Albert Oehlen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert Oehlen
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activités
Lieu de travail
Influencé par
Claus Böhmler (d), Sigmar PolkeVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Adolf Oehlen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie

Albert Oehlen, né en 1954 à Krefeld en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, est un peintre allemand, dont l'œuvre se rattache au courant néo-expressionniste allemand, appelé aussi les « Nouveaux Fauves ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Oehlen (frère de Markus Oehlen) étudie avec Sigmar Polke à Hambourg dans les années 1970 et apparaît sur la scène de l'art contemporain au début des années 1980 au sein d'une génération d'artistes, tels que Martin Kippenberger, Georg Herold ou Werner Büttner, qui se montre particulièrement critique à l'égard de l'idéologie dominante de son époque.

Il réside aujourd'hui dans sa maison et atelier d'artiste à Bühler (Appenzell Rhodes-Extérieures), bâtiment édifié en 2007 par les architectes espagnols Paloma Lasso de la Vega et Iñaki Abalos[1].

Durant les années 1990, il aura pour assistant le peintre allemand Daniel Richter.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Considéré comme un maitre de l'abstraction, artiste conceptuel, il utilise la peinture comme média, et contribue avec son œuvre "au débat sur la mort de la peinture qui resurgit à intervalles réguliers depuis la moitié du XXe siècle"[2].

Si sa réputation "d'artiste pour artistes"[3] et de grand précurseur ne l'empêche pas de son vivant de déjà figurer parmi les neuf artistes allemands, classés dans le top 100 des ventes mondiales[4], son impact auprès du grand public se révèle plus lentement et son art souvent qualifié d'intellectuel, séduit d'abord la jeune garde de l'abstraction allemande. Peintre abstrait inventif, il est décrit comme une figure du post modernisme, ce qu'il admet lui-même, en parlant de ses œuvres ressemblants "à de l'action painting mais qui n'en sont pas"[5] et se regardent selon-lui, d'abord, avec le prisme du mouvement minimaliste.

Son style peut-être qualifié de "pictural, éminemment contemporain, se nourrit de techniques issues de l’industrie publicitaire, de la facture expressionniste, du geste surréaliste et d’images créées par ordinateur"[2]. Lui-même a toujours à moitié sérieusement qualifié son œuvre de "post non figurative". Parmi ses œuvres les plus célèbres, on compte la série Bad Paintings qui comprend un portrait d’Adolf Hitler réalisé en 1986[6].

Sa pratique étendue va de la peinture aux collages, des tableaux réalisés par ordinateurs aux mosaïques de sol, ou encore des tapis aux dessins.

Expositions[modifier | modifier le code]

La Ville de Paris en 2009 lui ouvre les portes de son musée d'Art moderne en lui consacrant une exposition qui confronte une quarantaine de ses œuvres des années 1980 à une série de 2008[7]. Cette exposition rend compte du changement de paradigme opéré dans l'œuvre d'Oehlen, abandonnant de plus en plus la couleur au profit du noir et blanc au début du XXIe siècle. En 2009 toujours, les éditions Tashen lui consacrent un ouvrage "Albert Oehlen. Art Edition[8]" tiré à 100 exemplaires.

En 2015, Oehlen est exposé au New museum of Contemporary art à New-york, l'exposition est titrée "Albert Oehlen: Home and Garden".

En 2018, quand l’homme d’affaires français et collectionneur François Pinault lui consacre une rétrospective au Palazzo Grassi à Venise, il commence à attirer l'attention des médias grands publics. Cette exposition événement de 82 œuvres de l'artiste marque une nouvelle étape dans la reconnaissance de son travail.

Marché de l'art & cote[modifier | modifier le code]

Dès le début des années 80, Benedikt Tashen, fondateur des éditions Tashen, est l'un de ses premiers collectionneurs.

Le 7 mars 2017, son œuvre Selbstporträt mit Palette (Self-portrait with Palette) s'est adjugée chez Christie's à Londres pour 2,965,000 £[9].

Le 4 octobre 2018, il établit un nouveau record de ventre, sa toile "Stier miet loch" (1986) s'adjuge chez Christie's Londres pour 3,608,750 £ soit 4,080,038 €. Dans la même vente une autre de ses toiles s'adjuge également au dessus de 3 millions de pound : 3,128,750 £ (3,537,352 €) pour Untitled (1989)[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mascha Bisping, « «Ich würde nichts ändern wollen» [entretien avec Albert Oehlen] », Art + Architecture en Suisse, no 1,‎ , p. 52-57.
  2. a et b « Albert Oehlen | L'exposition | Musée Guggenheim Bilbao », sur albertoehlen.guggenheim-bilbao.eus (consulté le 28 octobre 2017)
  3. « La peinture multiple d'Albert Oehlen au Palazzo Grassi », sur lesechos.fr (consulté le 26 avril 2018)
  4. Thierry EHRMANN, « Le marché de l'art contemporain 2017 », sur fr.artprice.com (consulté le 28 octobre 2017)
  5. « Le geste d'Albert Oehlen, au plus près de la matière picturale », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  6. « Albert Oehlen | artnet », sur www.artnet.fr (consulté le 5 octobre 2018)
  7. lefigaro.fr, « La réalité abstraite d'Albert Oehlen », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  8. TASCHEN, « Albert Oehlen. Art Edition (Limited Edition) - Éditions TASCHEN », sur www.taschen.com (consulté le 28 octobre 2017)
  9. « Albert Oehlen (b. 1954) , Selbstporträt mit Palette (Self-portrait with Palette) » (consulté le 28 octobre 2017)
  10. (en) « £19.9 million Bacon leads the Frieze Week sales in London | Christie's », sur www.christies.com (consulté le 4 octobre 2018)