Pierre Barthélémy (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barthélémy et Pierre Barthélémy.
Pierre Barthélémy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(49-50 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Site web

Pierre Barthélémy est un journaliste français, né en 1967[1].

Il est spécialisé dans les sciences.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Pierre Barthélémy est diplômé du Centre de formation des journalistes de Paris (CFJ, promotion 1990)[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il entre au Monde en 1992 et y devient journaliste scientifique en 1996. Il effectue de nombreux reportages sur des lieux de science et notamment à la ferme des corps de Knoxville dans le Tennessee[3], article qui lui a valu le prix du Témoin-Marc Dupont du jeune journaliste en 2001[4].

En 2005, son ouvrage Le Code Voynich paraît aux éditions Jean-Claude Gawsewitch. Il est consacré au manuscrit chiffré du même nom[5]. En 2007, il devient chef du service Science et Environnement du Monde. En 2008, il crée les pages « Planète »[6] avant de quitter, « en délicatesse avec ses employeurs »[7], le quotidien. En 2009, il est rédacteur en chef du mensuel Science et Vie [3]. Journaliste indépendant entre 2010 et 2015, il a fait son retour au Monde en janvier 2016[8].

En 2013, il publie les Chroniques de science improbable aux éditions Dunod, qui sont récompensées par le prix Le goût des sciences[9]. Fondateur du blog Passeur de sciences sur le site du Monde[10], qui a, en 2015, reçu deux Golden Blog Awards : meilleur blog dans la catégorie Science-Recherche et meilleur blog de l'année. Il rédige également la chronique « Improbabologie » publiée chaque semaine dans le supplément « Science et Médecine » du Monde.

En 2017, il suscite la polémique en insérant des erreurs dans un article créé par lui, Léophanès, afin de tester la manière dont les erreurs sont corrigées sur Wikipédia en français[11],[12],[13] ; il présente finalement des excuses à la communauté wikipédienne[14].

Jeu d'échecs[modifier | modifier le code]

Joueur d'échecs amateur[5], il a tenu la rubrique consacrée à ce jeu dans Le Monde, ainsi que deux blogs intitulés « Cases blanches, Cases noires »[3] et « Échecs Info ». Depuis 1993, il a couvert plusieurs championnats du monde et trois matches entre l’homme et l’ordinateur[5].

Il a interviewé et fait le portrait de plusieurs grands joueurs d’échecs et champions du monde tels qu'Anatoli Karpov, Garry Kasparov, Vladimir Kramnik, Magnus Carlsen[5].

Hommage[modifier | modifier le code]

L'astéroïde de la ceinture principale (28248) Barthélémy[15] lui a été dédié par ses découvreurs.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice BnF.
  2. « Liste complète - Association des anciens élèves du Centre de Formation des Journalistes », sur reseaucfj.com (consulté le 20 février 2017).
  3. a, b et c « Pierre Barthélémy, journaliste en décalage », sur knowtex.com, (consulté le 1er septembre 2015).
  4. « Biographie de Pierre Barthélémy », sur futura-sciences.com (consulté le 1er septembre 2015).
  5. a, b, c et d « Interview de Pierre Barthélémy », sur ECHECS Mag, (consulté le 1er septembre 2015).
  6. « Pierre Barthélémy », sur Slate.fr (consulté le 1er septembre 2015).
  7. Stéphane Urbajtel, « Pierre Barthélémy ramène sa science à Cognac », sur charentelibre.fr, .
  8. « Sciences / medias : Barthélémy titularisé au Monde.fr », sur @rrêt sur images (consulté le 16 février 2016).
  9. a et b « Remise du prix Le goût des sciences 2013 - ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr », sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr (consulté le 16 février 2016).
  10. Blog de Pierre Barthélémy sur LeMonde.fr.
  11. « Léophane, la notice canular qui révèle les failles de Wikipédia », sur arretsurimages.net, .
  12. Jérémie Maire, « Qu'est-ce qu'une source fiable sur Wikipedia, et pourquoi le “Daily Mail” en est exclu ? », sur telerama.fr, — cf. l'encart « Quand un journaliste du Monde tente un canular sur Wikipedia ».
  13. « Comment le blog Passeur de sciences a réussi à berner l'encyclopédie participative Wikipédia », sur francetvinfo.fr, .
  14. Thierry Noisette, « Un journaliste bloqué sur Wikipédia : le canular, cette idée moisie », sur tempsreel.nouvelobs.com, .
  15. (en) « (28248) Barthelemy », sur le site du Centre des planètes mineures (consulté le 17 octobre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]