Pierre Turin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Turin
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Maîtres
Distinctions
Prix de Rome ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Croix de guerre 1914-1918
Prix de Rome ()
Pensionnaire de la villa Médicis (d) (-)
Chevalier de la Légion d'honneur‎ ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Pierre Louis Aristide Turin, né le à Sucy-en-Brie où il est mort le , est un médailleur et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

20 centésimos Uruguay, 1942.

Pierre Turin entre à l'École des beaux-arts de Paris où il suit les cours de Frédéric de Vernon, Henri-Auguste-Jules Patey et Jules Coutan. En 1911, il expose pour la première fois des médailles au Salon des artistes français.

Il est mobilisé en quand éclate la Première Guerre mondiale. En 1920, il reçoit le premier grand prix de Rome en gravure de médaille et pierre fine pour Une figure de la Paix qui s’avance une épée à la main[1], puis une médaille d'or à l'exposition spécialisée de 1925.

En 1928, concourant pour la Monnaie de Paris, il est choisi pour créer un nouveau type de monnaie à la tête de Marianne portant le bonnet phrygien ceint d'une couronne d'olivier à l'avers et aux épis de blé au revers : c'est le « type Turin ». Ce modèle de gravure fut utilisé pour les pièces de dix francs jusqu'en 1949 et vingt francs jusqu'en 1939, puis décliné dans les colonies françaises.

En 1929, son projet de pièce de 5 francs français avait également été accepté, et devait être frappé en argent à 600/1000e. La crise monétaire internationale suspend le projet. En 1933, furent frappés le « type Lavrillier » et le type, plus petit et en nickel, conçu par Lucien Bazor, représentant un cas rare de confusion dans l'histoire moderne de la monnaie[2].

En 1937, il exécute une médaille pour l'Exposition universelle de Paris[3].

Médaille "La porteuse de fleurs" par Pierre Turin - bronze - 1926

Distinctions[modifier | modifier le code]

Pierre Turin est nommé chevalier dans l'ordre national de la Légion d'honneur en 1936. Il est titulaire de la croix de guerre 1914-1918[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Grande Masse des Beaux-arts, source d'autorité, en ligne.
  2. Le Bulletin législatif Dalloz, p. 593.
  3. « Médaille commémorative de l'Exposition des arts et techniques, Paris | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mnbaq.org (consulté le )
  4. « Le dossier de Légion d'honneur », sur La base de données Léonore des archives nationales (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]