Red Krayola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Red Krayola
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Surnom The Red Crayola
Pays d'origine Houston, Texas, États-Unis
Activités annexes Art and Language
Genre musical rock expérimental
rock psychédélique
protopunk
post-punk
Années actives 1966–aujourd'hui
Labels Rough Trade, International Artists, Celluloid, Leiterwagen Records, Radar Records, Sordide Sentimental, Drag City
Composition du groupe
Membres Mayo Thompson
Albert Oehlen
Anciens membres Frederick Barthelme
Steve Cunningham
Jesse Chamberlain
Lora Logic
Allen Ravenstine
David Thomas
Markus Oehlen

Red Crayola (transformé en Red Krayola après 1968 pour des raisons légales vis-à-vis de la société de fournitures de dessin Crayola) était un groupe de rock expérimental et psychédélique texan, qui débuta dans les années 1960, formé autour de la personnalité de Mayo Thompson; ce dernier a continué à utiliser le nom pour ses projets musicaux ultérieurs, centrés autour d'un rock d'avant-garde, très singulier, proche des travaux de Pere Ubu et source d'inspiration pour les groupes de post-punk et de post-rock.

Histoire[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Le groupe est formé par des étudiants en art de l'université de St. Thomas au Texas en 1966. Conduit par le chanteur, guitariste et plasticien Mayo Thompson, avec le batteur Frederick Barthelme (frère des romanciers Donald Barthelme et Steven Barthelme, fils de l'architecte Donald Barthelme, Sr) et le bassiste Steve Cunningham (qui a collaboré précédemment avec Malachi sur l'album Holy Music en 1966). Ils signent chez International Artists, label dirigé par Lelan Rogers (frère de Kenny Rogers), et en 1967 sort leur premier album, The Red Crayola and the familiar Ugly : The parable of arable land. C'est un disque de rock psychédélique, où des chansons "acides" rencontrent les free form freak out, des improvisations bruitistes où le groupe se fait accompagner de nombreux amis (jusqu'à une centaine, parmi lesquels Roky Erickson des 13th Floor Elevators) qui tapent sur des casseroles, crient etc. Le résultat est spectaculaire. Un 45 tours pink stainless tail "split" avec le 13th Floor Elevators sera réédité par Radarscope Records en 1978, tout comme ce premier album. La chanson Hurricane fighter plane sera réenregistrée pour un autre split avec le 13th Floor Elevators.

L'album de musique minimaliste Coconut Hotel est enregistré en 1967 mais rejeté par le label pour manque de potentiel commercial. Cet album se sortira pas avant 1995. Durant cette période, le groupe joue en concert, notamment à l'université de Berkeley en Californie, et se produit avec le guitariste John Fahey; ils enregistrent un album avec lui mais Lelan Rogers récupère les bandes et la documentation de ces enregistrements qui semblent aujourd'hui perdus. En 1998, sortira Live 1967, enregistrement d'un concert avec Frederick Barthelme, Steve Cunningham, Mayo Thompson et John Fahey.

L'année suivante paraît God Bless the Red Krayola & all who sail with it, disque de rock minimaliste. Cette fois, la musique est plus calme, nettement moins bruyante, mais tout aussi étrange. Les chansons sont bizarres et jouées et chantées comme dans une semi-somnolence. On pense à la Lo-fi et il préfigure le post-punk. Le disque fut mal reçu par les amateurs du premier disque et le groupe se sépara.

En 1970, sort un 45 tours de Saddlesore Old Tom Clark/Pig Ankle Strut sur le label Texas revolution avec Rick Barthelme, Frank Davis, Mayo Thompson, Cassell Webb.

Années 1970 et 1980[modifier | modifier le code]

Red Krayola en concert

Mayo Thompson travaille avec le batteur américain Jesse Chamberlain (membre ultérieur des Necessaries avec Arthur Russel et Ernie Brooks, accompagnateur avec ce dernier de Elliott Murphy). Tous deux, ils enregistrent le 45 tours Wives in Orbit (1978).

Ce sont aussi des années de collaborations variées avec des artistes visuels et des musiciens de la scène indépendante anglaise et américaine : avec les artistes de Art and Language[1] (Michael Baldwin, Philip Pilkington) que Mayo Thompson a décrit comme "les pires salauds du quartier"[2], pour l'album Corrected slogans[3]; pour l'album Soldier Talk (1979), avec le souffleur de ska Dick Cuthell, Christine Thompson, Lora Logic de X-Ray Spex et Essential Logic et les musiciens de Pere Ubu : Tom Herman, Scott Krauss, Tony Maimone, Allen Ravenstine, David Thomas; pour le maxi Micro-Chips & Fish (1979) avec Angus Gaye d'Aswad, Epic Soundtracks des Swell Maps, le bassiste reggae George Oban, Gina Birch de The Raincoats, Lora Logic.

Deux autres albums sont cosignés avec Art and Language :

  • The Red Krayola with Art & Language : Kangaroo?, 1981.
  • The Red Krayola with Art & Language : Black Snakes, 1983.

Mayo Thompson enregistre aussi avec des artistes allemands comme le plasticien Albert Oehlen, le peintre Werner Büttner, le musicien de la Neue Deutsche Welle Andreas Dorau, le musicien de free jazz Rüdiger Carl. Ces collaborations allemandes se poursuivent jusqu'au début des années 1990. Une collaboration avec Dieter Moebius (de Cluster) et Conny Plank, enregistrée en 1983, Ludwig's law sortira en 1998.

De 1990 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, le groupe trouve de nouveaux fans et de nouveaux contributeurs dans la scène post-rock de Chicago et au label Drag City Records. Le 45 tours 4teen / stink program (1994, Drag City) est un tournant qui voit une collaboration avec Werner Büttner, Albert Oehlen (qui continue à enregistrer avec le groupe aujourd'hui.) et David Grubbs, figure du post-rock avec Gastr del Sol et bien d'autres collaborations. Mayo Thompson travaillera avec Jim O'Rourke, John McEntire de Tortoise, Tom Watson de Slovenly etc.

Entre 1990 et 2016, quatre collaborations entre Art and Language (Michael Baldwin, Mel Ramsden, Charles Harrison) et la formation américanisée voient le jour :

  • The Red Krayola with Art & Language : Sighs trapped by liars[4], septembre 2007
  • The Red Krayola with Art & Language : Five American Portraits,janvier 2010
  • The Red Krayola with Art & Language : Baby and Child Care[5], mai 2016

Le Château de Montsoreau-Musée d'Art Contemporain, dont la collection constitue le plus gros fonds mondial d'œuvres du collectif Art and Language[6], ouvre en août 2016 une salle dédiée à la collaboration entre The Red Krayola et Art and Language.

Le Red Krayola et Art & Language[modifier | modifier le code]

Mayo Thompson prend conscience de ce qu'est Art & Language quand il rencontre Chistine Kozlov, une artiste conceptuelle américaine. Elle lui présentera Dan Graham avec qui elle avait créé le Musée de l'art normal[7]. Alors que les activités du Red Krayola sont en suspens[8], Thompson rencontre Michael Baldwin et Philip Pilkington une conférence de Art & Language en 1972 à New York[9]. Michael Baldwin commencera à lui envoyer des paroles et Thompson les mettra en musique et les jouera[10], alors qu'il était en 1973 devenu l'assistant de Robert Rauschenberg. Cette collaboration donnera un premier album sous le nom de Music-Language : Corrected Slogans (1976). Même si le nom du Red Krayola n'est pas mentionné, cet album est considéré des deux côtés, de la part d'somecamerunning et de Mayo Thompson, comme une collaboration entre le Red Krayola et Art & Language[11]. En 1976, Art & Language rencontre des problèmes internes entre les branches Américaines et Anglaises. Finalement, la destinée du groupe reste dans les main de Michael Baldwin, Charles Harrison et Mel Ramsden, qui retournent en Angleterre. Ils y sont très tôt rejoints par Mayo Thompson, qui ressuscitera le Red Crayola avec un "c"[7], ne rencontrant pas les mêmes problèmes de copyright qu'aux États-Unis. Ceci donnera les deux albums Kangaroo? (1981) et Black Snakes (1983), Art & Language écrivant les paroles et le Red Krayola les mettant en musique[10]. Un livret d'opéra est parallèlement écrit par Art & Language, Victorine (1981)[12], Mayo Thompson en jouera un acte pendant la biennale du Whitney Museum of American Art en 2012[13]. Après un creux d'une vingtaine d'années, la collaboration entre le Red Krayola et Art & Language reprend avec les trois albums Sighs trapped by Liars (2007), Five american Portraits (2010) et Baby and Child Care (2016). Interrogé par Wilfried Paris en 2012 sur les liens entre l'art contemporain et la musique, Mayo Thompson répondra : « Les liens peuvent être bons, mais je préfère les nœuds »[14]. En novembre 2013, une performance conjointe entre le Red Krayola et Art & Language a eu lieu au MACBA, Barcelona, Lettres au Jackson Pollock Bar, à la manière du Red Krayola, lors de la rétrospective du collectif[15].

À-côtés[modifier | modifier le code]

  • Présent sur l'album Fingerpainting de 1999, Frederick Barthelme est devenu écrivain et professeur à l'université du Southern Mississippi.
  • Steve Cunningham est aussi crédité comme musicien sur Fingerpainting.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Thompson's twins », Dallas Observer,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Dusted Reviews: The Red Krayola with Art & Language - Five American Portraits », Dustedmagazine.com, (consulté le 1er avril 2012)
  3. (en) « The Red Crayola - Corrected Slogans | Drag City », sur www.dragcity.com (consulté le 19 août 2017)
  4. (en) « The Red Krayola with Art & Language - Sighs Trapped By Liars | Drag City », sur www.dragcity.com (consulté le 19 août 2017)
  5. (en) « The Red Krayola with Art & Language - Baby and Child Care | Drag City », sur www.dragcity.com (consulté le 19 août 2017)
  6. « Philippe Méaille installe sa collection au château de Montsoreau | Connaissance des Arts », Connaissance des Arts,‎ (lire en ligne)
  7. a et b (en) « BOMB Magazine — Mayo Thompson by Keith Connolly », sur bombmagazine.org (consulté le 22 août 2017)
  8. Harangue | I. am the orange trombone 1 25 12 / 2am, « Library, Multimedia Addition: Art & Language, Corrected Slogans », sur That's Not It, (consulté le 22 août 2017)
  9. (en) « Blurting in Art and Language (1973) », Michael Corris,‎ (lire en ligne)
  10. a et b « The Red Krayola with Art & Language and, briefly, Kathryn Bigelow », sur Some Came Running (consulté le 22 août 2017)
  11. (en) « Art & Language, 1975, Corrected Slogans », That's Not It,‎ (lire en ligne)
  12. (en) « Art & Language », Flash Art,‎ (lire en ligne)
  13. (en) « Performance: The Red Krayola | Whitney Museum of American Art », sur whitney.org (consulté le 22 août 2017)
  14. « The Red Krayola : L'art du langage - Chro », Chro,‎ (lire en ligne)
  15. MACBA Barcelona, « Art & Language Incomplet / Incompleto / Uncompleted », (consulté le 22 août 2017)