Ratold d'Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant le Haut Moyen Âge
image illustrant un homme politique image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant l’histoire, le Haut Moyen Âge et un homme politique italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ratold d'Italie
Titre
Vice-roi d'Italie
– ?
Prédécesseur Arnulf de Carinthie
Successeur Lambert de Spolète
Biographie
Dynastie Dynastie carolingienne
Père Arnulf de Carinthie
Mère Vinburga
Fratrie Zwentibold, Ellinrath et Louis IV l'Enfant

Ratold d'Italie ou Ratold de Carinthie est un carolingien, fils bâtard d'Arnulf de Carinthie, empereur d'Occident de 896 à 899, qui fut intronisé par son père comme vice-roi d'Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le plus jeune des enfants illégitimes de d’Arnulf de Carinthie et d’une de ses concubines. On ne connait pas exactement l'identité de sa mère : peut-être était-elle la même que celle de Sventibald, mais par ailleurs elle aurait pu être une Lombarde, ce qui expliquerait l'éducation de Ratold dans un milieu italien, voire slave si on se fonde sur le nom attribué à l'enfant. Arnulf reconnut ses fils Sventibald et Ratold comme ses successeurs.

Après qu’Arnulf eut été couronné roi d'Italie à Pavie en 896, il laissa Ratold comme vice-roi nominal à Milan[1], traversa les Alpes et passa en Allemagne. Immédiatement ensuite, Lambert II de Spolète, un concurrent d’Arnulf pour la couronne d'Italie, prit le contrôle du pays et força Ratold à s’enfuir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Medieval Lands Project: Arnulf
  • Eleanor Duckett, Death and Life in the Tenth Century. Ann Arbor: University of Michigan Press, 1968.
  • Timothy Reuter Germany in the Early Middle Ages 800–1056. New York: Longman, 1991.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Fantin-Desodoards, Histoire d'Italie, depuis la chute de la République romaine jusqu'aux premières années du dix-neuvième siècle, Paris, J.E.G. Dufour [etc.], 1803, p. 349