Pierre Barthélémy (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barthélémy et Pierre Barthélémy.
Pierre Barthélémy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(50-51 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Site web

Pierre Barthélémy, né en 1967, est un journaliste français spécialisé dans les sciences.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Né en 1967[1], Pierre Barthélémy est diplômé du Centre de formation des journalistes de Paris (CFJ, promotion 1990)[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il entre au Monde en 1992 et y devient journaliste scientifique en 1996. Il effectue de nombreux reportages sur des lieux de science et notamment à la ferme des corps de Knoxville dans le Tennessee[3], article qui lui a valu le prix du Témoin-Marc Dupont du jeune journaliste en 2001[4].

En 2005, son ouvrage Le Code Voynich paraît aux éditions Jean-Claude Gawsewitch. Il est consacré au manuscrit chiffré du même nom[5]. En 2007, il devient chef du service Science et Environnement du Monde. En 2008, il crée les pages « Planète »[6] avant de quitter, « en délicatesse avec ses employeurs »[7], le quotidien. En 2009, il est rédacteur en chef du mensuel Science et Vie [3]. Journaliste indépendant entre 2010 et 2015, il a fait son retour au Monde en janvier 2016 [8].

Fondateur du blog Passeur de sciences sur le site du Monde[9], qui a, en 2015, reçu deux Golden Blog Awards : meilleur blog dans la catégorie Science-Recherche et meilleur blog de l'année. De 2011 à 2017 il a également tenu la chronique « Improbablologie » publiée chaque semaine dans le supplément « Science et Médecine » du Monde. Trois recueils de ces chroniques ont été publiés aux éditions Dunod, dont les Chroniques de science improbable, qui sont récompensées par le prix Le goût des sciences 2013[10].

En 2017, il suscite la polémique en insérant des erreurs dans un article créé par lui, Léophanès, selon lui pour tester la manière dont les erreurs sont corrigées sur Wikipédia en français[11],[12],[13] ; il présente finalement des excuses à la communauté wikipédienne[14].

Jeu d'échecs[modifier | modifier le code]

Joueur d'échecs amateur[5], il a tenu la rubrique consacrée à ce jeu dans Le Monde, ainsi que deux blogs intitulés « Cases blanches, Cases noires »[3] et « Échecs Info ». Depuis 1993, il a couvert plusieurs championnats du monde et trois matches entre l’homme et l’ordinateur[5].

Il a interviewé et fait le portrait de plusieurs grands joueurs d’échecs et champions du monde tels qu'Anatoli Karpov, Garry Kasparov, Vladimir Kramnik, Magnus Carlsen[5].

Hommage[modifier | modifier le code]

L'astéroïde de la ceinture principale (28248) Barthélémy[15], découvert en 1999, lui est dédié par ses découvreurs en 2015.

En octobre 2017, il reçoit, pour son blog et son travail de vulgarisation, le Prix de la ville de Royan[16].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice BnF.
  2. « Liste complète - Association des anciens élèves du Centre de Formation des Journalistes », sur reseaucfj.com (consulté le 20 février 2017).
  3. a b et c « Pierre Barthélémy, journaliste en décalage », sur knowtex.com, (consulté le 1er septembre 2015).
  4. « Biographie de Pierre Barthélémy », sur futura-sciences.com (consulté le 1er septembre 2015).
  5. a b c et d « Interview de Pierre Barthélémy », sur ECHECS Mag, (consulté le 1er septembre 2015).
  6. « Pierre Barthélémy », sur Slate.fr (consulté le 1er septembre 2015).
  7. Stéphane Urbajtel, « Pierre Barthélémy ramène sa science à Cognac », sur charentelibre.fr, .
  8. « Sciences / medias : Barthélémy titularisé au Monde.fr », sur @rrêt sur images (consulté le 16 février 2016).
  9. Blog de Pierre Barthélémy sur LeMonde.fr.
  10. a et b « Remise du prix Le goût des sciences 2013 - ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr », sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr (consulté le 16 février 2016).
  11. « Léophane, la notice canular qui révèle les failles de Wikipédia », sur arretsurimages.net, .
  12. Jérémie Maire, « Qu'est-ce qu'une source fiable sur Wikipedia, et pourquoi le “Daily Mail” en est exclu ? », sur telerama.fr, — cf. l'encart « Quand un journaliste du Monde tente un canular sur Wikipedia ».
  13. « Comment le blog Passeur de sciences a réussi à berner l'encyclopédie participative Wikipédia », sur francetvinfo.fr, .
  14. Thierry Noisette, « Un journaliste bloqué sur Wikipédia : le canular, cette idée moisie », sur tempsreel.nouvelobs.com, .
  15. (en) « (28248) Barthelemy », sur le site du Centre des planètes mineures (consulté le 17 octobre 2015).
  16. « Philippe Ravon et Didier Colus rejoignent l'Académie de Saintonge », sur nicolebertin.blogspot.fr (consulté le 11 novembre 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]