Pierre Guillaumat (navire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Pierre Guillaumat.
Pierre Guillaumat

Autres noms Pierre Guillaumat
Ulsan Master
Type pétrolier ULCC
Histoire
Chantier naval Chantiers de l'Atlantique
Lancement
Statut démoli en 1983 à Ulsan, Corée du Sud
Caractéristiques techniques
Longueur 414,23 m (hors-tout)
401,10 m (entre perp.)
Maître-bau 63,05 m
Tirant d'eau 28,603 m
Port en lourd 555 051 tpl
Tonnage 274 838 tjb
Propulsion 2 hélices fixes
4 turbines Stal Laval
Puissance 2 × 32 500 CV
Vitesse 16 nœuds
Carrière
Armateur Compagnie nationale de navigation[1]
Affréteur Elf[1]
Pavillon France
Port d'attache Fos-sur-Mer
IMO 7360150

Le Pierre Guillaumat était un pétrolier géant, commandé au milieu des années 1970 par la Compagnie nationale de navigation, alors filiale du Groupe Elf[1]. Son nom de baptême a été choisi en l'honneur de l'industriel Pierre Guillaumat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans le contexte de la fermeture du canal de Suez entre juin 1967 et juin 1975 (consécutive à la guerre des Six Jours), les pétroliers se voient alors imposer de faire le détour par le Cap de Bonne-Espérance pour se rendre du Moyen-Orient jusqu'en Europe. C'est pour cette raison que des navires de gabarits très importants furent construits à cette époque, afin de rentabiliser les trajets ainsi allongés.

En contrepartie, leurs dimensions augmentées ne leur permettent pas d'entrer dans certains ports, ni d'emprunter certaines routes (notamment après la réouverture du canal de Suez en 1975), ce qui limite leur utilisation et rend en fin de compte leur exploitation plus coûteuse.

Mis en service en , le Pierre Guillaumat était alors le navire le plus grand et le plus gros jamais construit, avec un port en lourd de 555 051 tonnes. Il avait trois sister-ships : le Prairial (aux couleurs Elf également), le Batillus et le Bellamya du Groupe Shell. Le Batillus et le Bellamya étaient plus petits d'environ 1 400 tonnes, avec un port en lourd voisin de 553 600 tonnes ; le Prairial avait un tonnage pratiquement identique à celui du Pierre Guillaumat, à quelques dizaines de tonnes près. Le record établi par le Pierre Guillaumat fut battu par le Seawise Giant qui le dépassa en 1981 avec une longueur plus importante et un port en lourd légèrement supérieur, mais seulement à l'issue d'une opération de jumboïsation[2].

Le Pierre Guillaumat navigue seulement jusqu'en , puis il est mis en attente à Fujaïrah ; mis en vente le , il est acquis par Hyundai, renommé Ulsan Master, puis démantelé en à Ulsan en Corée du Sud.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Le gigantisme en construction navale et ses conséquences sur la sécurité des navires — site de l'Association Française des Capitaines de Navire — consulté le 2 novembre 2013.
  2. Jérôme Billard et Jean-Yves Brouard, Les supertankers français, ETAI, (ISBN 2-7268-8613-2), p. 120 ; 126

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]