Politique à Djibouti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Djibouti est une république semi-présidentielle. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement, dirigé par le président de la République, et le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et l'Assemblée nationale.

La Constitution actuelle date de septembre 1992.

Le paysage politique est dominé par le Rassemblement populaire pour le progrès, conservateur, dont est issu le président Ismail Omar Guelleh. Il participe à l'Union pour la majorité présidentielle avec quatre autres partis. Les partis d'opposition sont autorisés, mais jusqu'à présent ils ont soit perdu, soit boycotté les élections.

Pouvoir exécutif[modifier | modifier le code]

Le président est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Chef du gouvernement[1], il nomme le gouvernement, composé du Premier ministre et des ministres, qui conseille et assiste le président devant qui il est responsable.

Le 11 mai 2016, le président de la République, a nommé Abdoulkader Kamil Mohamed Premier ministre de la République de Djibouti. Le lendemain, il a proclamé la composition du gouvernement[2].

Fonction Nom Parti Depuis
 Président  Ismail Omar Guelleh RPP  8 mai 1999
Premier ministre Abdoulkader Kamil Mohamed RPP 31 mars 2013
Ministre de la Justice et des affaires pénitentiaires, chargé des droits de l'homme Moumin Ahmed Cheikh
Ministre auprès de la présidence chargé des investissement Ali Guelleh Aboubaker
Ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, porte-parole du gouvernement Mahamoud Ali
Ministre de l'Économie et des finances chargé de l'industrie Ilyas Moussa Dawaleh
Ministre de l'Intérieur Hassan Omar Mohamed Bourhan
Ministre du Budget Bodeh Ahmed Robleh
Ministre de la Défense, chargé des relations avec le Parlement Ali Hassan Bahdon
Ministre de l'Équipement et des transports Mohamed Abdoulkader Moussa Helem
Ministre de la Santé Djama Elmi Okieh
Ministre de l'Éducation nationale et de la formation professionnelle Moustapha Mohamed Mahamoud
Ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche Nabil Mohamed Ahmed
Ministre de la Communication, chargé des postes et des ttélécommunications Abdi Youssouf Sougueh
Ministre de l'Agriculture, de l'eau, de la pêche, de l'élevage et des ressources halieutiques Mohamed Ahmed Awa
Ministre des Affaires musulmanes, de la culture, et des biens wakfs Moumin Hassan Barreh
Ministre de l'Énergie, chargé des ressources naturelles Dr. Yacin Houssein Bouh
Ministre du Travail chargé de la réforme de l'administration Hassan Idriss Samrieh
Ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de l'environnement Moussa Mohamed Ahmed
Ministre de la Femme et de la famille Moumina Houmed Hassan
Ministre délégué auprès du ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de l'environnement, chargé du logement Amina Abdi Aden
Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie et des finances chargé du commerce, des PME, de l'artisanat, du tourisme et de la formalisation Hassan Houmed Ibrahim
Ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur chargé de la décentralisation Hamadou Mohamed Aramis
Secrétaire d'État chargé des Affaires sociales Mouna Osman Aden
Secrétaire d'État à la Jeunesse et aux sports Hassan Mohamed Kamil

En 2016, le gouvernement comprend trois femmes.

Pouvoir législatif[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale comprend 65 membres, élus pour cinq ans dans des circonscriptions à sièges multiples.

Pouvoir judiciaire[modifier | modifier le code]

Le pouvoir judiciaire est contrôlé par la Cour suprême et le Conseil constitutionnel dont les juges sont nommés par le président.

Partis politiques et élections[modifier | modifier le code]

Partis politiques (par ordre alphabétique) et leaders[modifier | modifier le code]

Unions[modifier | modifier le code]

En 2005, plusieurs partis s'unissent en vue de l’élection présidentielle pour former deux grands blocs politiques :

  • Union pour la majorité présidentielle (UMP), composée du Rassemblement populaire pour le progrès (RPP), du Parti populaire social-démocrate (PPSD), du Parti national démocratique (PND) et du Front pour la restauration de l’unité et la démocratie (FRUD).
  • Union pour l'alternance démocratique (UAD), composée de l'Alliance républicaine pour le développement (ARD), du Mouvement pour le renouveau démocratique (MRD) et de l'Union pour la démocratie et la justice (UDJ).

En 2013, deux coalitions concourent au suffrage des électeurs lors des élections législatives :

  • à nouveau l'Union pour la majorité présidentielle (UMP), sans le PND;
  • et l'Union pour le salut national (USN), composée du Mouvement pour le renouveau démocratique et le développement (MRD), du Mouvement pour la démocratie et la liberté (Model), de l'Alliance républicaine pour le développement (ARD), de l'Union pour la démocratie et la justice (UDJ), du Parti national démocratique (PND), du Parti djiboutien pour le développement (PDD) et du Rassemblement pour l'action de développement et la démocratie (RADD). Le Centre des démocrates unifiés (CDU), qui s'est présenté seul, a ensuite rejoint l'USN.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article 21 de la Constitution.
  2. « Primature de la République de Djibouti : les ministres », sur www.primature.dj (consulté le 4 novembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :