Raimond-Bérenger Ier de Barcelone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raimond-Bérenger.
Raimond-Bérenger Ier de Barcelone
Raimond-Bérenger Ier(Rotlle genealògic du monastère de Poblet, XIIe siècle).
Raimond-Bérenger Ier
(Rotlle genealògic du monastère de Poblet, XIIe siècle).
Titre
Comte de Barcelone et de Gérone
10351076
Prédécesseur Bérenger-Raimond Ier
Successeur Raimond-Bérenger II et Bérenger-Raimond II
Comte d'Osona
10541076
Prédécesseur Guillaume Ier
Successeur Raimond-Bérenger II et Bérenger-Raimond II et
Comte de Carcassonne et de Razès
10681076
Prédécesseur Raimond-Roger
Successeur Raimond-Bérenger II et Bérenger-Raimond II et
Biographie
Dynastie Maison de Barcelone
Date de naissance vers
Date de décès
Père Bérenger-Raimond Ier de Barcelone
Mère Sancie de Castille
Conjoint Elisabeth
Blanche
Almodis de la Marche
Enfant(s) Pierre-Raimond, Arnaud et Bérenger
Raimond-Bérenger II Red crown.png, Bérenger-Raimond II Red crown.png, Inès et Sancie
Comtes de Barcelone

Raimond-Bérenger Ier de Barcelone (né vers 1023 - mort en 1076, probablement à Barcelone) est un comte de Barcelone. Il appartient à la première maison de Barcelone.

Fils du comte Bérenger-Raimond Ier de Barcelone et de sa première épouse, Sancie de Castille, il succède jeune, en 1035, à la tête des domaines de son père, les comtés de Barcelone et de Gérone. Il doit affronter les révoltes de ses vassaux et de ses voisins, mais il leur impose patiemment son autorité. Il agrandit progressivement son territoire et met la main sur le comté catalan d'Osona, mais aussi sur Carcassonne et le Razès, dans le sud du royaume de France. Il combat également les royaumes musulmans taïfas et reçoit les surnoms de Hispaniae subjugator (« conquérant de l'Espagne ») et de Propugnator et murus christiani populi (« Protecteur et rempart du peuple chrétien »).

Plusieurs fois marié, il connaît une idylle avec sa troisième épouse, Almodis de la Marche, qui lui donne deux héritiers, Raimond-Bérenger et Bérenger-Raimond.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Raimond-Bérenger est le fils aîné de Bérenger-Raimond Ier, comte de Barcelone, de Gérone et d'Osona, et de Sancie de Castille, fille du comte de Castille Sanche Ier. Il naît au plus tôt en 1022, certainement en 1023. Il a un frère, Sanche, deux demi-frères, Guillaume et Bernard, et une demi-sœur, Sibylle.

Il est encore mineur à la mort de son père, qui partage ses domaines entre ses fils : Raimond-Bérenger reçoit le comté de Gérone avec celui de Barcelone, moins les territoires au sud du Llobregat, constitués en « comté de Penedès » au profit de Sanche, et Guillaume reçoit le comté d'Osona. Raimond-Bérenger est investi d'une autorité supérieure sur ses deux frères, qui doivent lui obéir. Mais les enfants de Bérenger-Raimond Ier étant alors tous mineurs, c'est leur grand-mère, Ermessende de Carcassonne, qui est chargée d'assurer le gouvernement des comtés.

Comme elle refuse de lui laisser le pouvoir, ils entrent en guerre en 1041 et ce jusqu'en 1043 quand sa grand-mère lui prête fidélité.

Règne[modifier | modifier le code]

Il passe alors pour l’homme le plus riche d’Occident. Il achète la paix des taifas de Lérida, Tortosa et Saragosse. Les paysans catalans, par contre, perdent leurs petites propriétés pour devenir les serfs des seigneuries d’une des formes la plus dure de féodalisme européen. La Catalogne imite les monnaies d’or musulmanes[1].

Il épouse en une dénommée Elisabeth dont la maison est incertaine, puis une dénommée Blanche.

En 1052, il enlève Almodis de la Marche, épouse du comte Pons II Guillaume de Toulouse, avec l'aide de la flotte de son allié l'émir de Tortosa. Il l'épouse après avoir répudié Blanche[2]. Le couple est mis au ban par l'église (1054). Le comte réussit à faire déclarer leurs précédentes unions invalides pour cause de consanguinités et ils se marient légalement le 12 novembre 1056.

Il est père de Bérenger-Raimond II de Barcelone (1053 - 1096) et Raimond-Bérenger II de Barcelone (1053 - 1082).

On lui attribue le noyau initial des Usages de Barcelone (1068), premier code féodal (150 ans avant la Magna Carta d'Angleterre).

Décès[modifier | modifier le code]

Tombeaux de Raimond-Bérenger Ier et d'Almodis de la Marche dans la cathédrale de Barcelone.

Les tombeaux du comte de Barcelone et de sa femme Almodis se trouvent dans la cathédrale Sainte-Eulalie de Barcelone.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Raimond-Bérenger Ier se marie vers 1039 avec une première épousée prénommée Elisabeth, morte en 1050, dont l'origine familiale est incertaine, bien que plusieurs hypothèses généalogiques ont été proposées[3]. Ils ont trois fils :

  • Pierre-Raimond (? - 1071), déchu de ses droits de succession après 1071 ;
  • Arnaud (? - 1045) ;
  • Bérenger (? - 1045).
  • Inès ou Agnès de Barcelone (? - ?), mariée à Guigues II, comte d'Albon ;

Il épouse en secondes noces une dénommée Blanche[4], répudiée rapidement pour lui permettre d'épouser en 1053 Almodis de la Marche, fille de Bernard Ier, comte de la Marche, et d'Amélie. Ils ont quatre enfants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martin Aurell, « Almodis et Lucia de la Marche », Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Publications de la Sorbonne, Paris, 1995, pp. 258-295 (ISBN 978-2859442514)
  • Martin Aurell, « Jalons pour une enquête sur les stratégies matrimoniales des comtes catalans (IXe-XIe s.) », Symposium internacional sobre els origens de Catalunya (Segles VIII-XI), vol. 1,‎ , p. 281-364 (lire en ligne). [autre version en ligne]
  • Hélène Débax, « Les comtesses de Toulouse : notices biographiques », Annales du Midi, vol. 100, n° 182, 1988, p. 215-234 (ISSN 00034398)
  • (en) Fredric L. Cheyette, « The "Sale" of Carcassonne to the Counts of Barcelona (1067-1070) and the Rise of the Trencavels », Speculum, vol. 63, n° 4, octobre 1988, pp. 826-864.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]