes économiques concomitants. Premièrement, les gains de productivité ralentissent en Occident, tandis qu'ils continuent d'augmenter au Japon. Ensuite, le régime de change mis en place par les accords de Bretton Woods se fissure du fait de grands déséquilibres macroéconomiques internationaux qui pèsent sur l'économie des États-Unis et qui incite le président Richard Nixon à suspendre l'accord le . Enfin, à la suite de la guerre du Kippour, les pays arabes producteurs de pétrole se coalisent, au sein de l'Opep, pour faire exploser les prix du pétrole[1].

La conjonction de ces évènements frappe l'économie française. Disposant de la première production d'énergie nucléaire européenne, elle est moins dépendante du pétrole et est donc relativement moins touchée par l'explosion des prix que ses voisins en ce qui concerne la production d'énergie. Les entreprises française sont toutefois touchées et commencent à licencier[1].

Valéry Giscard d'Estaing est élu président de la République au début de l'année 1974. L'économie semblant se remettre progressivement du choc pétrolier lors des premiers mois au pouvoir, avec une croissance de 2,3% en glissement sur les six premiers mois. Il faut atteindre que l'économie rechute fin 1974 pour que le président demande à son Premier ministre, Jacques Chirac, de préparer un plan de relance pour faire sortir la France du marasme économique[1],[2].

Plan de relance[modifier | modifier le code]

Un plan de relance d'environ 3,5 points de PIB est mis en place. Les dépenses comptent pour 2,3% du PIB, et les prêts bonifiés et décalages d'impôts pour 1,2%[2].

Il comporte un volet « investissements » de 15 milliards de francs, dont 10 milliards de mesures fiscales (déductions de TVA), et 5 milliards de crédits d'impôts pour les familles nombreuses et les personnes âgées[3].

Une étude postérieure détaille l'utilisation effective de l'enveloppe du plan :

Budget total de la relance Chirac[2]
Poste de dépense Montant prévu Montant effectif Montant total réalisé
1975 1976
Soutien à la consommation 10 9,3 0,2 9,5
Logements sociaux 1,35 0,8 0,55 1,35
Investissement de l’État et des collectivités territoriales 9,6 4,6 4 8,6
Programme d'équipement téléphonique et grands projets industriels 5,3 2,5 2,4 5,9
Aides fiscales aux investissements productifs 5,8 1,3 8,2 9,5
Prêts privilégiés (FDES, en faveur des entreprises exportatrices, ...) 12,25 6,7 2,6 9,3
Décalage du paiement des impôts directs des entreprises de septembre 1975 à avril 1976 9,6 7,4 -7,4 (7,4)
TOTAL en % du PIB 3,7% 3,5%
TOTAL en valeur absolue (milliards de francs) 53,9 50,55

Conséquences[modifier | modifier le code]

Effets positifs[modifier | modifier le code]

Il contribue à une croissance de 4,4% en 1976, mais une partie de cette croissance est une récupération automatique due à la chute du taux de croissance de l'année précédente (il était passé de 5% en 1973 à 0% en 1975)[1]. Une recherche menée en 1985 montre que le plan aurait été responsable de 1,2% de la croissance de 4,4% en 1976, et d'1,2% également en 1977[2].

Les mesures relatives à l'investissement des administrations publiques et à la consommation des ménages ont un effet rapide sur l'activité. L'estimation de 1985 indique que 160 000 emplois ont été créés ou préservés en 1975 et 1976[2]. Le chômage continue toutefois d'augmenter et atteint le million de personnes en 1977[1].

Effets négatifs[modifier | modifier le code]

Si certaines mesures ont un effet immédiat en 1975, les aides fiscales n'ont d'effet macroéconomique qu'à partir de fin 1976 et 1977. Il s'ensuit un décalage temporel préjudiciable à la reprise de l'activité[2].

La relance participe à l'augmentation de l'inflation, qui atteint 11% l'année suivante[4]. Elle creuse le déficit commercial d'environ 11 milliards, soit de 0,75% du PIB[2]. Elle est partiellement responsable du déficit budgétaire de 2,8% de 1975 et de son maintien à -1,5% l'année suivante[5]. Cela nécessite par la suite une politique de rigueur[1].

Postérité[modifier | modifier le code]

La relance Chirac sera suivie de la relance Barre. Moins cohérente et moins lourde, elle avait pour objectif de favoriser la réélection de Valéry Giscard d'Estaing, en vain[6].

Une fois élu président de la République, François Mitterrand charge Pierre Mauroy de mettre en place un nouveau plan de relance, la relance Mauroy, d'une valeur de 1,7% point de PIB. Il aura les mêmes conséquences. Les gouvernements Pierre Mauroy (1) et (2) devront continuer à supporter le poids du plan Chirac, qui comptera pour 5 120 millions de francs puis 4 540 millions en 1982 et 1983[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Philippe,. Lefournier et Alain,. Murcier, Les sept crises [1973-1983] : une enquête de l'Expansion, Hachette, (ISBN 2-01-010182-0 et 978-2-01-010182-3, OCLC 496079271, lire en ligne)
  2. a b c d e f g et h Alain Fonteneau et Alain Gubian, « Comparaison des relances françaises de 1975 et 1981-1982 », Revue de l'OFCE, vol. 12, no 1,‎ , p. 123–156 (DOI 10.3406/ofce.1985.1033, lire en ligne, consulté le 5 mars 2021)
  3. « De la relance Chirac à l'expérience socialiste », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2021)
  4. Marie Bordet, « Un plan de relance, pour quoi faire ? », sur Le Point, (consulté le 5 mars 2021)
  5. Pierre-François Gouiffès, L'âge d'or des déficits : 40 ans de politique budgétaire française, (ISBN 978-2-11-009588-6 et 2-11-009588-1, OCLC 1155040334, lire en ligne)
  6. Jacques Berne, La campagne présidentielle de Valéry Giscard d'Estaing en 1974, Presses universitaires de France (réédition numérique FeniXX), (ISBN 978-2-13-065752-1, lire en ligne)