Pignon à volutes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pignon de la maison Kern à Colmar, Alsace.
Pignon à volutes du musée du Mont-de-Piété de Bergues, Flandre française, en brique de sable jaune et pierre blanche.

Le pignon à volutes est un pignon typique de l'architecture d'une vaste partie du nord et du centre de l'Europe, qui s'est développé principalement à l'époque de la Renaissance tardive et du baroque. Ce type de pignon est très fréquent de la Flandre jusqu'aux pays baltes, en passant par les Pays-Bas, l'ensemble de l'Allemagne, l'Alsace, la Pologne et la Scandinavie, ils sont également présents dans une moindre mesure en Angleterre par une variante plus basse. On les rencontre sur tous les genres de bâtiments, aussi bien des maisons urbaines que des églises, des hôtels de ville ou des châteaux. On en trouve également en Afrique du Sud dans la Province du Cap, où ils ont été apportés par les colons néerlandais.

Il se présente souvent sous la forme d'un triangle bordé de chaque côté de volutes qui lui donne des bordures complexes en courbes et contre-courbes. Il peut être percé de fenêtres ou bien aveugle. Les petites ouvertures rondes (appelées « pigeonnier ») ou fenêtres rondes sont fréquentes.

Les pignons à volutes sont d'abord apparus dans les villes prospères des anciens Pays-Bas méridionaux (dans les Flandres au sens large) puis ils se sont vite répandus dans l'ensemble des anciens Pays-Bas, et dans toutes les régions germanophones du Saint Empire ainsi que dans le nord de l'Europe jusqu'aux pays baltes, notamment via le réseau des villes marchandes de l'ancienne ligue hanséatique. Les volutes sont un motif issu de l'influence de la Renaissance italienne qui s'est greffé aux traditions architecturales plus anciennes du nord de l'Europe. Ce pignon est apparu par une évolution du pignon à gradins ou à échelons, fréquent dans l'architecture gothique en brique du Moyen Âge et de la Renaissance. Dans un premier temps les volutes étaient de simples ornements ajoutés sur les gradins à partir du XVIe siècle, puis durant l'ère baroque de grandes volutes tendent parfois à remplacer entièrement ou partiellement les gradins. Le « pignon en cloche » est une forme très simplifié populaire notamment en Hollande.

Ils entretiennent une parenté avec les pignons baroques des églises jésuites, qui sont nombreuses dans le nord de l'Europe. Mais ces pignons jésuites, dotés de seulement deux grandes volutes qui soutiennent un fronton, sont issus d'un circuit d'influence indépendant, ils sont directement venus d'Italie (façade de l'église du Gesù à Rome), après que l'élaboration des pignons à volutes en Europe du Nord ait déjà eu lieu et s'était répandu à la fin de la Renaissance (le motif de volute est évidement venu lui aussi de l'influence italienne, mais un peu plus tôt). Les deux traditions vont cependant dialoguer dans le nord de l'Europe et se mélanger durant l'ère baroque, et des formes intermédiaires sont apparues, aussi bien pour les pignons des églises que pour les maisons.

De nombreux pignons à volutes ont été construits durant la période de l’architecture historiciste, régionaliste et éclectique du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, et de nombreux autres ont dû être reconstruits après les deux guerres mondiales dans les villes qui ont subi des destructions.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Pignon à gradins