Prieuré Notre-Dame de Lanville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Prieuré Notre-Dame de Lanville
Église prieuré Notre-Dame de Lanville
Église prieuré Notre-Dame de Lanville
Présentation
Nom local Abbatiale Saint-Maur[1]
Culte Catholique romain
Type Prieuré
Rattachement diocèse d'Angoulême
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVIe siècle
Style dominant Roman, puis gothique au XVIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1942)[2]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Ville Marcillac-Lanville
Coordonnées 45° 51′ 20″ nord, 0° 00′ 46″ est[3]

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Prieuré Notre-Dame de Lanville

Le prieuré Notre-Dame de Lanville est un prieuré situé sur l'ancienne paroisse de Lanville, actuelle commune de Marcillac-Lanville, en Charente.

Histoire du prieuré[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Le prieuré de Lanville est de fondation très ancienne et inconnue.

Évolution du statut[modifier | modifier le code]

Vers 1120, il est soumis à la règle des chanoines réguliers, dits chanoines noirs, de Saint-Augustin.

Guerres, pillages et destructions[modifier | modifier le code]

Il a beaucoup souffert des guerres de Religion, surtout celle de 1568, pendant laquelle ses titres furent pour la plupart détruits. Cependant, il parvint à récupérer ses biens, mais le prieuré et l'église étaient gravement endommagés[4].

Le prieuré de Lanville ne cessa jamais d'être conventuel, et garda son indépendance jusqu'en 1652. À cette époque, il fut rattaché à l'abbaye Sainte-Geneviève de Paris.

Disparition du prieuré[modifier | modifier le code]

Le 9 juin 1793, le prieuré (bâtiments et terres) fut vendu comme bien national pour la somme de 48 000 livres. L'église du prieuré devint l'église paroissiale de la commune.

Sauvegarde du prieuré[modifier | modifier le code]

La façade de l'église s'écroula en 1903, elle fut relevé à l'économie grâce à la générosité d'une famille de la commune.

Laissé à l'abandon, les vestiges du prieuré ont été préservés de la destruction totale grâce à l'action du club Marpen qui, à partir de 1971, entreprit le déblaiement des vestiges de la salle capitulaire, le rejointoiement de ses murs, la couverture de la sacristie protégeant ses voûtes gothiques... De 1974 à 1976, les travaux dans l'absidiole sud (décapage des murs, rejointoiement...) ont permis de mettre au jour une peinture murale et un fragment de statue de moine encapuchonné datant du XVIIe au XVIIIe siècle[5],[6],[7]. Les stalles du chœur ont été restaurées à partir de 1977 par un ébéniste de Charmé, Barbari.

Parallèlement, le service des Monuments historiques entreprit la restauration du bras est du transept qui menaçait de s'effondrer.

Dans un second temps, les voûtes gothiques de la nef ont été refaites et des vitraux modernes réalisés pour les fenêtres de la nef du transept, des absidioles et du chœur.

Architecture[modifier | modifier le code]

L’église prieurale[modifier | modifier le code]

L'église de Lanville était celle du prieuré conventuel, placée sous l'invocation de Notre-Dame. Elle a été vraisemblablement fondée au début du XIIe siècle sur l'initiative de Girard II, évêque d'Angoulême.

C'est une croix latine, formée d'une nef unique à trois travées, dont les coupoles sont remplacées, au début du XVIe siècle, par des voûtes à nervures. La grande coupole de la croisée, sous le clocher, subsiste encore.

L'abside est vaste, voûtée en cul-de-four avec sur chacun des bras du transept, voûtés en berceau, une petite absidiole.

La façade était un beau spécimen de l'art roman angoumoisin, très simple, harmonieuse et originale. Elle s'est malheureusement écroulée en 1903; celle qui a été remontée, l'a été grâce à la générosité d'une famille de Marcillac-Lanville. Le façade actuelle est d'une grande sobriété et ne reprend pas le décor de la façade originelle.

Le lourd clocher carré est percé de belles lancette d'ogives romanes. Il a contenu trois cloches, qui ont été fondues entre 1620 et 1635.

Les murs de l'abside et des transepts ont été surélevés au XVIe siècle[4].

L'église de Lanville

Les bâtiments monastiques[modifier | modifier le code]

On peut voir, au sud de l'église, les restes complètement ruinés d'un cloître et d'une salle capitulaire du début XVIe siècle.

Les bâtiments pioraux encore existants, pour la plupart au nord-ouest de l'église, sont des XVIIe et XVIIIe siècles, sans grand intérêt architectural.

Vestiges du cloître

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Protection[modifier | modifier le code]

L'ensemble est classé monument historique depuis 1942[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Club archéologique Marpen, Merpins, travaux 1965-1972, C. a. Marpen
  • Club archéologique Marpen, Merpins, forteresse médiévale, compte-rendu des travaux 1973-1974, C.a. Marpen, 4e trimestre 1974
  • Club archéologique Marpen, Rapport de travaux 75-76, Marcillac-Lanville, Merpins, C. a. Marpen
  • Christian Gensbeitel, Le Prieuré Notre-Dame de Lanville, Marcillac-Lanville, Charente, Angoulême, Via Patrimoine, 2002.
  • A. de Massougnes de Fontaines, "Le Mémorial de Marcillac-Lanville, notes historiques et faits divers" in Bulletin de la Société archéologique et historiques de la Charente, 1905-1906.
  • A. de Massougnes de Fontaines, "Notes sur l'ancienne façade de l'église de Lanville" in Bulletin de la Société archéologique et historiques de la Charente, 1915.
  • Jean Nanglard, « Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. I », dans Bulletin et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, t. II-IV, Angoulême, imprimerie Chasseignac, 1892-1894, 683 p. (lire en ligne)
    Publié sur trois années ; en 1892: p. 1-324, disponible sur Gallica ; en 1893: p. 1-291, disponible sur Gallica ; en 1894: p. 1-66, disponible sur Gallica.
  • Jean-Marie Rouillon, Histoire du prieuré Notre-Dame de Marcillac-Lancille, monument du XIIe siècle, Mansle, Imprimerie J. Joulé, 1975.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Panneau sur le site et carte IGN
  2. a et b « Prieuré de Lanville », notice no PA00104411, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Coordonnées prises sur Géoportail
  4. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, vol. I : Arrondissement d'Angoulême, Martin-Buchey, Châteauneuf, (réimpr. Éd. de la Tour Gile, 1996), 672 p. (ISBN 2-878022-6-88), p. 408-409
  5. Merpins, travaux 1965-1972, C. a. Marpen
  6. Merpins, forteresse médiévale, compte-rendu des travaux 1973-1974, C.a. Marpen, 4e trimestre 1974
  7. Rapport de travaux 75-76, Marcillac-Lanville, Merpins, C. a. Marpen