Pont habité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un pont habité est un pont qui, outre sa fonction de support à une voie de communication, peut assurer certaines fonctions liées à la ville, comme l'habitat ou l'exercice d'activités.

Pont des Épiciers, Erfurt

En Asie[modifier | modifier le code]

pont-pagode japonais de Hội An

Un exemple de pont habité préservé est le pont-pagode japonais de Hội An, au Viêt Nam, qui contient un temple bouddhiste et qui fut jadis utilisé comme palais de justice.

En Europe[modifier | modifier le code]

Krämerbrücke, Erfurt


Les ponts habités étaient très répandus au Moyen Âge, puisque chaque pont, dans toutes les villes d'Europe, était surmonté d'habitations. À l'origine de cette construction d'habitations sur les ponts, on trouve deux types de populations, avec une seule et même motivation, la fiscalité. Il s'agissait toujours d'une part des plus pauvres, et d'autre part des commerçants cherchant à se soustraire au cens (payable au propriétaire du sol), et au péage ainsi qu'à l'octroi (payables au seigneur féodal).

Les incendies, fréquents sur ces ponts en bois, les nombreux accidents de transport fluvial, les crues, les restructurations des centres-villes et la construction de ponts en pierres ont causé la disparition quasi totale de ces ponts. Seule une poignée de ces ponts habités subsiste aujourd'hui en Europe.

Allemagne[modifier | modifier le code]

La Krämerbrücke (« pont des Épiciers ») à Erfurt, en bois à l'origine, a été reconstruite en pierre en 1325 sur le bras large de la Gera. Après le grand incendie de 1472, la ville a décidé d’élever sur le pont 62 maisons dans lesquelles les commerçants possédaient boutique et domicile.

Bulgarie[modifier | modifier le code]

Le pont couvert de Lovetch en Bulgarie, ouvert en 1874, a été reconstruit deux fois, en 1931 et en 1982, après avoir été détruit, la première fois par une crue et la deuxième par un incendie. Il abrite 14 magasins, mais personne n'y a son domicile aujourd'hui[1].

France[modifier | modifier le code]

Ponts habités à Paris[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, les ponts de Paris étaient bordés de maisons qui formaient de véritables rues. La présence de ces maisons contribua à la ruine de ces ponts. L'alignement était bien respecté intérieurement des deux côtés de la rue, mais les habitations étaient établies en encorbellement sur la rivière, et l'on n'hésitait pas à creuser des caves et des réduits dans la maçonnerie des piles, au point que les ponts avaient tendance à se déverser latéralement au-dessus du fleuve. Lors de la démolition des maisons qui garnissaient les ponts Notre-Dame et Saint-Michel, il fallut réparer les tympans et les parements jusqu'au droit des piles[2].

Le pont de Rohan, à Landerneau

Pont de Rohan, à Landerneau[modifier | modifier le code]

En Bretagne, le pont de Rohan, à Landerneau, dont on trouve trace dès 1336, a été reconstruit en pierre en 1510 par Jean II de Rohan. Le pont portait alors un moulin, une pêcherie, une chapelle, une salle de garde et une prison. Au XVIIe siècle, ce sont des habitations qui s'y installèrent. Ce pont, situé à l'embouchure de l'Élorn, est soumis aux marées. Il est actuellement le seul pont habité de France avec celui de Narbonne[3].

Pont des Marchands, à Narbonne[modifier | modifier le code]

Le pont des Marchands est un pont bâti d'origine romaine qui franchit le canal de la Robine, à Narbonne. Il donnait accès à la ville antique depuis le sud, par la Via Domitia. Une seule arche reste visible, sur les six ou sept qu'il comportait dans l'Antiquité.

Il est le seul pont habité de France avec celui de Rohan à Landerneau.

Nouveaux projets[modifier | modifier le code]

Un projet de pont habité a été présenté en octobre 2008 par Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine, à la place de l'actuel pont de Neuilly, au-dessus de la Seine. Ce pont supporterait, en plus de la route nationale 13 et de la ligne 1 du métro, 100 000 m2 de commerces, bureaux et de logements dans le prolongement du quartier de la Défense. Il s'inscrit dans le projet de réaménagement de la traversée du centre de Neuilly par la RN 13, qu'il contribuerait à financer[3].

Un second projet est à l'étude à Tours, pour un pont habité au-dessus de la Loire[3], qui avait déjà un pont habité au Moyen-Âge : le pont d'Eudes.

Italie[modifier | modifier le code]

Le Ponte Vecchio, à Florence, fut construit en 1345 pour remplacer l'antique pont romain sur l'Arno. En 1564, Giorgio Vasari restructura le pont sur l'ordre du Grand Duc Ferdinand Ier pour y faire passer le corridor de Vasari (Corridoio Vasariano) reliant le Palazzo Vecchio au Palais Pitti. Les boutiques furent alors réservées aux seuls joailliers et orfèvres.

Ponte Vecchio, à Florence

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le Pulteney Bridge à Bath (Angleterre) a été construit en 1773 sur la rivière Avon.

Un autre pont remarquable, habité d'un côté, traverse une petite vallée, à Frome, Avon[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Covered Bridge, Lovech
  2. Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 2, par Eugène Viollet-le-Duc, 1856.
  3. a, b et c L'Express, ", 9 octobre 2008.
  4. 51° 13′ 55″ N, 2° 19′ 13″ O
  5. Image du pont habité de Frome, Panoramio