Magnus Carlsen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carlsen.
Magnus Carlsen
Image illustrative de l'article Magnus Carlsen
Carlsen au London Chess Classic en 2010.

Nom de naissance Sven Magnus Øen Carlsen
Naissance (25 ans)
Tønsberg
Nationalité Drapeau : Norvège Norvégien
Titre Grand maître international (2004)
Champion du monde 2013-présent
Meilleur classement Elo 2882 (mai 2014)
Meilleur classement mondial 1er (depuis 2011)

Sven Magnus Øen Carlsen (prononcé [sʋɛn ˈmɑŋnʉs øːn ˈkɑːɭs]), né le à Tønsberg en Norvège, est un joueur d'échecs norvégien, grand maître international, no 1 mondial au classement Elo, et champion du monde en titre.

Au [1], le classement Elo de Carlsen s'élevait à 2 882. Il s'agit du classement le plus haut de l'histoire, devançant celui de Garry Kasparov qui avait atteint 2 851 points Elo en 1999.

Carlsen est champion du monde depuis sa victoire contre Viswanathan Anand en 2013, réitérée en 2014 contre ce même adversaire. Il est aussi champion du monde dans d'autres catégories, notamment rapides et blitz, ce dernier titre ayant été obtenu pour la première fois en 2009.

Carlsen a attiré l'attention du monde des échecs par sa victoire au tournoi C du Tournoi de Wijk aan Zee en janvier 2004, à l'âge de 13 ans, puis en devenant la même année le troisième grand maître le plus précoce de l'histoire des échecs, seulement devancé par Sergueï Kariakine et Parimarjan Negi. En 2009-2010, Kasparov contribua à la préparation de Carlsen. En novembre 2009, après avoir obtenu un résultat exceptionnel au tournoi de Nankin[2], Magnus Carlsen atteint le classement Elo de 2 801, il est alors le cinquième joueur à dépasser le seuil de 2 800 Elo depuis l'utilisation du classement par la Fédération internationale des échecs. En obtenant un classement Elo de 2 810 en janvier 2010, Magnus Carlsen occupa pour la première fois la place de numéro un mondial, alors qu'il n'avait que 19 ans et un mois[3], devenant le plus jeune numéro un de l'histoire des échecs.

En mars 2013, Carlsen finit premier du tournoi des candidats de Londres. Ce succès le désigne comme le challenger qui affronte le champion du monde en titre, l'Indien Viswanathan Anand pour le Championnat du monde d'échecs 2013. Il s'impose face à son adversaire par un score de 6,5 – 3,5 à l'issue d'un match qu'il a dominé, faisant de lui l'un des plus jeunes champions du monde d'échecs de l'histoire[4]. Il est le premier joueur de l'histoire à ravir les trois couronnes mondiales[5] en gagnant en juin 2014, à Dubaï, les championnats du monde de parties rapides et de blitz[6].

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Le « Mozart des échecs » (2000 à 2004)[modifier | modifier le code]

Carlsen donnant une partie simultanée en Norvège en juillet 2004.

Carlsen nait à Tønsberg puis vit à Lommedalen, Bærum, près d'Oslo. Il apprit à jouer à cinq ans et disputa son premier tournoi à l'âge de huit ans (en juillet 1999). Un an plus tard, à neuf ans, il devint champion de Norvège des moins de onze ans. Il était entraîné par le grand maître international Simen Agdestein. En octobre 2000, il marqua la moitié des points à son premier tournoi international, l'open de Bad Wiessee. En septembre 2001, il participa au championnat d'Europe par équipe avec son club à Panormos. En 2002, Carlsen finit deuxième au championnat du monde des moins de 12 ans remporté par Ian Nepomniachtchi et termina également derrière lui au championnat d'Europe des moins de 12 ans à Peñíscola. En janvier 2003, il réalisa sa première norme de maître international au tournoi de Gausdal. À l'automne 2003, il quitta l'école pendant une année pour se consacrer aux échecs. Il termina troisième au championnat d'Europe des moins de 14 ans de 2003. La même année, il atteignit la neuvième place au championnat du monde d'échecs de la jeunesse.

Le résultat qui attira réellement l'attention sur lui fut sa victoire au tournoi C de Wijk aan Zee en janvier 2004 avec 10,5 points sur 13, ne perdant qu'une seule partie (contre le mieux classé du groupe, Duško Pavasovič (en)), gagnant sa première norme de grand maître, et réalisant une performance Elo de 2 702. En particulier, sa victoire dans l'avant-dernière ronde contre Sipke Ernst dans laquelle Carlsen sacrifia du matériel au 18e coup pour finir par mater au 29e est remarquable[7]. Cette partie gagna le prix du public de la meilleure partie de la ronde, incluant toutes les parties jouées dans les tournois A et B, alors que les 23 premiers coups avaient déjà été joués dans la partie Almagro Llanas-Gustafsson, Madrid 2003 (qui avait fini par une nulle).

La victoire de Carlsen dans le groupe C le qualifia pour le groupe B en 2005, et fit écrire à Lubomir Kavalek dans le Washington Post qu'il était le « Mozart des échecs »[8]. D'après une interview avec son mentor Agdestein, lui-même grand maître à 18 ans, Carlsen est meilleur que lui au même âge. Carlsen est réputé pour avoir une excellente mémoire et utiliser un large répertoire d'ouvertures.

Grand maître à treize ans (2004)[modifier | modifier le code]

Magnus Carlsen en 2004

Carlsen obtint sa seconde norme de grand maître international (GMI) à l'open Aeroflot de Moscou en février 2004. Au sixième open international de Dubaï, en avril 2004, Carlsen obtint sa troisième norme de GMI, suffisante pour obtenir le titre, après 4 victoires et 4 nulles. Il devint ainsi le plus jeune GMI en activité du moment et le second plus jeune à obtenir le titre après l'Ukrainien Sergueï Kariakine, qui obtint le titre en 2002 à l'âge de 12 ans et 7 mois[9].

Pendant l'été 2004, Carlsen était le plus jeune participant du championnat du monde 2004 à Tripoli. Lors du premier tour, il affrontait Levon Aronian. Après deux parties à cadence lente qui se terminèrent par la nulle, les deux joueurs disputèrent un premier départage en parties rapides (25 minutes pour chaque joueur) qui se terminèrent par l'égalité, puis Carlsen fut battu lors de la deuxième partie du départage en blitz (5 minutes par joueur).

À la fin de l'année, Carlsen finit deuxième (au départage) du championnat de Norvège, derrière Berge Østenstad (en), et participa à sa première olympiade d'échecs à Calvià. Au premier échiquier de l'équipe de Norvège, il marqua 3 points sur 5 (+2 –1 =2).

La route vers les sommets (2005 à 2008)[modifier | modifier le code]

Carlsen à Varsovie en 2005.

En juillet 2005, Carlsen finit deuxième du championnat de Norvège, après un match de départage contre Simen Agdestein. À la fin de l'année 2005, Carlsen participa à la coupe du monde FIDE à Khanty-Mansiïsk en Russie, qualificative pour le tournoi des candidats au championnat du monde d'échecs 2007. Dans ce tournoi à élimination directe, au premier tour, il se défait du 44e joueur mondial, le Géorgien Zurab Azmaiparashvili, en gagnant 2–0 en semi-rapide, après avoir fait 1–1 dans les parties longues. Ensuite, il battit le Tadjik Farroukh Ammonatov et le Bulgare Ivan Chéparinov, pour se qualifier dans les seize meilleurs du tournoi. Ces joueurs étaient mieux classés que Carlsen. Il fut battu 1,5-2,5 par Ievgueni Bareïev, l'empêchant de finir dans les huit premières places. Il gagna ensuite contre Joël Lautier 1,5-0,5 et Vladimir Malakhov 3,5-2,5, s'assurant ainsi une place dans les dix premiers, ce qui le qualifiait pour le prochain tournoi des candidats disputé à Elista (Russie) en 2007. C'était le meilleur résultat jamais obtenu par un joueur norvégien dans un championnat du monde d'échecs. Cela faisait également de Carlsen le plus jeune « prétendant » de l'histoire des tournois des candidats au championnat du monde (devant Bobby Fischer et Garry Kasparov).

En 2006, Magnus Carlsen termine à la première place ex æquo du tournoi B de Wijk aan Zee (il est deuxième au départage) et bat deux fois Aleksandr Morozevitch au tournoi de Bienne mais termine deuxième ex æquo derrière Morozevitch. La même année, il devient champion de Norvège à seize ans, après deux échecs en 2004 et 2005 ; il remporte également le tournoi Bosna de Sarajevo et réalise une performance Elo de 2 820 à l'olympiade d'échecs de Turin.

Carlsen contre Levon Aronian à Linares en 2007.

En 2007, le champion de Norvège était invité dans deux super-tournois. Au tournoi de Wijk aan Zee A, il termine à une peu reluisante treizième et avant-dernière place sur 14, sans aucune victoire à son actif. En revanche, il réalise une très bonne performance au tournoi de Linares, où il termine troisième sur huit, avec une victoire contre Morozevitch, deux victoires contre Vassili Ivantchouk et une victoire contre Veselin Topalov. De retour à Bienne, il remporte le tournoi des grands maîtres en battant Alexander Onischuk (2 650 Elo) au départage. Lors des matchs des candidats de 2007 (à Elista), étape vers le championnat du monde d'échecs 2007, il est éliminé en huitième de finale (premier tour) par Levon Aronian lors des parties de départage en blitz.

Magnus Carlsen à l'olympiade de Dresde en 2008.

En janvier 2008, à dix-sept ans, Magnus Carlsen remporte le tournoi de Wijk aan Zee, ex æquo avec Levon Aronian, et devient le plus jeune joueur à remporter un tournoi de catégorie 20[10]. Puis, il termine à nouveau 2e du tournoi de Morelia-Linarés, pour sa deuxième participation consécutive à ce super-tournoi. En avril-mai 2008, il est premier ex æquo avec Vugar Gashimov et Wang Yue au Grand Prix FIDE de Bakou de catégorie 19 (moyenne Elo de 2 717), avec 8 points sur 13, réalisant une performance Elo de 2 800. En mai 2008, il bat en match semi-rapide, par 5 points sur 8 (2 gains et 6 nulles) Péter Lékó alors 10e meilleur joueur mondial. En juin 2008, il remporte le tournoi Aerosvit en Ukraine, de catégorie 19 (moyenne Elo de 2 711), invaincu avec 8 points sur 11 et réalisant une performance Elo de 2 877[11]. Il est à ce moment-là virtuellement le deuxième joueur mondial derrière Anand avec un Elo anticipé de 2 791,5, mais ce tournoi n'est pas comptabilisé dans le classement Elo de juillet 2008.

De juillet 2008 à juillet 2009, sa progression, jusque là rapide, connaît un certain ralentissement. Régulièrement bien placé dans les tournois auxquels il participe, il perd régulièrement les parties décisives (par exemple, la dernière partie face à Alexeï Chirov au MTel de Sofia 2009 ; contre Wang Yue à Wijk aan Zee en 2009 et contre Vladimir Kramnik à Dortmund 2009) et ne parvient à remporter aucune de ces compétitions (Festival de Bienne 2008, finale du grand chelem de Bilbao 2008, tournois de Wijk aan Zee 2009, Linares 2008 et 2009, MTel Sofia 2009 et Dortmund 2009). En octobre 2008, il voit pour la première fois son classement Elo baisser depuis janvier 2007. Dans une note de son blog datée du 5 décembre 2008, Magnus Carlsen et son père rendent publique la décision de se retirer du Grand Prix FIDE 2008-2010 en protestation contre le changement brutal des règles de qualification du cycle du championnat du monde 2009-2012[12].

Plus jeune numéro un mondial (2009 à 2011)[modifier | modifier le code]

Carlsen en 2010

En septembre 2009, la collaboration avec Garry Kasparov en tant qu'entraîneur de Magnus est rendue publique[13]. Le mois suivant, Magnus Carlsen remporte le tournoi de Nankin avec huit points sur dix et réalise une performance exceptionnelle de plus de 3 000 points Elo en étant invaincu et après avoir battu chacun des cinq autres participants. Il devance le numéro un mondial Veselin Topalov, deuxième du tournoi, de deux points et demi[14]. Le 1er novembre 2009, Carlsen atteint le classement Elo de 2 801, ce qui fait de lui le cinquième et le plus jeune joueur de l'histoire à passer la barre des 2 800[15]. Pour sa première sortie en tant que no 2 mondial, il finit, en novembre 2009, deuxième ex æquo au Mémorial Tal, un tournoi de catégorie 21, avec 5,5 points sur 9 (derrière Kramnik). Au passage, il réussit à gagner des points Elo et devient virtuellement le no 1 mondial[16]. Le 18 novembre 2009, il devient champion du monde de blitz avec 31 points sur 42 à Moscou ; il est le plus jeune joueur à avoir obtenu ce titre[17].

Magnus Carlsen à Londres en 2009

Le premier janvier 2010, Carlsen occupe la première place du classement Elo à dix neuf ans et neuf mois (Kasparov avait atteint la première place à vingt ans et neuf mois, en janvier 1984, et Kramnik à vingt ans et sept mois en janvier 1996).

Le 31 janvier 2010, Carlsen remporte la 72e édition du prestigieux tournoi de Wijk aan Zee, seul premier avec un score de 8,5 (+5 =7 -1) sur 13, devant Vladimir Kramnik (8/13) et Alexeï Chirov (8/13). Sa défaite de la 9e ronde contre Kramnik met fin à une série de 36 parties où il est demeuré invaincu[18]. En mars 2010, Carlsen atteint le classement de 2 813, soit le deuxième meilleur de tous les temps après celui de Garry Kasparov. La fin de la collaboration avec Kasparov est annoncée[19]. Le 25 mars 2010, il finit 1er ex æquo avec Vassili Ivantchouk au tournoi Amber avec 8/11 en parties rapides et 6,5/11 en parties à l'aveugle[20].

Fin juin 2010, Carlsen gagne le « tournoi des rois » en Roumanie par 7,5/10 (5 gains et 5 nulles), devançant Radjabov et Guelfand de deux points au classement final. Il réalise une performance à 2 920 dans ce tournoi[21]. Fin août, il remporte un tournoi de partie rapides à Kristiansund en Norvège devant Anand[22], réalisant un score de 3,5/6 dans la phase qualificative et battant Anand 1,5-0,5 dans les départages. Le 10 septembre 2010, Magnus Carlsen remporte une partie en ligne organisée selon le principe de la partie majoritaire, c'est-à-dire que le coup le plus souvent suggéré sera retenu. Trois grands maîtres de haut niveau, le Français Maxime Vachier-Lagrave, l'Américain Hikaru Nakamura, la Hongroise Judith Polgar, ont aidé les participants en suggérant des coups[23]. Au cours de l'Olympiade de Khanty-Mansiysk, de septembre à octobre 2010, Magnus Carlsen réalise un score de 4,5/8 et concède trois défaites face à Baadur Jobava, Michael Adams et Sanan Siouguirov[24].

Portrait de Magnus Carlsen en avril 2012.

En octobre 2010, à la Finale du grand chelem d'échecs de Bilbao, un tournoi à deux tours, qui est le premier tournoi de catégorie 22 (avec une moyenne Elo de 2 789), il essuie deux défaites, contre Kramnik et contre Anand. Il finit troisième, le tournoi est remporté par Kramnik[25]. En octobre 2010, Carlsen remporte le fort tournoi de Nankin (moyenne Elo 2 766) devant Anand et Bacrot, réalisant une performance de 2 901 Elo[26]. Au classement de novembre, il perd 24 points Elo à la suite de ses résultats à l'Olympiade et à Bilbao. Le tournoi de Nankin n'a pas été comptabilisé pour ce classement. Lors de la cérémonie d'ouverture de Championnat du monde de Blitz 2010 à Moscou, Carlsen se voit décerner l'Oscar des échecs pour l'année 2009[27]. En décembre 2010, Carlsen gagne le tournoi Chess Classic de Londres avec 4.5/7 (+4, =1, -2) devant Anand et Luke McShane qui font le même score mais ont moins de parties gagnées[28].

En janvier 2011, Carlsen termine troisième du tournoi de Wijk aan Zee, devancé par Nakamura et Anand. Par conséquent, au classement Elo du 1er mars 2011, il perd passagèrement la position en tête du classement Elo de la FIDE au profit d'Anand. Il la recouvre cependant, quatre mois plus tard (le 1er juillet), après sa victoire au tournoi des rois à Mediaș. Il remporte ensuite successivement le festival d'échecs de Bienne (en juillet 2011) et la finale du grand chelem d'échecs de Bilbao (en septembre-octobre 2011), un tournoi de catégorie 22 (moyenne Elo : 2 788). En novembre 2011, Magnus Carlsen remporte le Mémorial Tal 2011 à Moscou, de catégorie 22 (moyenne Elo de 2 776), ex æquo avec Levon Aronian au nombre de points : 5,5 points sur 9 (deux victoires et sept nulles), mais premier au départage (nombre de parties disputées avec les Noirs). Fin 2011, son classement Elo est de 2 826.

Depuis 2012 : le joueur le mieux classé de l'histoire[modifier | modifier le code]

Au début 2012, Carlsen atteint 2 835 points Elo, classement qu'il conserve après le tournoi de Wijk aan Zee 2012 où il est devancé par Levon Aronian.

En juin 2012, il remporte pour la deuxième fois consécutive le mémorial Tal, tournoi de catégorie XXII (moyenne Elo de 2 776) et après une deuxième place au festival d'échecs de Bienne (devancé par Wang Hao), il obtient un classement Elo de 2 843 le 1er septembre. En septembre-octobre 2012, Carlsen remporte pour la deuxième fois de suite la finale du grand chelem d'échecs de Bilbao, de catégorie XXII (moyenne Elo de 2 781) et le 1er novembre 2012, il atteint le classement de 2 848, à trois points du record de Garry Kasparov de juillet 1999.

En décembre 2012, il remporte pour la troisième fois (après 2009 et 2010) le London Chess Classic par 6,5/8 (+5 =3) avec une performance de 2 990[29].

Le 1er janvier 2013, son nouveau classement Elo de 2 861 est avalisé par la FIDE, ce qui en fait la meilleure performance de l'histoire de cette évaluation, dix points au-delà de la performance de Kasparov, acquise 13 ans avant. Son classement Elo atteint 2 872 le 1er février 2013, ce qui constitue le nouveau record mondial[30]. Son classement au 1er juillet 2013 est de 2 862.

En janvier 2013, Carlsen remporte pour la troisième fois le tournoi de Wijk aan Zee. Du 12 au 24 juin 2013, il participe au mémorial Tal et finit deuxième avec 5,5/9 devancé par Gelfand.

En septembre 2013, il gagne la coupe Sinquefield (Sinquefield Cup) à Saint-Louis avec 4.5 points sur 6 (+3, =3, -0) et une performance de 2 968[31] devant les trois autres participants : Nakamura (3,5/6), Aronian (2,5/6) et Kamsky (1,5/6).

Champion du monde en 2013[modifier | modifier le code]

Carlsen au tournoi de Wijk aan Zee en janvier 2013.

En mars 2013, Magnus Carlsen finit premier du tournoi des candidats de Londres grâce à un nombre de victoires supérieur à celui de Vladimir Kramnik. Il est qualifié pour la finale du championnat du monde de 2013 qui l'oppose à Viswanathan Anand en octobre-novembre 2013.

Après deux parties nulles sans grand risque dans les deux premières rondes, le match s'anima dans les rondes 3 et 4 où, à la suite de deux longues batailles, aucun point ne fut marqué. Même si le score était toujours de 2-2, Carlsen avait réussi à fatiguer Anand. Stratégie payante car dès la ronde 5 après le jour de repos, Carlsen marque le premier point avec les pièces blanches. Le lendemain, Anand probablement encore sous le choc ne joua pas à son meilleur niveau et perdit pour la première fois de sa carrière avec les pièces blanches contre Magnus Carlsen. Anand ne se relèvera pas de ces deux défaites consécutives. Il parvient à annuler encore deux parties avant de tenter le tout pour le tout à la neuvième ronde. Cette partie, sans compromis et d'une énorme complexité tactique, perdant les modules d'analyse et la plupart des commentateurs et grands maîtres qui regardaient le match, donne Carlsen vainqueur une dernière fois après une grosse bourde d'Anand. Mené au score par 6-3, Anand devait l'emporter trois fois d'affilée et encore au départage, chose pratiquement impossible ; il se contentera d'essayer de finir sur une nulle au lieu d'une défaite. Mais Carlsen, lui, joua la dixième partie jusqu'au bout en cherchant à tout prix le gain. Finalement il n'y parvint pas et c'est sur le score de 6,5-3,5 que Magnus Carlsen devint le nouveau champion du monde.

Défense du titre mondial (2014)[modifier | modifier le code]

Carlsen signant des autographes au tournoi de Zurich 2014.

En février 2014, Carlsen disputait le tournoi de Zurich, le Zurich Chess Challenge, un tournoi à deux tours où le premier tour se disputait en parties lentes (« classiques ») et le deuxième tour en parties rapides. Il remporta le premier tour (parties « classiques ») ainsi que le classement combiné du tournoi devant Aronian, Caruana, Nakamura, Anand et Guelfand.

En novembre 2014, il défend victorieusement son titre de champion du monde face à Viswanathan Anand qui a remporté le tournoi des candidats du championnat du monde d'échecs 2014. Magnus Carlsen l'emporte 6½ – 4½ (+3 -1 =7).

Vainqueur du Grand Chess Tour 2015[modifier | modifier le code]

En juin 2015, il signe son plus mauvais résultat depuis l'olympiade d'échecs de 2010 en marquant moins de la moitié des points (3,5 sur 9) lors du tournoi Norway Chess 2015. Il termine à la septième-huitième place sur dix joueurs du tournoi de Stavanger remporté par Topalov.

En décembre 2015, Carlsen finit premier au départage du tournoi Chess Classic de Londres et remporte le classement général du Grand Chess Tour composé du Norway Chess, de la Coupe Sinquefield et du tournoi de Londres.

Classements Elo depuis 2006[modifier | modifier le code]

2006 à 2011[modifier | modifier le code]

Évolution du classement Elo de Magnus Carlsen depuis 2001.
Carlsen à Linares en 2007.
Magnus Carlsen à Londres en 2010
Magnus Carlsen à Mayence en 2008.

Carlsen entra dans le classement des cent premiers mondiaux (Top 100) de la Fédération internationale des échecs en janvier 2006.

Année Publication Classement
Elo
Parties Évolution Rang
mondial
Âge
(records personnels)
Rang
junior
2006 janvier 2006 2 625 40 +55 89 15 ans, 1 mois 7
avril 2006 2 646 13 +21 63 15 ans, 4 mois 8
juillet 2006 2 675 27 +29 31 15 ans, 7 mois 4
octobre 2006 2 698 46 +23 21e 15 ans, 10 mois 2e junior
2007 janvier 2007 2 690 11 −8 24
avril 2007 2 693 27 +3 22
juillet 2007 2 710 19 +17 17e 16 ans, 7 mois
octobre 2007 2 714 25 +4 16e 16 ans, 10 mois
2008 janvier 2008 2 733 37 +19 13e 17 ans, 1 mois 1er junior
avril 2008 2 765 27 +32 5e 17 ans, 4 mois
juillet 2008 2 775 16 +10 6e 17 ans, 7 mois
octobre 2008 2 786 31 +11 4e 17 ans, 10 mois
2009 janvier 2009 2 776 17 −10
avril 2009 2 770 27 −6 3e 18 ans, 4 mois
juillet 2009 2 772 12 +2
septembre 2009 2 772 10 0 4e
novembre 2009 2 801 10 +29 2e 18 ans, 11 mois
2010 janvier 2010 2 810 16 +9 1er 19 ans, 1 mois
mars 2010 2 813 13 +3 19 ans, 3 mois
mai 2010 2 813 0 0
juillet 2010 2 826 10 +13 19 ans, 7 mois
septembre 2010 2 826 0 0
novembre 2010 2 802 14 −24 2e
2011 janvier 2011 2 814 16 +12 1er 20 ans, 1 mois
mars 2011 2 815 13 +1 2e
mai 2011 2 815 0 0
juillet 2011 2 821 10 +6 1er
septembre 2011 2 823 10 +2
novembre 2011 2 826 10 +3

Depuis 2012 : numéro un mondial[modifier | modifier le code]

Carlsen au tournoi de Wijk aan Zee en janvier 2012.
Carlsen (assis) au tournoi de Wijk aan Zee en janvier 2012.
Carlsen au tournoi Grenke de Baden-Baden 2015 qu'il a remporté.

Depuis 2005 et le départ de Kasparov, Carlsen est le joueur qui a été numéro un junior et numéro un mondial le plus souvent : 15 fois, soit pendant trois ans (de 2008 à 2010), numéro un junior et plus de 60 mois numéro un au classement mondial : de janvier à octobre 2010, en janvier-février 2011 et sans interruption depuis juillet 2011[32].

Année Publication Classement
Elo
Parties
classiques
Évolution Âge
(records personnels)
2012 janvier 2012 2 835 17 +9 21 ans, 1 mois
mars 2012 2 835 13 0
mai 2012 2 835 0 0
juillet 2012 2 837 9 +2 21 ans, 7 mois
septembre 2012 2 843 10 +6 21 ans, 9 mois
novembre 2012 2 848 10 +5 21 ans, 11 mois
2013 janvier 2013 2 861 8 +13 22 ans, 1 mois
février 2013 2 872 13 +11 22 ans, 2 mois
mai 2013 2 868 14 −4
juin 2013 2 864 9 −4
juillet 2013 2 862 9 −2
octobre 2013 2 870 6 +8
décembre 2013 2 872 10 +2 23 ans
2014 mars 2014 2 881 5 +9 23 ans, 3 mois
mai 2014 2 882 1 +1 23 ans, 5 mois
juin 2014 2 881 10 −1
juillet 2014 2 877 9 −4
septembre 2014 2 870 9 −7
octobre 2014 2 863 10 −7
décembre 2014 2 862 11 −1 24 ans
2015 février 2015 2 865 13 + 3
mars 2015 2 863 7 −2
mai 2015 2 876 9 +13
juillet 2015 2 853 9 −23
octobre 2015 2 850 9 −3
décembre 2015 2 834 7 −16 25 ans
2016 janvier 2016 2 844 18 +10
mars 2016 2 851 13 + 7
juin 2016 2 855 9 + 4

Palmarès[modifier | modifier le code]

2000 à 2006 : champion de Norvège et grand maître international[modifier | modifier le code]

En avril 2003, Carlsen finit dernier (douzième) du tournoi Gausdal Classics (tournoi toutes rondes remporté par Nick de Firmian). En février 2004, après son succès au tournoi de Wijk aan Zee, Carlsen finit quarantième de l'open Aeroflot à Moscou, avec 5,5 points sur 9 et trente-cinquième de l'open de Reykjavik (4,5/9, +4, –4, =1)[33]. En 2005, à Khanty Mansiisk, Carlsen termina dixième de la coupe du monde d'échecs 2005, battant Azmaïparachvili, Amonatov, Ivan Chéparinov, Lautier et Malakhov ; perdant seulement ses matchs contre Bareïev et Kamsky. En novembre 2006, il finit huitième-neuvième et avant-dernier du Mémorial Tal à Moscou : 3,5 / 9 (–2 =7), tournoi remporté par Leko, Aronian et Ponomariov.

Année Vainqueur Deuxième à dixième
2000 Championnat de Norvège, catégorie moins de 11 ans
(Asker) : 10 / 11 (+9 =2)
Championnat de Norvège de la jeunesse, moins de 10 ans
(Porsgrunn, 1er-4e, vainqueur au départage) : 6 / 7 (+6 –1)
2001 Championnat nordique des moins de 11 ans (Laugar) : 5,5 / 6
Championnat de Norvège de la jeunesse, moins de 12 ans
(Porsgrunn) : 6 / 7
Championnat de Norvège, catégorie moins de 20 ans (juniors)
(Kristiansund, 6e) : 5,5 / 9
2002 Championnat nordique des 11-12 ans
(Tjele) : 5 / 6 (+6 –1)


Championnat open junior de Norvège (Lysaker, 2e) : 5,5 / 7
(victoire de Heather Richards au départage)
Championnat d'Europe des moins de 12 ans (6e) : 6 / 9 (+5 –2 =2)
(Peniscola, victoire de Ian Nepomniachtchi, 59 joueurs)
Championnat du monde des moins de 12 ans (2e) : 9 / 11 (+8 –1 =2)
(Heraklion, victoire de Nepomniachtchi au départage, 117 joueurs)
2003 Championnat open junior de Norvège
(Oslo, 74 joueurs) : 7 / 7
Gausdal (3e-6e) : 7 / 10 (+6 –2 =2) (victoire de Rozentalis)
(Troll Masters Open, mémorial Arnold J. Eikrem)
Championnat de Norvège (Fredrikstad, 3e-9e) : 5,5 / 9
(victoire de Østenstad devant Djurhuus)
Open de Copenhague (7e-16e) : 8 / 11 (+6 –1 =4)
(Politiken Cup, victoire de Sasikiran)
Open de Schwarzach (Salzbourg, 4e-9e) : 6,5 / 9 (+5 –1 =3)
(victoire de Oumanski et Zimmerman devant Krstic[34])
Championnat d'Europe des moins de 14 ans (3e) : 6,5 / 9
(Budva, victoire de Siarheï Jyhalka)
Championnat du monde des moins de 14 ans (9e) : 7,5 / 11
(Kallithéa, victoire de Jyhalka devant Vachier-Lagrave)
Taormina[35] (2e-5e après Godena) : 5,5 / 9 (+3 –1 =5)
Budapest (4e-5e) : 8 / 13 (+5 –2 =6) (victoire de Vaida et K. Miton)
2004 Wijk aan Zee, groupe C : 10,5 / 13 (+9 –1 =3)


Championnat de Norvège (Molde, 1er-2e) : 7 / 9 (+6 –1 =2)
(2e au départage après un match nul contre Østenstad, =2)
Open de Dubaï (2e-13e après Mamedyarov) : 6,5 / 9 (+4 =5)
Malmö-Copenhague (3e) : 5,5 / 9 (+3 –1 =5)
(tournoi Sigeman & Co, victoire de Nielsen et Hansen)
Hoogeveen[36] (4e) : 2 / 6 (+1 –3 =2) (victoire de Ivan Sokolov)
Open de Copenhague (4e-13e, Politiken Cup[37]) : 7 / 10 (+5 =5)
(victoire de Sadvakassov, Johannessen et de Firmian)
Gausdal (5e) : 5 / 9 (victoire de L'Ami)
2005 Gausdal (open) : 8 / 9 (+7 =2, performance 2 792[38])
(Bygger'n Masters, mémorial Arnold Eikrem)

Championnat de Norvège (Sandnes) : 7 / 9 (+6 –1 =2)
(1er-2e, Carlsen deuxième après un match de
départage[39] en parties rapides perdu contre Agdestein)
Wijk aan Zee, groupe B (7e) : 7 / 13 (+3 –2 =8)
(victoire de Kariakine devant Smeets, Mamedyarov et Nielsen)
Gausdal (Classics, 6e-8e) : 4 / 9 (+3 –4 =2)
(victoire de Tiviakov devant Kulaots et Korneïev[40])
Bienne (6e) : 4 / 10 (–2 =8) (victoire de Guelfand et Volokitin)
Lausanne (Young Masters, 5e) : 3,5 / 6 (+2 –1 =3)
Coupe du monde d'échecs 2005 (10e)
2006 Wijk aan Zee, groupe B (1er-2e) : 9 / 13 (+6 –1 =6)
(ex æquo avec Motylev, Carlsen 2e au départage)
(Schagen) Match contre Loek van Wely : 2–2 (+1 –1 =2)
(vainqueur du départage blitz : 3,5–0,5)
Sarajevo (tournoi Bosna) : 5,5 / 10 (+1 =9)
(ex æquo avec Nisipeanu et Malakhov)
Championnat de Norvège (Moss) : 7 / 9 (+6 –1 =2)
(vainqueur du match de départage rapide contre Agdestein)
Tromsø (2e-3e après Shipov) : 7 / 9 (+6 –1 =2)
Olympiade de Turin (5e) : 6 / 8 (+4 =4)

Bienne (2e-3e) : 6 / 10 (+4 –2 =4)
(victoire de Morozevitch devant Radjabov)

(Spitzberg) Match Norvège-Russie contre Svidler : 0,5–1,5

2007 à 2012 : de la vingt-cinquième à la première place au classement mondial[modifier | modifier le code]

En janvier 2007, Carlsen termina dernier ex æquo du tournoi de Wijk aan Zee avec 4,5 points sur 13 (–4 =9). En octobre 2010, il finit 25e du classement individuel de l'olympiade de Khanty-Mansiïsk au premier échiquier avec 4,5 points sur 8. Ce résultat lui fit perdre temporairement la première place au classement mondial de la FIDE en novembre 2010.

Année Vainqueur Deuxième à cinquième
2007 Gausdal (Classics) : 7 / 9 (+5 =4)
(devant Portisch, Rosentalis et Krasenkow)

Bienne : 5,5 / 9 (+4 –2 =3)
(vainqueur après un match de départage
contre Onischuk)
Morelia-Linares (2e-3e) : 7,5 / 14 (+4 –3 =7)
(victoire de Anand devant Morozevitch)
Tournoi des candidats
(Elista) Match contre Aronian : 3–3, perdu au départage
Dortmund (5e) : 3 / 7 (–1 =6) (victoire de Kramnik)
Tromsø (2e-4e après Moïssenko) : 7 / 9 (+5 =4)
Mémorial Tal (4e-6e) : 4,5 / 9 (+1 –1 =7) (victoire de Kramnik)
Demi-finaliste de la Coupe du monde (Khanty-Mansiïsk)
(éliminé par Kamsky, victoire de Kamsky devant Chirov)
2008 Wijk aan Zee : 8 / 13 (+4 -1 =8) (ex æquo avec Aronian)
Bakou (Grand Prix FIDE 2008-2010) : 8 / 13 (+4 –1 =8)
(ex æquo avec Gashimov et Wang Yue)

Foros (Aerosvit) : 8 / 11 (+5 =6)
Morelia-Linares (2e après Anand) : 8 / 14 (+5 –3 =6)
Bienne (3e) : 6 / 10 (+3 –1 =6)
(victoire de Alekseïev devant Dominguez)
(Bilbao) Finale du grand chelem (2e-4e) : 5 / 10 (+3 –3 =4)
(victoire de Topalov devant Aronian et Ivantchouk)
2009




Nankin (Pearl Spring) : 8 / 10 (+6 =4)

Londres (Chess Classic) : 4,5 / 7 (+3 -1 =3)
Wijk aan Zee (5e-6e) : 7 / 13 (+2 -1 =10)
(victoire de Kariakine devant Aronian, Movsessian et Radjabov)
Linares (3e) : 7,5 / 14 (+3 –2 =9)
(victoire de Grichtchouk au départage devant Ivantchouk)
Sofia (2e après Chirov) : 6 / 10 (+3 –1 =6)
Dortmund (2e-4e) : 5,5 / 9 (+2 –1 =7)
(victoire de Kramnik devant Léko et Jakovenko)
(Moscou) Mémorial Tal (2e-3e) : 5,5 / 9 (+2 =7)
(victoire de Kramnik devant Ivantchouk)
2010 Wijk aan Zee : 8,5 / 13 (+4 -1 =8)
Mediaș (tournoi des rois) : 7,5 / 10 (+5 =5)
Nankin : 7 / 10 (+4 =6)
Londres : 4,5 / 7 (+4 –2 =1, 13 / 21)

Bilbao (3e) : 6 / 18 (+1 –2 =3)
(finale du grand chelem, victoire de Kramnik devant Anand)
2011 Mediaș (tournoi des rois) : 6,5 / 10 (+3 =7)
(vainqueur au départage devant Kariakine)
Bienne[41] : 7 / 10 (+5 –1 =4, 19 / 30)
Sao-Paulo–Bilbao : 6 / 10 (+3 –1 =6, 15 / 30)
(vainqueur après un départage éclair contre Ivantchouk)
Moscou (mémorial Tal) : 5,5 / 9 (+2 =7)
(vainqueur au départage[42] devant Aronian)
Wijk aan Zee (3e-4e) : 8 / 13 (+5 –2 =6)
(victoire de Nakamura devant Anand et Aronian)



Londres (3e) : 5,5 / 8 (+3 =5, 14 / 24)
(victoire de Kramnik devant Nakamura, +4 –1 =3, 15 / 24)
2012
Moscou (mémorial Tal) : 5,5 / 9 (+2 =7)
Sao-Paulo–Bilbao : 6,5 / 10 (+4 –1 =5, 17 / 30)
(vainqueur après un départage éclair contre Caruana)
Londres : 6,5 / 8 (+5 =3, 18 / 24)
Wijk aan Zee (2e-4e après Aronian) : 8 / 13 (+4 –1 =8)
(Carlsen deuxième au départage devant Caruana et Radjabov)
Bienne (2e après Wang Hao) : 18 / 27 (+4 =6)


Depuis 2013 : champion du monde[modifier | modifier le code]

Année Vainqueur Deuxième à septième
2013 Wijk aan Zee : 10 / 13 (+7 =6)
Tournoi des candidats (Londres) : 8,5 / 14 (+5 −2 =7)
(vainqueur au départage devant Kramnik)

Coupe Sinquefield (Saint-Louis) : 4,5 / 6 (+3 =3)
Championnat du monde (Chennai)
Match contre Anand : 6,5-3,5 (+3 =7)

Stavanger-Sandnes-Bryne-Strand
(tournoi Norway Chess, 2e-3e) : 5,5 / 9 (+3 –1 =5)
(victoire de Kariakine devant Nakamura)
Mémorial Tal (2e) : 5,5 / 9 (+3 –1 =5)
(Moscou, victoire de Guelfand)
2014 Tournoi de Zurich (classique et rapide) : 10 / 15
(8 / 10, +3 =2 en parties lentes et 2 / 5 en parties rapides)
Şəmkir (mémorial Gashimov) : 6,5 / 10 (+5 –2 =3)

Championnat du monde (Sotchi)
Match contre Anand : 6,5-4,5 (+3 –1 =7)

Stavanger-Sandnes-Bryne (2e après Kariakine)
(tournoi Norway Chess) : 5,5 / 9 (+2 =7)
Coupe Sinquefield (2e) : 5,5 / 10 (+2 –1 =7)
(Saint-Louis, (victoire de Caruana)
2015 Wijk aan Zee : 9 / 13 (+6 –1 =6)
Baden-Baden (Grenke Classic) : 4,5 / 7 (+3 –1 =3)
(vainqueur après départage en blitz contre Naiditsch)
Şəmkir (mémorial Gashimov) : 7 / 9 (+5 =4)

Londres (Chess Classic) : 5,5 / 9 (+2 =7)
Open du Qatar : 7 / 9 (+5 =4)
(vainqueur après départage en blitz contre Yu Yangyi)


Stavanger-Sandnes (7e-8e) : 3,5 / 9 (+2 –4 = 3)
(tournoi Norway Chess, victoire de Topalov)
Coupe Sinquefield (2e-5e) : 5,5 / 10 (+2 –1 =7)
(Saint-Louis, victoire de Aronian)
2016 Wijk aan Zee : 9 / 13 (+5 =8)
Stavanger (Norway Chess) : 6 / 9 (+4 –1 =4)
Bilbao (Final de Maestros) : 17 / 30 (+4 −1 =5)

Olympiades[modifier | modifier le code]

Carlsen a participé à quatre olympiades[43], jouant à chaque fois au premier échiquier.

En 2004, lors de l'olympiade de Calviá, Carlsen ne joua que les cinq dernières rondes et marqua 3 points sur 5 (+2 –1 =2). En 2006, lors de l'olympiade de Turin, Carlsen disputa les huit dernières rondes aux échiquiers de la Norvège. Il marqua 6 points sur 8 (+4 =4).

Lors de l'olympiade d'échecs de 2008, Carlsen finit dixième au premier échiquier avec 7,5 points sur 11 (+5 –1 =5). Lors de l'olympiade d'échecs de 2010, il perdit trois parties avec les pièces noires et termina vingt-cinquième au premier échiquier avec 4,5 points sur 8 (+4 –3 =1). En 2012, il ne participa pas à l'olympiade.

En août 2014, à l'olympiade d'échecs de 2014 à Tromsø en Norvège, il disputa neuf parties, en perdit deux et marqua 6 points sur 9 (+5 –2 =2).

Tournois rapides et éclair[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Carlsen au championnat du monde de blitz 2009.
2002
  • Fredrikstad : troisième du championnat open rapide de Norvège : 6,5 / 10
2003
  • Vikersund : sixième du championnat open rapide de Norvège : 6,5 / 10 (110 participants)
2004
  • Reykjavik :
    • Carlsen finit avant-dernier du tournoi préliminaire en blitz mais réussit à battre Karpov
    • Tournoi rapide : Carlsen est éliminé au premier tour par Kasparov (0,5 à 1,5)
2005
León (rapide) : perd en demi-finale contre Anand (1,5 à 2,5)[44]
2006
  • Reykjavik (tournoi blitz Skákmeistarar Islands-Glitnir), vainqueur (bat Anand 2 à 0 en demi-finale et remporte la finale 2 à 0 contre Hannes Stefánsson[45]).
  • Championnat de Norvège : vainqueur du match de départage rapide contre Agdestein
  • Invitation à 15 ans au championnat du monde de blitz (Carlsen finit huitième sur 16 participants[46])
2007
  • (Porto-Vecchio) Match des espoirs contre Radjabov perdu : 2 à 3 : rapide (1-1, =0) et éclair (=2), départage éclair perdu (0-1)
  • Carlsen finit neuvième sur 64 participants du championnat du monde de blitz à Moscou[47]
2008
  • (Miskolc) Match rapide contre Léko : 5–3 (+2 –0 =6)
  • Mayence (tournoi rapide) : battu en finale par Anand
2009
  • Gjovik (tournoi rapide)
  • Léon (tournoi rapide, finale gagnée contre Ivantchouk)
  • Champion du monde de blitz (Moscou)

Années 2010[modifier | modifier le code]

2010
  • vainqueur à Kristiansund (tournoi rapide)
  • troisième du championnat du monde de blitz à Moscou
2011
(Tournoi de Bilbao) vainqueur du départage en blitz contre Ivantchouk
2012
  • (Mexico) Vainqueur du tournoi exhibition rapide et aveugle « Cuadrangular UNAM 2012 » : Carlsen bat Judit Polgar en finale après départage.
  • (Tournoi de Bilbao) vainqueur du départage en blitz contre Kariakine
  • (Moscou) deuxième au départage du Mémorial Tal en blitz, derrière Morozevitch
  • (Astana) deuxième du championnat du monde de blitz à Astana (victoire de Grichtchouk)
Carlsen champion du monde de parties rapides 2015 à Berlin.
2013
  • (Moscou) Quatrième du Mémorial Tal en blitz (victoire de Nakamura)
  • Stavanger (Norway Chess), tournoi préliminaire en blitz : 2e-4e derrière Kariakine, ex æquo avec Anand et Nakamura
  • (Lillehammer) Match rapide amical contre Borki Predojević gagné : 2,5 à 1,5
2014
  • Zurich (Chess Challenge), vainqueur du tournoi préliminaire en blitz (3/5)
  • Vainqueur à Caxias do Sul, tournoi quadrangulaire rapide (+4 =2)[48]
  • Stavanger (tournoi Norway Chess), vainqueur du tournoi préliminaire en blitz : 7,5 / 9 (+6 =3)
  • Champion du monde de parties rapides (Dubaï) : 11 / 15
  • Champion du monde de blitz (Dubaï)
2015
  • Tournoi de Baden-Baden, vainqueur du départage en blitz contre Naiditsch
  • Champion du monde de parties rapides (Berlin) : 11,5 / 15
  • (Tournoi de Londres) Vainqueur du départage en parties rapides contre Vachier-Lagrave (1,5-0,5)
  • (Open du Qatar) Vainqueur du départage en blitz contre Yu Yangyi (2-0)
2016
  • Stavanger (tournoi Norway Chess) : vainqueur du tournoi préliminaire en blitz
  • Paris (Grand Chess Tour, rapide et blitz) : deuxième après Nakamura
  • Vainqueur du tournoi de Louvain (Grand Chess Tour, rapide et blitz)

Tournois Melody Amber (parties aveugle et rapides)[modifier | modifier le code]

Le tournoi d'échecs Amber avait lieu à Monaco.

  • 2009 : covainqueur du tournoi à l'aveugle
  • 2010 : covainqueur du tournoi rapide et du tournoi combiné (rapide et aveugle), ex æquo avec Ivantchouk
  • 2011 : seul vainqueur du tournoi rapide, deuxième du classement combiné : 14,5 / 22

Personnalité et style de jeu[modifier | modifier le code]

Originaire de Norvège, un pays sans véritable tradition échiquéenne, Carlsen déclare peu travailler ou étudier la théorie[49]. En revanche, il est avantagé par son excellente mémoire qui lui permet de connaître un grand nombre de positions et de parties jouées[49].

Il est particulièrement réputé, au moins depuis qu'il est premier mondial, pour ne pas chercher un avantage dès l'ouverture, contrairement à Fischer ou Kasparov, et pour gagner dans des finales considérées a priori comme nulles par gains successifs de micro-avantages positionnels[50]. Peter Heine Nielsen, ex-secondant de Carlsen, a déclaré : « Magnus préfère les longues parties techniques »[51]. Le magazine Télérama l'a décrit comme « un boa » qui « prend son temps et entoure lentement sa proie en l'étouffant[49] ».

Garry Kasparov est d'avis que Carlsen est un joueur qui a le sens de l'harmonie du jeu, à l'instar de José Raúl Capablanca et d'Anatoli Karpov et qu'il est capable d'évaluer des positions sans effort apparent[52].

Viswanathan Anand estime que Carlsen n'est pas mauvais dans les ouvertures, il n'en est pas un spécialiste, mais un généraliste. Il peut jouer de nombreuses ouvertures différentes à un haut niveau, son but étant d'arriver à une position solide. Carlsen est fort dans tous les aspects du jeu, son style n'est pas conventionnel et, s'il commet des erreurs, celles-ci sont difficiles à exploiter[53].

Exemples de parties[modifier | modifier le code]

Carlsen - Ernst (2004)[modifier | modifier le code]

Carlsen-Ernst, Wijk aan Zee 2004.
a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case noire d8
Tour noire sur case noire f8
Roi noir sur case blanche g8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Fou noir sur case noire e7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche e6
Cavalier noir sur case noire f6
Pion noir sur case noire h6
Reine noire sur case noire a5
Pion noir sur case noire c5
Cavalier blanc sur case noire e5
Pion blanc sur case blanche h5
Pion blanc sur case noire d4
Fou blanc sur case noire f4
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche c2
Reine blanche sur case blanche e2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Roi blanc sur case blanche b1
Tour blanche sur case blanche d1
Tour blanche sur case blanche h1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Après le 17e coup des Noirs.

La partie suivante est la partie Carlsen-Ernst, du tournoi C de Wijk aan Zee en 2004[7].

1. e4 c6 2. d4 d5 3. Cc3 dxe4 4. Cxe4 Ff5 5. Cg3 Fg6 6. h4 h6 7. Cf3 Cd7 8. h5 Fh7 9. Fd3 Fxd3 10. Dxd3 e6 11. Ff4 Cgf6 12. O-O-O Fe7 13. Ce4 Da5 14. Rb1 O-O 15. Cxf6+ Cxf6 16. Ce5 Tad8 17. De2 c5!? (diagramme) 18. Cg6! fxg6? 19. Dxe6+ Rh8 20. hxg6! Cg8 21. Fxh6 gxh6 22. Txh6+! Cxh6 23. Dxe7 Cf7 24. gxf7 Rg7 25. Td3! Td6 26. Tg3+ Tg6 27. De5+ Rxf7 28. Df5+ Tf6 29. Dd7# 1-0

Carlsen - Bacrot (2010)[modifier | modifier le code]

Magnus Carlsen-Étienne Bacrot, 3e tournoi d'échecs de Nankin, 2010[54] :

1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. d4 exd4 4. Cxd4 Fc5 5. Cb3 Fb6 6. Cc3 Cf6 7. De2 0-0 8. Fg5 h6 9. Fh4 a5 10. a4 Cd4 11. Dd3 Cxb3 12. cxb3 Te8 13. 0-0-0 d6 14. Dc2 Fd7 15. Fc4 Fe6!? (« Pour jouer un coup pareil, Étienne a dû calculer très loin » écrit Jean-Pierre Mercier[55]) 16. The1 De7 17. e5! dxe5 18. Txe5 Df8 19. Fxf6 gxf6 20. Te2 Dg7 21. Fxe6 Txe6 22. Txe6 fxe6 23. Td3! (« Carlsen a vu plus loin ! Les Blancs vont très vite s'activer[55] ») Rh8 24. Tg3 Dh7 25. Dd2 Fc5! 26. Ce4! Fe7 27. Th3 Rg7? 28. Dd7 Rf7? 29. Cg5+!! fxg5 30. Tf3+ Rg8 31. Dxe6+ Rh8 32. Tf7 Fd6 33. Txh7+ Rxh7 34. Df7+ Rh8 35. g3 Ta6 36. Rb1 Fb4 37. f4! gxf4 38. gxf4 1-0

Il s'agit d'une partie écossaise, ce qui est un bon choix de la part de Carlsen, car à cette époque, Bacrot semble avoir des difficultés sur les variantes secondaires du jeu avec 1.e4 e5[55]. Jean-Pierre Mercier souligne qu'à première vue, le jeu des blancs semble étrange et celui de noirs « puissant[55]. » Il semble que même le logiciel Rybka ait des difficultés à comprendre comment les blancs gagnent[55]. Néanmoins, si Bacrot a indéniablement bien joué, (bien qu'il ait roqué trop tôt) Carlsen gagne car il arrive à voir plus loin que son adversaire[55].

Ivantchouk - Carlsen, 2008[modifier | modifier le code]

Dans la partie suivante, Magnus Carlsen, comme à son habitude, « pêche en eau trouble » dans l'ouverture, puis maintient la pression sur son adversaire en recherchant les complications (par 15...g5 notamment), domaine où peut s'exercer son extraordinaire sens du milieu de jeu et des finales complexes. Il force Vassili Ivantchouk à dépenser beaucoup de temps à la pendule, à tel point que ce dernier se retrouve en zeitnot et ne parvient à franchir le contrôle du 40e coup qu'avec une position désespérée. Un des « secrets » de Carlsen semble bien être que lorsqu'on joue avec célérité des coups dynamiques, des opportunités heureuses se présentent : [style à revoir]

Vassili Ivantchouk - Magnus Carlsen, Morelia-Linares, 2008 (ronde 8)
1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 Cf6 4. 0-0 Cxe4 5. d4 a6 6. Fxc6 dxc6 7. De2 Ff5 8. Te1
Ivantchouk dévie des grandes variantes. Ce « vieux coup » n'avait été joué qu'une seule fois auparavant (dans la partie K. Georgiev - J. Piket, 1991).
8...Fb4 N
Ce coup constituait à l'époque une nouveauté théorique. Jeroen Piket avait joué 8...Fe7.
9. c3 Fd6 10. Dc2! Dd7 11. dxe5 Fc5 12. Txe4 0-0-0!? 13. Cbd2 Dd5 14. Rf1 The8 15. b3 g5 16. Fb2 g4 17. Cd4 Fxd4 18. cxd4 c5! 19. Tae1 cxd4 20. Dc4
L'Europe Échecs no 576 (avril 2008) indique que la très longue variante difficile à calculer 20. Tc1 Td7 21. Fxd4 Fxe4 22. Cxe4 Dxd4 23. Cd6+ Rb8 24. Cxe8 Dxe5 25. Te1 Dxh2 26. Te3! Dh1+ 27. Re2 Dxg2 28. Cf6 était à l'avantage des Blancs.
20...Fxe4 21. Txe4 Txe5 22. Txg4 Tde8 23. Cf3 Dxc4+ 24. bxc4 Te2 25. Fxd4 Txa2 26. Tg7 a5 27. Txf7 Tc2 28. g4 a4 29. g5 a3 30. Txh7 a2 31. Th8 Txh8 32. Fxh8 Txc4 33. h3 c5 34. Ce1 Tc1 35. g6 Rd7 36. Fb2 Re6 37. h4 c4 38. h5 c3 39. Fxc1 a1D 40. Cd3 0-1.

Une défaite : Carlsen - Ivantchouk, 2013[modifier | modifier le code]

Carlsen - Ivantchouk, Londres 2013
a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour blanche sur case noire b6
Pion noir sur case noire a5
Pion blanc sur case noire c5
Pion noir sur case noire e5
Roi noir sur case blanche f5
Pion noir sur case blanche h5
Tour noire sur case blanche a4
Roi blanc sur case noire c3
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Position après 70...Th4xa4.

La domination de Magnus Carlsen sur le monde des échecs est en 2013 telle qu'il fait plus parler de lui par ses rares défaites que par ses nombreuses victoires. Voici la fin de partie d'une de ces défaites qui a fait grand bruit. Il s'agit d'une finale de tours, aspect du jeu dans lequel Magnus Carlsen ne s'est pas révélé si à l'aise que cela en 2013, puisqu'il a également subi dans ce domaine une défaite la même année contre Wang Hao et Fabiano Caruana.

Fin de partie Magnus Carlsen - Vassili Ivantchouk, Tournoi des candidats de 2013 (Londres) :

Dans la position du diagramme ci-contre, Magnus Carlsen joue 71. Th6?, car il n'a pas anticipé la réponse d'Ivantchouk 71...Re4 (selon Ivantchouk, 71. c6 permettait de viser la partie nulle[56]).

Suit : 72. Td6 Td4 73. Ta6 Rd5 74. Txa5 Tc4+ 75. Rd3 Txc5 76. Ta4 Tc7 77. Th4 Th7 78. Re3 Re6 79. Re4 Th8 80. Re3 Rf5 81. Re2 Rg5 82. Te4 Te8 83. Re3 h4 84. Re2 h3 85. Rf2 h2 86. Rg2 h1=D+ 87. Rxh1 Rf5 88. Te1 Tg8 89. Rh2 (si la tour blanche essaie de donner des échecs par 89. Tf1+, alors le roi noir « triangule » par 89...Re4 90. Te1+ Rd4 (ou Rf4) 91. Td1+ (ou 91. Tf1+) 91...Re3, et si : 92. Te1+, alors sur 92...Rf2, le pion est imprenable à cause de la menace de mat)

89...Rf4 90. Tf1+ Re3 0-1.

Une partie menant au titre mondial[modifier | modifier le code]

Anand-Carlsen, 2013, 9e partie
a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Cavalier noir sur case blanche e8
Tour noire sur case noire f8
Roi noir sur case blanche g8
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case blanche h7
Pion blanc sur case noire f6
Pion noir sur case blanche g6
Reine blanche sur case noire h6
Pion noir sur case blanche d5
Pion blanc sur case noire e5
Pion blanc sur case noire g5
Pion noir sur case blanche c4
Pion blanc sur case noire d4
Tour blanche sur case noire f4
Pion blanc sur case noire c3
Cavalier blanc sur case noire g3
Fou blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Reine noire sur case blanche b1
Roi blanc sur case noire g1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Position après 27. ... b1D+

Viswanathan Anand - Magnus Carlsen, Championnat du monde d'échecs 2013, Chennai, neuvième partie.

Anand joue de façon aiguë contre la défense nimzo-indienne de Carlsen, ce qui lui donne des chances d'attaques. Carlsen se défend précisément, obtenant du contre-jeu côté dame et fait dame avec son pion b sur échec, pendant qu'Anand déplace ses pièces lourdes en vue d'un mat.

1. d4 Cf6 2. c4 e6 3. Cc3 Fb4 4. f3 d5 5. a3 Fxc3+ 6. bxc3 c5 7. cxd5 exd5 8. e3 c4 9. Ce2 Cc6 10. g4 0-0 11. Fg2 Ca5 12. 0-0 Cb3 13. Ta2 b5 14. Cg3 a5 15. g5 Ce8 16. e4 Cxc1 17. Dxc1 Ta6 18. e5 Cc7 19. f4 b4 20. axb4 axb4 21. Txa6 Cxa6 22. f5 b3 23. Df4 Cc7 24. f6 g6 25. Dh4 Ce8 26. Dh6 b2 27. Tf4 b1D+ 28. Cf1?? (28... Ff1 était nécessaire) De1 0-1.

Anand devait répondre 28. Ff1 sur l'échec. ChessBase propose une meilleure ligne : 28. Ff1 Dd1 29. Th4 Dh5 (les Noirs doivent sacrifier leur dame pour empêcher le mat) 30. Cxh5 gxh5 31. Txh5 Ff5 32. Fh3 Fg6 33. e6 Cxf6 34. gxf6 Dxf6 35. Tf5 Dxe6 36. Te5 Dd6, ce qui est probablement une nulle. À la place, Anand faute avec 28. Cf1 et abandonne après 28... De1, puis qu’après 29. Th4 Dxh4 30. Dxh4, les Noirs ont une tour en plus[57].

Contrats publicitaires[modifier | modifier le code]

Magnus Carlsen promouvant la variante Chess Attack en 2010.

En 2010, Magnus Carlsen participe à une campagne publicitaire pour son sponsor, la marque G-Star Raw. Il pose, notamment en compagnie de l'actrice Liv Tyler, pour une série de photos réalisées par le photographe Anton Corbijn[58]. La marque organise en outre à cette occasion un tournoi d'échecs sur Internet où les particuliers peuvent affronter Carlsen[58].

Chess Attack est une variante du jeu d'échecs qui se joue sur un échiquier 5x6. Il est vendu par une société norvégienne, Yes Games AS depuis 2008. Ce jeu est soutenu par Magnus Carlsen et Alexandra Kosteniouk.

En 2013, Magnus Carlsen a fondé une société Play Magnus AS basée à Oslo en Norvège. Cette société a lancé en 2014 une application Play Magnus qui propose de jouer des positions issues des parties de Carlsen contre un moteur qui simule le jeu de Carlsen à différents âges (de 5 à 25 ans)[59],[60].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Top 100 sur le site de la FIDE.
  2. (en) Facts and figures: Magnus Carlsen's performance in Nanjing, Chessbase, 12 octobre 2009.
  3. (en) It's official: Magnus Carlsen is number one!, Chessbase, 31 décembre 2009.
  4. Garry Kasparov est devenu champion du monde à 22 ans et six mois et Ruslan Ponomariov champion du monde d'échecs FIDE à 18 ans.
  5. (en) « Magnus Carlsen is the First Man to Win the Chess Triple Crown, but Not the First Person », sur www.themarysue.com (consulté le 21 mars 2016)
  6. Championnats du monde blitz et rapide, sur le site d'Europe Échecs
  7. a et b (en) Carlsen-Ernst, Wijk aan Zee 2004 sur ChessGames.com
  8. (en) Mega Magnus in Wijk aan Zee, Chessbase, 27 janvier 2004.
  9. (en) « Magnificent Magnus, the world's youngest grandmaster », Chessbase, 30 avril 2004.
  10. Ftacnik, Kopek et Browne, Champions of the new millenium, Quality Chess, 2009, p. 101.
  11. (en) Aerosvit 2008: Carlsen wins by a full point, Chessbase, 19 juin 2008.
  12. « Magnus withdraws from the Grand Prix 2008 - 2009 », 5 décembre 2008.
  13. (en) Carlsen and Kasparov join forces, Chessbase, 7 septembre 2009.
  14. (en) Site du tournoi de Nankin 2009
  15. (en) Courte biographie et parties de Magnus Carlsen sur ChessGames.com
  16. « Kramnik wins Tal Memorial 2009, Carlsen number one », Chessbase (consulté le 4 mars 2010).
  17. (en) Chess: Carlsen wins World Blitz Championship
  18. (no) Ole Valaker, « Så tapte Magnus », Nettavisen,‎ (consulté le 31 janvier 2010)
  19. (en) Magnus Carlsen on his chess career, Chessbase, 15 mars 2010.
  20. (en) Amber: Carlsen and Ivanchuk win 19th Amber, Chessbase, 26 mars 2010. .
  21. 2010 Bazna Kings Tournament
  22. (en) Carlsen beats Anand, wins Arctic Securities Rapid, Chessbase, 31 août 2010.
  23. World chess challenge
  24. Résultats de la Norvège à l'Olympiade 2010
  25. (en) Bilbao: Kramnik wins Chess Masters and eleven rating points, Chessbase, 15 octobre 2010.
  26. (en) Nanjing R10: Magnus wins with 2900+ performance, Chessbase, 30 octobre 2010.
  27. « And the 2009 Chess Oscar went to… Magnus Carlsen »,‎
  28. « Tournoi de Londres »
  29. « Dossier London Chess Classic. Ronde 9 », Europe-Échecs, 10 décembre 2012.
  30. « World Top Chess players », sur FIDE,‎ (consulté le 11 juillet 2013)
  31. « Sinquefield Cup » sur le site d'Europe Échecs
  32. « FIDE Top Players », sur FIDE,‎ (consulté le 11 juillet 2013)
  33. twic 489, mars 2004.
  34. Classement de l'open A de Schwarzach
  35. Mémorial Claude Pecaut.
  36. Tournoi Essent
  37. Politiken Cup sur echesspedia
  38. (en) Carlsen wins with a 2792 performance, sur chessbase.com, octobre 2005.
  39. Match de départage contre Agdestein : + 1 –1 en parties lentes, puis +1 –2 =3 en parties rapides.
  40. (en) Gausdal Classics 2005, twic 546, avril 2005.
  41. Vainqueur devant Morozevitch : (+4 –1 =5, 17 / 30)
  42. Départage : nombre de parties gagnées avec les Noirs.
  43. fiche de Carlsen sur olimpbase.org.
  44. twic 553, juin 2005.
  45. Glitnir Blitz 2006 sur le site shaksamband.is.
  46. grischukwins fide world blitz championship sur chessbase.
  47. ivanchuk wins world blitz championship anand second sur chessbase.
  48. (en)Carlsen in Brazil sur chessbase.com.
  49. a, b et c Nicolas Delesalle, « Neuf raisons plus ou moins capitales de suivre le championnat du monde d'échecs », Télérama,‎ (lire en ligne)
  50. éditorial (p. 3) de Bachar Kouatly dans le mensuel Europe Échecs no 626 (novembre 2012).
  51. Europe Échecs no 636 (octobre 2013), page 33.
  52. A New King for a New Era in Chess, time.com, 23 novembre 2013
  53. Playing Carlsen was like playing a human computer: Anand, firtsport.com, 30 novembre 2013.
  54. (en) Carlsen – Bacrot, Nankin 2010 sur ChessGames.com
  55. a, b, c, d, e et f Jean-Pierre Mercier, « Carlsen-Bacrot: autopsie d'un mat », sur Tour à Tour,‎ (consulté le 13 juillet 2013)
  56. Europe Échecsno 632, mai 2013, page 28.
  57. (en) Albert Silver, « Chennai G9: Magnus .44 beats battling Anand », ChessBase News,‎ (lire en ligne)
  58. a et b « La star des échecs Magnus Carlsen se joint à Liv Tyler pour la nouvelle campagne de G-Star », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  59. (en) World chess champion Magnus Carlsen launches app, Daily Telegraph, février 2014.
  60. (en) site officiel playmagnus.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]



Liste des 10 premiers mondiaux au
Rang Ancien
rang
Nom Fédération Classement Elo Parties
jouées
Né en
1 (1) Magnus Carlsen Drapeau de la Norvège Norvège 2 855 0 1990
2 (2) Vladimir Kramnik Drapeau de la Russie Russie 2 812 0 1975
3 (3) Fabiano Caruana Drapeau des États-Unis États-Unis 2 810 9 1992
4 (5) Maxime Vachier-Lagrave Drapeau de la France France 2 798 9 1990
5 (4) Levon Aronian Drapeau de l'Arménie Arménie 2 792 0 1982
6 (6) Hikaru Nakamura Drapeau des États-Unis États-Unis 2 787 0 1987
7 (8) Anish Giri Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 2 785 9 1994
8 (7) Ding Liren Drapeau de la République populaire de Chine Chine 2 778 3 1992
9 (9) Sergueï Kariakine Drapeau de la Russie Russie 2 773 9 1990
10 (10) Viswanathan Anand Drapeau de l'Inde Inde 2 770 0 1969

La FIDE publie la liste tous les mois. Les variations de classement concernent la différence de la liste du premier juin 2016 avec la liste du .
Sources : (en) Top100 Hommes, juin 2016 et (en) Top 100 hommes, juillet 2016 sur fide.com.