Grand-Place d'Arras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grand-Place d'Arras
Image illustrative de l'article Grand-Place d'Arras
Façade de la grand-place d'Arras
Situation
Coordonnées 50° 17′ 31″ nord, 2° 46′ 49″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Ville Arras
Morphologie
Type grand-place
Forme rectangulaire
Longueur 184 m
Largeur 96 m
Superficie 17 664 m2
Histoire
Création XIe siècle
Anciens noms Forum spatiosum et exomiè pulchrum
Grand Marché

La Grand-Place d'Arras est un espace public urbain de la commune d'Arras dans le département français du Pas-de-Calais. La place est de type grand-place qui se caractérise par un aspect complètement minéral que l'on retrouve dans de nombreuses villes des anciens Pays-Bas. Il s'agit de la place historique et principale de la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de la Grand-Place d'Arras n'est pas certaine. Plusieurs auteurs se contredisent à ce sujet. Pour un auteur, la grand-place a été bâtie sur l'ancien verger de saint-Vaast[1]. Un deuxième réfute cette thèse en expliquant que les jardins et la grand-Place ne sont au même endroit. Il indique que la grand-place remonte aux origines de la ville[2]. Un troisième avance que la grand-place a été tracée sous Charles Quint[3].

En 1004, c'est sur la grand-place dans une tente dressée pour l'occasion que Baudouin V de Flandre serait né[4]. Pour célébrer l'évènement, de grandes fêtes furent organisées et une colonne de gré monolithe portant un buste de femme appelée « La Pollène » est érigée à l'emplacement de la tente[5]. En 1090, il s'agissait du premier noyau urbain. La place était l'endroit des transactions économiques[6]. Elle pourrait dater du XIe siècle[7].

Dès le XIIe siècle et durant la période des ducs de Bourgogne, la place servait de zone de rencontre pour les joutes équestres et les tournois[1],[8].

La première maison en pierre élevée fut celle au no 48. Elle est bâtie au XIIe siècle et habitée par Dodon de la Lance (Dodo de Hastis), une personne de haut rang faisant partie du plus vieil échevinage connu[6]. En 1266, Audefroi Louchard fonde un hospice au no 56[9].

Au bout de la Grand-Place, le 8 février 1478, à proximité de la porte Saint-Michel, une forteresse est bâtie par Louis XI afin d'assurer la fidélité des habitants d'Arras[10].

La statue de la Pollène est retirée en 1791[8].

Durant leur voyage impérial dans le nord de la France, Napoléon III et Eugénie de Montijo traversent la Grand-Place. Sur celle-ci s'élevait une immense pyramide formée de sac de grains. Les exploitants agricoles, en costume de travail s'étaient installés sur les assises de ce monument[11].

Durant la Première Guerre mondiale, les frontons des demeures hispano-flamandes sont détruits par l'artillerie allemande[12].

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie et accès[modifier | modifier le code]

La Grand-Place d'Arras a une superficie de 17 664 m² (1,76 hectare) ; elle mesure 184 mètres de long, pour 96 mètres de large[6].

Elle est reliée à la place des Héros par la rue de la Taillerie.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, la place était appelée « Grand Marché »[6],[13]. Sur les anciens plans de la ville, la grand-place était appelée forum spatiosum et exomiè pulchrum[1].

La grand-place est immatriculée « AB35 » parmi les îlots regroupés pour l'information statistique (IRIS) de Lille, tels que l'Insee les a établis en 1999[14].

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

Photo d'un immeuble sur la grand-place d'Arras.
Façade de l'immeuble au no 35.

La place est entourée de 155 maisons marquées par l'influence du style baroque flamand[15] dans une architecture classique à la française. L'influence flamande est visible notamment par les pignons à volutes donnant sur la place. Ces façades forment un ensemble très régulier et homogène, tandis que chaque maison soit différente, grâce à l'alignement assez strict des étages et des corniches, et le respect d'un code d'urbanisme lors de leur construction. Une seule maison se distingue fortement des autres, au n°35, c'est la plus ancienne façade, datant du XVe siècle et encore de style gothique en brique flamand avec un pignon à gradins.

Soixante-neuf façades d'immeuble sont classées parmi les monuments historiques de la commune. Les classements se sont déroulés entre 1919 et 1921.

En 1919, la façade des immeubles au no 1[16] et au no 53[17] est classée depuis le 20 août. Celle de l'immeuble au no 19 l'est depuis le 1er septembre[18]. Au immeubles au no 6[19] et au no 9[20], au no 11[21], la façade est classée depuis le 15 septembre. Celle des immeubles au no 56[22], au no 59[23], au no 60[24], au no 61[25] est classée depuis le 10 octobre 1919. Dix jours plus tard, le 20 octobre au tour de celle de l'immeuble au no 45 d'être classée[26]. La façade de l'immeuble au no 2ter[27], au no 47[28] est classée depuis le 18 novembre. Celle des immeubles au no 57 et au no 64 est classée depuis, respectivement, le 15 septembre 1919[29] et le 10 décembre 1919[30]. Depuis le 18 décembre, la façade des immeubles au no 37[31], au no 46[32] est classée.

En 1920, la façade de l'immeuble au no 36 est classée depuis le 5 janvier[33]. Celle des immeubles au no 20[34] et au no 31[35] est classée depuis le 8 janvier. Le 12 janvier, dix-huit façades sont classées : le no 2[36], au no 2bis[37], le no 8[38], le no 10[39], au no 13[40], le no 14[41], le no 15[42], au no 16[43], le no 17[44], le no 18[45], au no 22[46], le no 23[47], le no 25[48], au no 29[49], le no 40[50], le no 43[51], au no 44[52], le no 54[53]. La façade de l'immeuble au no 4[54], au no 35[55] et au no 76[56] est classée depuis le 17 janvier. Celle des immeubles au no 2quater[57], au no 42[58], au no 52[59], au no 66[60], au no 72[61] l'est depuis le 7 février. La façade des immeubles au no 55[62] et au no 74[63] est classée depuis le 20 février. Celle des immeubles au no 30[64], au no 30bis[65], au no 32[66], au no 34[67], au no 41[68], au no 50[69] l'est depuis le 18 mars. La façade des immeubles au no 28, au no 19, au no 49, au no 3 est classée depuis, respectivement, le 20 mars[70], le 25 mars[71], le 20 avril[72] et le 12 juin[73].

En 1921, la façade des immeubles au no 12[74] et au no 21[75], au no 48[76], au no 51[77], au no 58[78], au no 62[79], au no 70[80]est classée depuis le 10 février. Celle de l'immeuble au no 68 et au no 33 est classée depuis, respectivement le 19 février[81] et le 23 février 1921[82]. Les deux dernières à être classées sont la façade des immeubles au no 5[83] et au no 7[84] depuis le 4 mars de cette même année.

La cave du XIIIe siècle de l'immeuble au no 15 est également inscrite depuis 16 décembre 1921[42]. Les intérieurs, charpentes, toitures, caves et façades arrières (à l'exception de la maison du XVIIIe siècle dans la cour), ainsi que la maison de fond de cour avec son premier niveau et sa tourelle des immeubles no 51 et no 53 sont inscrits depuis le 12 août 1998[77],[17].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Marchande, commerciale et économique[modifier | modifier le code]

Tableau représentant la grand-place durant le marché.
La Grand'Place d'Arras, un jour de marché par Charles Desavary.

La Grand-Place a été le cœur de l'activité commerciale de la ville d'Arras[85]. Plusieurs marchés se tenaient au XIVe siècle sur cette grand-place[13]. Ceux du samedi étaient déjà réglementés en 1030[2].

Auparavant, des trains s'y arrêtaient pour y déposer des marchandises[85]. Pour les commerçants, l'intérêt de se placer sur la grand-place était double. Ils pouvaient placer leurs réserves à l'entrée des caves et s'abriter sous les arcades[86].

Festive et touristique[modifier | modifier le code]

Entre 2004 et 2009, le Main Square Festival se déroule sur la grand-place de la ville.

L'Hôtel Les Trois Luppars se situe aux nos 47 et 49.

Le marché de Noël d'Arras se déroule sur la grand-place de fin novembre à fin décembre[87].

Religieuse[modifier | modifier le code]

La grand-place dépendait au XIVe siècle de trois paroisses : Saint-Nicolas, Saint-Géry et Sainte-Croix[13].

Dans les arts[modifier | modifier le code]

La Grand'Place a été peinte par Charles Desavary. Le tableau appelé La Grand'Place d'Arras, un jour de marché est exposé au musée des beaux-arts d'Arras. Sur ce tableau, la grand-place est remplie de commerçants. La prise de vue est faite du côté de l'ancienne porte Saint-Michel[88] (de nos jours, au niveau du square Léon-Jouhaux).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Le Gentil 1877, p. 505.
  2. a et b Adolphe Guesnon, Les origines d'Arras et de ses institutions : Arras-ville, t. 1, Arras, Imprimerie de Rohard-Courtin, , 94 p. (lire en ligne), p. 11-12.
  3. Camille Enlart, Arras avant la guerre, H. Laurens, , 16 p. (lire en ligne), p. 14.
  4. Martin 1901, p. 43.
  5. Martin 1901, p. 44.
  6. a, b, c et d J. Lestocquoy, « Étapes du développement urbain d'Arras », Revue belge de philologie et d'histoire, no 23,‎ , p. 176 (lire en ligne).
  7. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Arras : 2011, Les Nouvelles Édition de l'Université, coll. « Petit Futé », , 192 p. (ISBN 9782746930902, lire en ligne), p. 77.
  8. a et b Martin 1901, p. 45.
  9. J. Lestocquoy, « Deux familles de financiers d'Arras : Louchard et Wagon », Revue belge de philologie et d'histoire, no 32,‎ , p. 60 (lire en ligne).
  10. Achmet d'Héricourt, Les sièges d'Arras : histoire des expéditions militaires dont cette ville et son territoire ont été le théâtre, Arras, Topino, , 407 p. (lire en ligne), p. 91.
  11. Florian Pharaon, Voyage impérial dans le nord de la France : 26-27-28-29-30 août 1867, Imprimerie de L. Danel, 124 p. (lire en ligne), p. 21.
  12. Académie des sciences, lettres et arts, Mémoires de l'Académie des sciences, lettres et arts d'Arras, t. XI, Imprimerie F. Guyot, , 291 p. (lire en ligne), p. 128.
  13. a, b et c Morel 1914, p. 479.
  14. Plan d'assemblage - Grands quartiers - IRIS 2000 - Arras, Insee, 1999, [lire en ligne], consulté 1er mars 2015.
  15. Jean-Bernard Carillet, Sur la route des régions de France : Itinéraires et week-end clés en main, Place des éditeurs, coll. « Lonely Planet », 466 p. (lire en ligne), « Au pays des Ch'tis », p. 40.
  16. « Immeuble (no 1) », notice no PA00107995, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. a et b « Immeuble (no 53) », notice no PA00108047, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Immeuble (no 19) », notice no PA00108022, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Immeuble (no 6) », notice no PA00107998, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Immeuble (no 9) », notice no PA00108006, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Immeuble (no 11) », notice no PA00108008, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Immeuble (no 56) », notice no PA00108050, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Immeuble (no 59) », notice no PA00108053, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Immeuble (no 60) », notice no PA00108054, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Immeuble (no 61) », notice no PA00108055, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Immeuble (no 45) », notice no PA00108039, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Immeuble (no 2ter) », notice no PA00107998, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « Immeuble (no 47) », notice no PA00108041, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « Immeuble (no 57) », notice no PA00108051, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Immeuble (no 64) », notice no PA00108057, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Immeuble (no 37) », notice no PA00108033, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Immeuble (no 46) », notice no PA00108040, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. « Immeuble (no 36) », notice no PA00108032, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. « Immeuble (no 20) », notice no PA00107998, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Immeuble (no 31) », notice no PA00108027, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. « Immeuble (no 2) », notice no PA00107996, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Immeuble (no 2bis) », notice no PA00107997, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « Immeuble (no 8) », notice no PA00108005, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. « Immeuble (no 10) », notice no PA00108007, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. « Immeuble (no 13) », notice no PA00108010, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Immeuble (no 14) », notice no PA00108011, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. a et b « Immeuble (no 15) », notice no PA00108012, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. « Immeuble (no 16) », notice no PA00108013, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Immeuble (no 17) », notice no PA00108014, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. « Immeuble (no 18) », notice no PA00108015, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. « Immeuble (no 22) », notice no PA00108019, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. « Immeuble (no 23) », notice no PA00108020, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. « Immeuble (no 25) », notice no PA00108021, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. « Immeuble (no 29) », notice no PA00108024, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Immeuble (no 40) », notice no PA00108034, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Immeuble (no 43) », notice no PA00108037, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. « Immeuble (no 44) », notice no PA00108038, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  53. « Immeuble (no 54) », notice no PA00108048, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  54. « Immeuble (no 4) », notice no PA00108001, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Immeuble (no 35) », notice no PA00108031, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  56. « Immeuble (no 76) », notice no PA00108063, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. « Immeuble (no 2quater) », notice no PA00107999, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  58. « Immeuble (no 42) », notice no PA00108036, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  59. « Immeuble (no 52) », notice no PA00108046, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  60. « Immeuble (no 66) », notice no PA00108058, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  61. « Immeuble (no 72) », notice no PA00108061, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  62. « Immeuble (no 55) », notice no PA00108049, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  63. « Immeuble (no 74) », notice no PA00108062, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. « Immeuble (no 30) », notice no PA00108025, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  65. « Immeuble (no 30bis) », notice no PA00108026, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  66. « Immeuble (no 32) », notice no PA00108028, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  67. « Immeuble (no 34) », notice no PA00108030, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  68. « Immeuble (no 41) », notice no PA00108035, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  69. « Immeuble (no 50) », notice no PA00108044, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  70. « Immeuble (no 28) », notice no PA00108023, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  71. « Immeuble (no 19) », notice no PA00108016, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  72. « Immeuble (no 49) », notice no PA00108043, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  73. « Immeuble (no 3) », notice no PA00108000, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  74. « Immeuble (no 12) », notice no PA00108009, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  75. « Immeuble (no 21) », notice no PA00108018, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  76. « Immeuble (no 48) », notice no PA00108042, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  77. a et b « Immeuble (no 51) », notice no PA00108045, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  78. « Immeuble (no 58) », notice no PA00108052, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  79. « Immeuble (no 62) », notice no PA00108056, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  80. « Immeuble (no 70) », notice no PA00108060, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  81. « Immeuble (no 68) », notice no PA00108059, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  82. « Immeuble (no 33) », notice no PA00108029, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  83. « Immeuble (no 5) », notice no PA00108002, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  84. « Immeuble (no 7) », notice no PA00108004, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. a et b [Bacot 1998] Georges Bacot, Arras, Alan Sutton, , 127 p. (lire en ligne), p. 17.
  86. Bacot 1998, p. 60.
  87. Alice Barczyk, Maxime Truffaut, Nathalie Serin, Valérie Kuhn, Jean-Paul Labourdette, Dominique Auzias et al., Arras 2011, Nouvelles éditions de l'université, coll. « Petit Futé », , 10e éd., 192 p. (ISBN 9782746930902, lire en ligne), p. 16.
  88. Musée des beaux-arts d'Arras, Catalogue des tableaux, bas-reliefs et statues exposés dans les galeries du musée de la ville d'Arras, Arras, Répessé, Cassel et Cie, , 200 p. (lire en ligne), « Desavary », p. 42.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Le Gentil 1877] Constant Le Gentil, Le vieil Arras, ses faubourgs, sa banlieue, ses environs : souvenirs archéologiques et historiques, Arras, Eugène Bradier, , 751 p. (lire en ligne), « Petite place, Grand'Place et rue de la Taillerie », p. 501-508. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Adolphe de Cardevacque, Les places d'Arras : étude historique et archéologique sur la grande-place et la petite-place d'Arras et la rue de la Taillerie qui les relie entre elles, Sueur-Charruey, , 425 p..
  • [Martin 1901] Alexis Martin, Une visite à Arras : historique, la ville et ses monuments, Mont-Saint-Eloi, Achicourt, hommes célèbres du Pas-de-Calais, Paris, A. Hennuyer, , 151 p. (lire en ligne), « Grande-Place », p. 43-46. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Morel 1914] E. Morel, Plan d'Arras-ville en 1382 : essai de topographie arrageoise / reconstitué d'après les documents contemporains, Arras, Imprimerie de F. Guyot, , 512 p. (lire en ligne), p. 479. Document utilisé pour la rédaction de l’article