Priscilla Gneto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Priscilla Gneto
Image illustrative de l'article Priscilla Gneto
Priscilla Gneto (ici à droite) lors du défilé des médaillés français des JO de 2012, avec Automne Pavia.
Contexte général
Sport pratiqué Judo
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance (26 ans)
Lieu de naissance Abidjan
Catégorie -52 kg (Mi légers)
-57 kg (poids légers)
Palmarès
Jeux olympiques 0 0 1
Championnats du monde 1 0 1
Cha. du monde par équipes 1 0 0
Championnats d'Europe 2 2 0
Championnats de France 3 0 0

Priscilla Gneto, née le à Abidjan (Côte d'Ivoire), est une judokate française évoluant en moins de 57 kg. Vice-championne olympique lors des Jeux olympiques 2012 à Londres en moins de 52 kg, elle remporte un titre européen en moins de 57 kg en 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en Côte d'Ivoire, Priscilla Gneto est la fille du footballeur Constant Gnéto Kpassagnon, ancien joueur de l'Africa Sports d'Abidjan comptant trois sélections avec les Éléphants de Côte d'Ivoire, et d'une mère handballeuse, également sélectionnée en équipe nationale de Côte d'Ivoire[1]. Priscilla Gneto a une sœur plus jeune, également judokate.

lle grandit depuis l'âge de neuf ans à Porto-Vecchio en Corse où son père rejoint un club local[2]. Elle commence le judo à l'âge de 11 ans et est très vite conquise par ce sport[3]. Elle rejoint Jean-Yves Andarelli au pôle judo de Corse à Ajaccio à lâge de treize ans[4]. Elle obtient ses premiers résultats au niveau français avec une médaille d'argent aux championnats de France cadettes, en 2007, puis trois médailles successives aux championnats de France juniors, argent en 2008, le bronze en 2009 et l'or en 2010. Lors de cette dernière année, elle obtient une médaille de bronze aux championnats du monde juniors[5]. Elle rejoint alors l'INSEP et le club de Levallois Sporting Club Judo, entraînée par Christian Chaumont. Elle termine l'année 2010 par une victoire dans un tournoi Grand Prix, celui de Qingdao[6].

Durant l'année 2011, elle termine troisième du tournoi de Paris. Retenue pour les championnats d'Europe d'Istanbul[7], elle est éliminée dès le premier tour par la Britannique Sophie Cox[8]. En mai, elle remporte le Grand Prix de Bakou. Elle termine cinquième championnats du monde de Paris, battue par yuko lors de la mort subite par la Roumaine Andreea Chițu[9]. Lors de la compétition par équipes, elle s'incline face à la Japonaise Misato Nakamura, les Françaises s'imposant sur le score de quatre à un[10].

Elle est sélectionnée pour ses premiers Jeux olympiques[11]. Lors du tournoi olympique, elle commence par deux victoires face à la Chinoise He Hongmei puis la Portugaise Joana Ramos avant de s'incliner en quart de finale face à la Coréenne An Kum-ae. Lors des repêchages, elle bat Kim Kyung-ok puis elle s'impose pour la médailles de bronze face à la Belge Ilse Heylen sur ippon durant le golden score[12],[13].

Après les Jeux, elle reprend l'entraînement plus tard après une opération à l'épaule[14]. Elle est éliminée dès le premier tour des championnats d'Europe par la Hongroise Barbara Maros[15]. Elle participe ensuite à la finale de la compétition par équipes où les Françaises sont battues quatre à un par les Pays-Bas[16]. Un mois avant les mondiaux, elle se blesse, rupture d'un ligament du genou[17]. Elle est tout de même présente aux mondiaux de Rio[14]. Elle remporte ses deux premiers combats avant de s'incliner en quart de finale devant la future championne du monde, la Kosovare Majlinda Kelmendi sur pénalité[18].

Elle se fait alors opérer du genou[19]. Elle reprend le judo peu après le tournoi de Paris en février, participe à un stage de l'équipe de France mais elle n'est pas retenue pour les championnats d'Europe de Montpellier[19]. Elle renoue finalement avec la compétition avec une deuxième place au tournoi de Bakou[19]. Elle termine également deux cinquième de deux tournois Grand Prix. Elle est préférée à Annabelle Euranie pour les mondiaux 2014 de Chelyabinsk[20]. Lors de ceux-ci, elle s'incline lors de son troisième combat face à la Japonaise Yuki Hashimoto sur nippon[21]. Elle participe à la compétition par équipes où elle apporte le premier point aux Françaises qui l'emportent trois à deux face à la Mongolie[22]. En juillet de la même année, elle écope de trois mois de suspension de compétition[23] suite à une bagarre l'impliquant avec Clarisse Agbegnenou à la judokate Anne-Fautoumata M'Bairo au sein de l'Insep[24].

Non retenue pour les Jeux européens de Bakou[25], elle se voit de nouveau Annabelle Euranie lui être préférée, celle-ci ayant remporté une médaille d'argent à Bakou[25]. Lors du tournoi de Paris, elle remporte la médaille de bronze, son adversaire lors de la petite finale déclarant forfait[26].

Elle est médaillée d'argent en catégorie des moins de 52 kg aux Championnats d'Europe de judo 2016[27]. En concurrence avec Annabelle Euranie[28], elle obtient finalement sa qualification pour les Jeux olympiques de Rio 2016[29]. Elle finance sa préparation olympique par une campagne de financement participatif lancée, en partenariat avec Powerade, sur la plateforme Sponsorise.Me[30]. Lors de la compétition olympique, elle est disqualifiée lors du combat l'opposant en huitième de finale face à la Suisse Evelyne Tschopp, pour cause de prise du pantalon de son adversaire[31].

À la suite des problèmes financiers du Levallois Sporting Club Judo, Priscilla quitte les Hauts-de-Seine pour la Seine-Saint-Denis et l'Etoile Sportive de Blanc-Mesnil en [32]. Dans le même temps, elle décide de changer de catégorie, pour rejoindre les moins de 57 kg[32]. Pour ses débuts dans sa nouvelle catégorie, elle obtient la médaille de bronze après avoir été éliminé en demi-finale par Hélène Receveaux[33]. En , Hélène Receveaux et Gneto se retrouvent sur le podium des championnats d'Europe de Varsovie, Receveaux remportant le bronze alors que Gneto obtient son premier titre européen[34],[35]. Bien qu'elle se blesse peu avant les mondiaux de Budapest, rupture des ligaments croisés du genou gauche, elle participe à cette compétition[36],[37]. Opposée à la numéro un mondiale, Dorjsürengiin Sumiyaa lors du deuxième tour, elle est disqualifiée pour un mouvement potentiellement dangereux pour son adversaire[36]. En octobre, elle se fait opérer d'une rupture du ligament croisé du genou gauche, avec une indisponibilité annoncée de six mois[38].

Style[modifier | modifier le code]

Priscilla Gneto est dotée d'une technique très complète. Selon son entraîneur, « elle peut attaquer de tous les côtés »[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales[modifier | modifier le code]

Année Compétition Lieu Résultat Catégorie
2010 Championnats du monde junior Agadir 3e Moins de 52 kg
2012 Jeux olympiques Londres 3e Moins de 52 kg
2016 Championnats d'Europe Kazan 2e Moins de 52 kg
2017 Championnats d'Europe Varsovie 1re Moins de 57 kg

Outre ses médailles individuelles, elle obtient des médailles dans des compétitions par équipes

Année Compétition Lieu Résultat
2011 Championnats d'Europe Istanbul 1re
Championnats du monde Paris 1re
2012 Championnats d'Europe Tcheliabinsk 2e
2013 Championnats d'Europe Budapest 2e
2017 Championnats d'Europe Varsovie 1re

Tournois Grand Chelem et Grand Prix[modifier | modifier le code]

Année Compétition Lieu Résultat Catégorie
2010 Tournoi de Qingdao Qingdao 1re Moins de 52 kg
2011 Tournoi de Paris Paris 3e Moins de 52 kg
Grand Prix de Bakou Bakou 1re Moins de 52 kg
Grand Slam de Tokyo Tokyo 2e Moins de 52 kg
2013 Grand Prix Miami Miami 2e Moins de 52 kg
2014 Grand Prix de Bakou Bakou 2e Moins de 52 kg
2015 Grand Prix de Bakou Bakou 3e Moins de 52 kg
Grand Prix de Tashkent Tashkent 3e Moins de 52 kg
Tournoi de Paris Paris 3e Moins de 52 kg
Grand Prix Abu Dhabi Abu Dhabi 3e Moins de 52 kg
Grand Prix de Jeju Jeju 3e Moins de 52 kg
2016 Tournoi de Paris Paris 3e Moins de 52 kg
Grand Prix Düsseldorf Düsseldorf 2e Moins de 52 kg
2017 Tournoi de Paris Paris 3e Moins de 57 kg

Championnats de France[modifier | modifier le code]

  • Médaille d'or Médaille d'or en -52 kg aux Championnats de France 2010.
  • Médaille d'or Médaille d'or en -52 kg aux Championnats de France 2016.
  • Médaille de bronze Médaille de bronze en -57 kg aux Championnats de France 2016.

Dans les compétitions de jeune :

  • Médaille d'argent Médaille d'or -52 kg aux Championnats de France cadettes 2007.
  • Médaille d'argent Médaille d'or -52 kg aux Championnats de France juniors 2008.
  • Médaille de bronze Médaille d'or -52 kg aux Championnats de France juniors 2009.
  • Médaille d'or Médaille d'or -52 kg aux Championnats de France juniors 2010.

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Gneto, une perle d'ivoire très corsée », sur rmcsport.bfmtv.com, (consulté le 4 septembre 2017).
  2. « Priscilla Gneto, la native d'Abidjan devenue princesse des tatamis », sur slateafrique.com, .
  3. a et b « Priscilla Gneto: Le dernier joyau du judo français », sur combat.blog.lemonde.fr, .
  4. « Priscilla Gneto sera rétablie à temps pour les JO », sur combat.blog.lemonde.fr, .
  5. David Kalfa, « Priscilla Gneto: championne de judo, fille de sportifs, fan de Drogba », sur rfi.fr, .
  6. « L'actualité de l'équipe de France (19 au 23 décembre) », sur franceolympique.com.
  7. « Judo: Lucie Décosse à la tête de l'équipe de France à l'Euro », sur lepoint.fr, .
  8. « Judo Euro-2011: la Française Pénélope Bonna remporte l'or à Istanbul », sur ladepche.fr, .
  9. « Gneto au pied du podium », sur leparisien.fr, .
  10. « Mondiaux de judo : les Françaises sacrées par équipe », sur lemonde.fr, .
  11. « Quatorze sélectionnés pour l'équipe de France de judo », sur sport.francetvinfo.fr, .
  12. « Judo: la Française Priscilla Gneto emporte le bronze », sur liberation.fr, .
  13. « O 2012: Priscilla Gneto offre sa 2e médaille à la France », sur lexpress.fr, .
  14. a et b Stéphanie Trouillard, « Mondiaux de judo : Priscilla Gneto, chercheuse d'or à Rio », sur france24.com, .
  15. « Judo. Euro 2013 : Automne Pavia sacrée championne d'Europe (-57kg) », sur ouest-france.fr, .
  16. P. Gilgemann, « Les Françaises en argent », sur plusviteplushautplusfemme.wordpress.com, .
  17. « Rupture d'un ligament du genou pour Gneto », sur lequipe.fr, .
  18. Florent Bouteiller, « Toujours pas de médaille pour le judo français », sur combat.blog.lemonde.fr, .
  19. a, b et c « Priscilla Gneto : «J'ai retrouvé ma vie» », sur lequipe.fr,
  20. « Priscilla Gneto retenue », sur lequipe.fr, .
  21. « Priscilla Gneto éliminée en huitièmes de finale des Championnats du monde de judo (-52kg) », sur lequipe.fr, .
  22. « Priscilla Gneto, championne du monde de judo par équipe », sur douane.gouv.fr, .
  23. « Judo: la championne Agbegnenou condamnée par la justice », sur leparisien.fr,
  24. « Quand des judokates de l'Equipe de France se crêpent le chignon », sur cnewsmatin.fr, .
  25. a et b « La France avec Teddy Riner et Loïc Korval », sur lequipe.fr, .
  26. « Tournoi de Paris : journée mitigée pour la France avec deux médailles remportées », sur lequipe.fr, .
  27. « Championnats d'Europe : La Française Priscilla Gneto en argent en -52kg », sur www.lequipe.fr, (consulté le 21 avril 2016)
  28. « Sélection pour les JO : Annabelle ou Priscilla ? », sur lespritdujudo.com.
  29. « Les sélectionnés pour les Jeux Olympiques de Rio », sur lequipe.fr, .
  30. « ENSEMBLE VERS RIO ! », sur Sponsorise.me (consulté le 10 mai 2016).
  31. Grégory Schneider, « Entre disqualifications et ratés, le judo français démarre tant mal que bien », sur liberation.fr, .
  32. a et b Franck Gineste, « JUDO. Priscilla Gneto: «La passion est toujours là» », sur leparisien.fr, .
  33. Franck Gineste, « Judo, Paris Grand Slam: pas de 4e titre pour Clarisse Agbegnenou », sur leparisien.fr, .
  34. « Championnats d'Europe : Gneto déjà en or, Receveaux en bronze », sur lefigaro.fr, .
  35. « Judo-Euro 2017 : Priscilla Gneto en or, Hélène Receveaux en bronze », sur europe1.fr, .
  36. a et b « Mondiaux : Un an après Rio, Priscilla Gneto encore disqualifiée, au 2e tour », sur lequipe.fr, .
  37. Maxime Rodhain, « Gneto plus forte que la douleur », sur ledauphine.com, .
  38. « Six mois d'arrêt pour Priscilla Gneto », sur lequipe.fr, .
  39. Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination.

Liens externes[modifier | modifier le code]