Pierre-Nicolas Beauvallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beauvallet.
Pierre-Nicolas Beauvallet
Beauvallet-suzannebathing22.jpg

Suzanne au bain (1813), Paris, musée du Louvre.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Pierre-Nicolas Beauvallet, né au Havre le et mort à Paris le , est un sculpteur, dessinateur et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diane d'Anet, château d'Anet, restaurée par Beauvallet.

La vocation de Pierre-Nicolas Beauvallet fut éveillée auprès d'Augustin Pajou qui résidait chez son oncle. Après une formation chez ce maître, il fit le voyage d’Italie et, à son retour en France, exécuta un bas-relief qui lui valut, outre l’admiration de ses collègues, de nombreuses commandes. De 1784 à 1785, il exécute des bas-reliefs au château de Compiègne et se fait agréer par l’Académie royale en 1789, après avoir été grugé de ses commandes par son ancien maître Pajou.

Favorable aux idées de la Révolution, il exécute les bustes de plusieurs personnages liés à cet évènement, tels que Marat, Chalier Mirabeau, La Fayette ou Bailly.

Le , il est nommé administrateur des travaux publics de la commune de Paris. Le , il est reçu au Club des Jacobins après y avoir remis un Buste de Guillaume Tell réalisé à l’invitation de David sur un projet de Collot d’Herbois. Républicain passionné, il fut brièvement emprisonné après le 9 Thermidor an II. C’est lui qui avait fourni à Le Bas le pistolet avec lequel il mit fin à ses jours et il n’échappa au massacre de l’hôtel de ville qu’en restant caché plusieurs jours dans les combles de l'édifice.

Il travaille ensuite à la restauration de sculptures médiévales et Renaissance pour le musée des monuments français d’Alexandre Lenoir, dont la célèbre Fontaine de Diane du château d'Anet, le Tombeau de Dagobert ou le Tombeau de Diane de Poitiers, le Monument du chevalier de l’Hôpital, le Tombeau de Dagobert, la statue de Louis XII provenant de la porte de Gênes du château de Gaillon.

Sous l’Empire, il reçoit de nombreuses commissions d’État, y compris des bas-reliefs pour la Colonne de la Grande Armée de la place Vendôme à Paris (bronze, 1806-1810).

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Travaux de restauration ou de restitution[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Style empire : fragments d'architecture, sculpture et peinture dans le Style de l'Empire, Paris, Guérinet, 1803.
  • Décorations intérieures et extérieures, avec C.-P.-J. Normand, Paris, 1803.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Exposition rétrospective des graveurs normands, exposition de portraits normands, catalogue, Rouen, Lecerf fils, 1911.
  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau guide des statues de Paris, Paris, La Bibliothèque des Arts, 1988.
  • Collectif, Skulptur aus dem Louvre. Sculptures françaises néo-classiques. 1760 - 1830, [catalogue d'exposition], Paris, musée du Louvre, 1990.
  • Simone Hoog, préface de Jean-Pierre Babelon, avec la collaboration de Roland Brossard, Musée national de Versailles. Les sculptures. I- Le musée, Paris, Réunion des musées nationaux, 1993.
  • Geneviève Bresc-Bautier, Isabelle Leroy-Jay Lemaistre (sous la direction de Jean-René Gaborit, avec la collaboration de Jean-Charles Agboton, Hélène Grollemund, Michèle Lafabrie, Béatrice Tupinier-Barillon), Musée du Louvre. département des sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des temps modernes. Sculpture française II. Renaissance et temps modernes. vol. 1 Adam - Gois, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1998.

Liens externes[modifier | modifier le code]