Pinus caribaea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pinus caribaea
Description de cette image, également commentée ci-après
Pinus caribaea en Martinique
Classification selon Tropicos
Règne Plantae
Classe Equisetopsida
Sous-classe Pinidae
Ordre Pinales
Famille Pinaceae
Genre Pinus

Nom binominal

Pinus caribaea
Morelet, 1851[1]

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le pin caraïbe, Pinus caribaea une espèce de conifères de la famille des Pinaceae.

Description[modifier | modifier le code]

Aspect général[modifier | modifier le code]

Le pin des Caraïbes est un arbre qui peut mesurer jusqu'à 30 mètres de haut.Sa croissance est rapide (jusqu'à un mètre par an les premières années). Il vit entre 100 et 150 ans[2].

Feuilles[modifier | modifier le code]

Les feuilles sont en forme d'aiguilles et sont groupées par 3, 4 ou 5. Elles sont vert foncé, brillantes et mesurent 12 à 20 centimètres de long pour 1 millimètre de large[2].

Fruits[modifier | modifier le code]

Les fruits sont des cônes contenant chacun 150 à 200 graines[2].

Répartition[modifier | modifier le code]

Carte de répartition de Pinus caribaea.

Pinus caribaea se trouve aux Bahamas, dans l’ouest de l’île de Cuba, au Belize, au Guatemala, au Honduras et au Nicaragua[réf. souhaitée].

Il pousse en pleine lumière et s'adapte à des sols très variés, y compris les sols pauvres et acides, hormis les sols très argileux[2].

Liste des variétés[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (8 août 2014)[3], Kew Garden World Checklist (8 août 2014)[4], The Plant List (8 août 2014)[5] et Tropicos (8 août 2014)[1] :

  • variété Pinus caribaea var. bahamensis (Griseb.) W.H.Barrett & Golfari (1962)
  • variété Pinus caribaea var. caribaea
  • variété Pinus caribaea var. hondurensis (Sénécl.) W.H.Barrett & Golfari (1962)

Rôle dans les opérations de reboisement en Nouvelle-Calédonie[modifier | modifier le code]

Usages[modifier | modifier le code]

En Nouvelle-Calédonie notamment, le pin des Caraïbes a été l'essence choisie pour mener à bien de vastes opérations de reboisement, en particulier sur le plateau de Tango (au nord de la Grande Terre, à partir de 1973[2]) et sur l'Île des Pins[6]. Il fournit rapidement du bois d'œuvre pour la charpente, la menuiserie, les aménagements intérieurs, la caisserie, la fabrication de palettes et de poteaux et la construction légère[2].

Réaction de populations kanak[modifier | modifier le code]

Ces initiatives ont été rejetées par une partie des populations mélanésiennes vivant aux alentours des zones ciblées : « Il tue la forêt de nos ancêtres. C'est l'arbre de l'Administration. [...] C'est parce qu'ils n'aiment pas ce qui est du pays que les Européens refusent de nous écouter au sujet des arbres, comme le sapin kanak, le kaori, le houp, le tamanou. Ce sont de bons bois, que nous connaissons bien. »[6].

Dégradation de l'écosystème[modifier | modifier le code]

Outre la tendance de cette essence à proliférer de manière rapide, il a été remarqué que ses aiguilles formaient un épais tapis empêchant la germination des espèces locales et acidifiant les sols[2] ; un constat fait dès le début des années 1980 par les populations locales[6]. Depuis 2002, la Province Sud s'emploie donc à réguler l'expansion du pin des Caraïbes[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tropicos, consulté le 8 août 2014
  2. a b c d e f g et h Groupe espèces envahissantes, Plantes envahissantes pour les milieux naturels de Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Agence pour la prévention et l'indemnisation des calamités agricoles ou naturelles (APICAN), , 222 p., page 188
  3. Catalogue of Life, consulté le 8 août 2014
  4. Kew Garden « World Checklist », consulté le 8 août 2014
  5. The Plant List, consulté le 8 août 2014
  6. a b et c J. M. Kohler, Pour ou contre le pinus. Les Mélanésiens face aux projets de développement, Nouméa, Institut culturel mélanésien, collection Sillon d'ignames, , 171 p. (lire en ligne), p. 18

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :