Phallogocentrisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le phallogocentrisme est un terme forgé par le philosophe Jacques Derrida, à partir des termes « phallocentrisme » et « logocentrisme » afin de qualifier la place centrale accordée par la psychanalyse (Freud, Lacan) au phallus « signifiant transcendental »[1] et par la philosophie occidentale au logos et à la symbolique du phallus[2]. Il est néanmoins à noter que le terme phallus ne fut employé que très rarement par Sigmund Freud[3].

Le phallogocentrisme selon Derrida[modifier | modifier le code]

Le terme de « phallogocentrisme » apparaît pour la première fois chez Jacques Derrida en 1972, dans le texte « tympan » (Marges - de la philosophie, p. xvii). Il est aussi repris dans l'ouvrage L'Animal que donc je suis. Il sert à dénoncer le fait que les humains, et plus spécialement les humains mâles, ont « monopolisé la parole (logos) depuis trop longtemps, exerçant une domination illégitime sur des êtres privés de mots[4] », à savoir les animaux.

Reprises et développements[modifier | modifier le code]

Irigaray[modifier | modifier le code]

En 1974, Luce Irigaray, psychanalyste et féministe, reprend le terme de phallogocentrisme et théorise un différencialisme de la sexualité féminine.

U.S.A[modifier | modifier le code]

Aux E.U., le terme s'avérera très populaire auprès de nombre de féministes antifreudiennes.[réf. nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Derrida, De la grammatologie, Paris, Minuit, 1966.
  • Luce Irigaray, Speculum. De l'autre femme, Paris, Les Éditions de Minuit (coll. Critique), 1974.
  • Elisabeth Roudinesco et Michel Plon, Dictionnaire de psychanalyse, Paris, Fayard, .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Féminisme au-delà des idées reçues de Christine Bard. Le Cavalier Bleu, coll. Idées Reçues Grand Angle, 2012
  2. Elisabeth Roudinesco et Michel Plon, Dictionnaire de psychanalyse, Paris, Fayard, , p.  1182
  3. Elisabeth Roudinesco et Michel Plon, Dictionnaire de psychanalyse, Paris, Fayard, , p.  1183
  4. Ariane Nicolas, L'imposture antispéciste, Desclée de Brouwer, 2020, pp. 241-241.