Harmony of the Seas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Harmony of the Seas
Image illustrative de l’article Harmony of the Seas
L'Harmony of the Seas à Rotterdam en mai 2016
Type Navire de croisière
Histoire
Chantier naval Chantiers de l'Atlantique, Saint-Nazaire, Drapeau de la France France
Quille posée
Lancement
Mise en service (2 ans)
Statut En service
Équipage
Équipage 2 394 membres
Caractéristiques techniques
Longueur 362,12 m
Maître-bau 47,42 m (flottaison)
66 m (maximum)
Tirant d'eau 9,322 m
Tirant d'air 70 m
Déplacement 60 000 t
Port en lourd 15 000 t
Tonnage 226 963 GT
Propulsion
Puissance
  • 2 Wärtsilä 16V46 (2 × 18 480 kW)
  • 4 Wärtsilä 12V46 (4 × 13 860 kW)
  • 2 MTU 16V4000
Vitesse 20 nœuds en croisière, 23,1 nœuds maximum
Caractéristiques commerciales
Capacité 6 296 passagers
Carrière
Armateur Royal Caribbean Cruises Ltd. (RCCL)
Affréteur Royal Caribbean Cruise Line
Pavillon Drapeau des Bahamas Bahamas
Port d'attache Nassau
Indicatif C6BX8
IMO 9682875
Coût + 1 milliard €

L'Harmony of the Seas est un navire de croisière de la compagnie Royal Caribbean Cruise Line, construit aux ex-Chantiers de l'Atlantique STX France de Saint-Nazaire entre septembre 2013 et mai 2016. Il est depuis cette date le plus grand paquebot au monde au côté de son sister-ship, le Symphony of the Seas. Sa croisière inaugurale s'est déroulée le au départ de Southampton en direction de Barcelone via Cherbourg-en-Cotentin (première escale française).

L'Harmony of the Seas appartient à la classe Oasis mais est légèrement plus volumineux (2 mètres de plus en longueur) que ses deux prédécesseurs[Lesquels ?].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préliminaires[modifier | modifier le code]

Le , la presse se fait l'écho de l'annonce, par STX France, de la commande d'une troisième unité de type Oasis par la compagnie américaine Royal Caribbean. Livré en 2016, ce paquebot est construit aux chantiers STX France de Saint-Nazaire et mesure 362 mètres de long, ce qui en fait le plus long navire de croisière du monde. Un quatrième navire de type Oasis est en option lors de la signature du contrat en 2012. La commande de cette quatrième unité est confirmée en et la livraison doit avoir lieu en 2018[1]. Ces navires devraient comporter quelques évolutions par rapport aux deux précédents, notamment sur le plan de l'efficacité énergétique[2].

L'Harmony of the Seas en juin 2015.

Construction[modifier | modifier le code]

L'Harmony of the Seas lors de son transfert au bassin C.

La première tôle est découpée le en présence de l'armateur. Le premier bloc est posé le et la commande du quatrième navire est confirmée par la même occasion. En , plus de la moitié de la coque est assemblée. La première mise en eau a lieu mi-, lorsque le navire est déplacé en cale profonde car il est trop haut pour permettre au « Très Grand Portique » (TGP) de continuer la dépose des blocs pour l'assemblage (une fois posée, la cheminée du navire sera située à environ deux mètres du portique). En , Royal Caribbean officialise le navire et commence à vendre les croisières à bord. Le navire est alors baptisé « Harmony of the Seas ». Il est officiellement mis à l'eau le . Il est livré à la compagnie Royal Caribbean le lors d'une cérémonie à la poupe du navire. Il a quitté Saint-Nazaire le pour rejoindre Southampton avant d'effectuer sa première croisière en Méditerranée.

Essais en mer[modifier | modifier le code]

La première sortie en mer a eu lieu le . Le navire a quitté Saint-Nazaire vers 17 h 30 (à la marée du soir), a navigué entre Belle-Île-en-Mer et l'île d'Yeu, puis a rejoint Saint-Nazaire le vers h 30[3]. On compte cinq cents personnes, ingénieurs et techniciens à bord[4]. Une deuxième série d'essais en mer a lieu en , le navire est, d'après cette deuxième série d'essais, plus rapide que prévu[5].

Livraison[modifier | modifier le code]

Le , aux chantiers de Saint-Nazaire, STX France livre l'Harmony of the Seas à son propriétaire Royal Caribbean. La construction du paquebot a finalement représenté dix millions d'heures de travail[6] et presque trois ans de construction. Premières manœuvres de son propriétaire, le navire appareille, sortant de la Loire le 15 mai vers 13 h à la faveur de la pleine mer en direction de Southampton (Royaume-Uni)[7].

Croisières après la construction[modifier | modifier le code]

En Méditerranée (2016)[modifier | modifier le code]

L'Harmony of the Seas rejoint tout d'abord Southampton et commence une croisière de quatre jours dans la Manche et la mer du Nord en passant par Rotterdam. Il passe ensuite par Cherbourg-en-Cotentin avant de partir pour sa première saison de croisière en Méditerranée en passant notamment par Barcelone pour des croisières de sept jours.

Accident[modifier | modifier le code]

Septembre 2016, pendant l’escale au port de Marseille, une embarcation de sauvetage du paquebot a chuté du cinquième pont (une chute de 10 mètres) avec cinq membres du personnel navigant à bord. L’accident a eu lieu lors d’un exercice de sécurité (un exercice hebdomadaire est obligatoire sur les navires à passagers selon la SOLAS[8]). Un premier bilan fait état d’un mort (Philippin) et de quatre blessés graves[9]. La mise à l'eau d'embarcations de sauvetage présente toujours un risque pour le personnel[10],[11].

Aux Caraïbes (2017)[modifier | modifier le code]

Fin octobre 2016, le navire quitte la Méditerranée pour aller se repositionner à son nouveau port d'attache de Fort Lauderdale (Floride, États-Unis). Il commence ensuite des croisières de sept jours dans les Caraïbes en 2017. Lors de son arrivée à son port d'attache en Floride le 4 novembre 2016, le navire est accueilli par ses deux sister-ships Oasis of the Seas et Allure of the Seas.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Capacités[modifier | modifier le code]

L'Harmony of the Seas est capable d'embarquer 6 360 passagers à son bord ainsi que 2 100 membres d'équipage ce qui représente l'équivalent d'une mini-ville. Il possède 2 700 cabines et 16 ponts pour accueillir ces passagers[12].

Équipements de loisirs[modifier | modifier le code]

  • 1 tyrolienne de 24 mètres
  • 2 murs d'escalade
  • 2 simulateurs de surf (FlowRider)
  • 10 piscines
  • 10 bains à remous dont 2 suspendus au-dessus de l'eau
  • 3 toboggans aquatiques allant du pont 18 au pont 15 (le pont piscine) (présents uniquement à bord de l'Harmony of the Seas et du futur Symphony of the Seas)
  • 2 toboggans Ultimate Abyss (non aquatiques) (présents uniquement à bord de l'Harmony of the Seas et du Symphony of the Seas)
  • 2 théâtres dont 1 aquatique en extérieure et un autre sous forme de patinoire
  • 1 spa
  • 1 casino
  • 1 parc naturel (Central Park)
  • 1 minigolf et terrains de sport
  • 1 patinoire
  • 1 carrousel
  • 25 restaurants
  • 1 Bionic Bar (présent également à bord du Quantum of the Seas)
  • 1 fosse aquatique d'une profondeur variable jusqu'à maximum 5,4 mètres

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Propulsion[modifier | modifier le code]

  • Le navire est propulsé par trois Azipod ABB de 20,5 MW chacun.
  • Les trois Azipod sont alimentés par six moteurs Diesel Wärtsilä couplés à des alternateurs Leroy-Somer, développant une puissance de 92 400 kW, soit environ 126 000 ch.
    • Deux moteurs 16V46 de 18 480 kW.
    • Quatre moteurs 12V46 de 13 860 kW.
  • Pour les manœuvres portuaires, il dispose de quatre propulseurs d'étrave Wärtsilä CT3500 (situés à la proue sous la ligne de flottaison) d'une puissance de 5,5 MW (environ 7 500 ch) chacun, ce qui lui permet de se passer de remorqueur jusqu'à un vent de travers de 40 nœuds.
  • La consommation théorique de carburant est estimée à environ 3,7 l par 100 km et par personne, soit une consommation totale d'environ 270 tonnes par jour de navigation de 24 h à 22 nœuds.
  • Le carburant est en mer le fioul lourd, et en escale le diesel marin, deux carburants très chargés en oxyde de soufre et responsable d'une pollution aux particules fines proportionnelle à la taille du navire.

Stabilisation[modifier | modifier le code]

  • Accessoire habituel dans le secteur, deux ailerons stabilisateurs déployables diminuent le roulis ( agissent comme une aile orientable contrant les habituelles inclinaisons ; système efficace à partir de 10 nœuds).

Équipements d'exploitation[modifier | modifier le code]

  • Deux auxiliaires de production électrique formées des couples :
  • Le navire possède un système de dessalement de l'eau de mer capable de produire plus de 4,1 millions de litres d'eau douce par jour (soit environ 470 litres par personne).
  • Les deux cheminées du navire sont télescopiques pour passer sous certains ponts.

Divers[modifier | modifier le code]

Ce navire est constitué de 525 000 m2 de tôle d'acier, 5 000 km de fil électrique, 90 000 m2 de moquette[réf. souhaitée]. Sa masse (son déplacement) est de 60.000 tonnes.

Ce bâtiment est large de 66 mètres et long de 362 mètres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Un paquebot géant commandé aux chantiers navals de Saint-Nazaire », sur Libération.fr (consulté le 27 décembre 2012).
  2. « Saint-Nazaire va construire le plus grand paquebot du monde », sur Mer et Marine (consulté le 28 décembre 2012).
  3. « Harmony of the Seas, le plus gros paquebot du monde sur les flots ».
  4. « Harmony of the Seas. Jour J pour le plus gros paquebot du monde ».
  5. « En Images. Premier bain de mer pour l'Harmony of the Seas à Saint-Nazaire ».
  6. Le Dauphiné, 13 mai 2016.
  7. France Info.
  8. Article 221-III/30 : Exercices A bord des navires à passagers, un exercice d’abandon du navire et un exercice d’incendie doivent avoir lieu toutes les semaines. Il n’est pas nécessaire que tous les membres de l’équipage participent à chaque exercice mais chaque membre de l’équipage doit participer à un exercice d’abandon du navire et à un exercice d’incendie par mois, comme l’exige l’article 221-III/19.3.2. Les passagers doivent être vivement encouragés à assister à ces exercices.Division 221.
  9. « Marseille: Un accident sur «l'Harmony of the seas» fait un mort et quatre blessés », (consulté le 15 septembre 2016)--[PDF]Rapport d'enquête BEAmer
  10. « L’ITF réclame un renforcement de la sécurité autour des canots de sauvetage » (consulté le 15 février 2013).
  11. « Communiqué de presse Afcan », (consulté le 20 septembre 2016).
  12. « En images : le plus grand bateau du monde sort des chantiers navals de Saint-Nazaire - France 24 », France 24,‎ (lire en ligne)
  13. « Essais réussis pour l'Harmony of the Seas », sur Mer et Marine, (consulté le 18 mai 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]