Politique aux Seychelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Politique des Seychelles)
Aller à : navigation, rechercher

Les Seychelles sont une république présidentielle. Le président de la République est en même temps le chef de l'État et du gouvernement. Il nomme le Conseil des ministres. En outre, il institue les juges du tribunal. Il est lui-même élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Depuis 2001, l'élection du président de la République et les élections législatives sont séparées. L'Assemblée nationale se compose de 34 députés, dont 25 sont élus au suffrage direct et 9 à la proportionnelle, pour les partis qui ont obtenu au moins 10 % des voix.

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Fonction Nom Parti Depuis
Président de la République Danny Faure Parti Lepep 16 octobre 2016
Vice-président de la République Poste vacant

Le président est élu pour cinq ans au suffrage populaire. Il nomme et préside le gouvernement après approbation par le parlement.

Depuis le 16 octobre 2016, Danny Faure (Lepep) est le président des 23 circonscriptions administratives des Seychelles. Il a remplacé James Michel, démissionnaire.

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale compte 34 membres élus pour cinq ans, dont 25 élus dans des circonscriptions à siège unique et 9 élus à la proportionnelle.

Partis politiques et élections[modifier | modifier le code]

Les principaux partis politiques seychellois sont :

Lors de l'élection du 4 au 6 décembre 2002, le parti Lepep obtient 23 sièges sur un total de 34, le PNS 11 sièges, le PDS 3,1 % des voix mais aucun siège.

À la suite de l'élection de 2002, le mandat du président de la République étant arrivé à son terme, une nouvelle élection présidentielle a lieu du 28 au 30 juillet 2006. le parti Lepep, représenté par James Alix Michel a obtenu 53,73 % des voix. Wavel Ramkalawan du SNP, allié au DP a obtenu 45,71 % des votes. Le candidat indépendant Philippe Boullé a obtenu 0,56 % des suffrages.

Histoire politique[modifier | modifier le code]

L'histoire de la politique seycheilloise est spectaculaire. L'archipel est devenu un État indépendant en 1976 avec Sir James Mancham comme président de la République et France-Albert René comme Premier ministre. Une année plus tard seulement, France-Albert René devient président de la République à la suite d'un coup d'État sanglant qu'il a su faire oublier. Il a dirigé l’État d’une manière socialiste. Deux ans plus tard, en 1979, un État avec parti unique est constitué avec France-Albert René à sa tête. Malgré deux tentatives de putsch, le président René est toujours resté au pouvoir. En 1992, la pression internationale est devenue trop grande et le système politique est revenu au multipartisme. En 1993, une nouvelle constitution est instaurée, mais René reste au pouvoir jusqu'à sa démission le 14 avril 2004. En 2006, l'élection présidentielle donne 53 % au candidat du parti Lepep contre 47 % au candidat du PNS. Contrairement aux rapports des observateurs internationaux, des fraudes auraient eu lieu lors de ces élections[réf. nécessaire].

En 2007, le parti au pouvoir depuis 30 ans a conservé la majorité à l'Assemblée nationale.

Après la dissolution de l'Assemblée nationale par le président de la République James Michel le 20 mars 2007 (l'opposition boycottait les débats), la majorité présidentielle du parti Lepep a été reconduite avec le même nombre de sièges (23 sur 34 pour le parti Lepep, les 11 autres sièges revenant au PNS) que précédemment.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :