Petit janot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Petit janot
Autre nom Échaudé à l'anis
Lieu d’origine Albi
Créateur Jean-Barthélémy Portes
Date 1814
Place dans le service À tout moment
Température de service Froid
Mets similaires Échaudé de Carmaux
Accompagnement Vin à la cannelle

Le petit janot ou jeannot est un petit gâteau sec originaire d'Albi au sud-ouest de la France. Il n'est pas sucré.

Description[modifier | modifier le code]

Il se présente sous la forme d'un triangle de trois centimètres de côté sur un cm d'épaisseur. C'est un biscuit très dur

Origine[modifier | modifier le code]

La recette des échaudés existe en France depuis le Moyen Âge. La gimblette est un échaudé connu sur Albi depuis le XVIIe siècle. En 1814, Jean-Barthélémy Portes aurait eu l'idée de parfumer ses gimblettes avec de l'anis vert, une production locale courante. Son petit-fils, Jean Vié, dit Petit Jeannot, en devient le spécialiste et produit 700 000 janot en 1866.

En 1913, Louis Rieux en fait la description en vers : « Appétissant, gâteau d'antan, fait seulement d'anis, de sel, d'eau de froment, toujours croquant. Hé, braves gens, gare à vos dents, je suis Jeannot comme devant. »

Usage[modifier | modifier le code]

Il se consomme traditionnellement trempé dans un verre de vin parfumé à la cannelle pour les attendrir. Le café ou le thé peut remplir cet office. La dégustation peut se faire à tout heure de la journée.

Il peut être servi à l'apéritif après avoir trempé une nuit dans du vin blanc de Gaillac[1].

Fabrication[modifier | modifier le code]

La base de pâte à pain, eau, sel et farine, est parfumée à l'anis. Les triangles de pâte sont plongés dans l'eau bouillante, égouttés et recuits au four.

L'échaudé de Carmaux de même recette, possède une confrérie depuis 2003[2]. Deux artisans produisent une trentaine de tonnes[1].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le petit janot », Site « keldelice.com » (consulté le 12 janvier 2015)
  2. J.L. G., « L'échaudé change de Grand Maître », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

La famille des échaudés comporte aussi la bretzel alsacien, le craquelin breton ou le tortillon du Lot-et-Garonne.

Lien externe[modifier | modifier le code]