Pedro da Fonseca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fonseca.

Pedro da Fonseca, jésuite, théologien, philosophe et écrivain portugais, surnommé l'Aristote portugais, né en 1528 au village de Proença-a-Nova, mort le 4 novembre 1599 à Lisbonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pedro da Fonseca entra dans la Société de Jésus à Coimbra en 1548. Il étudia puis professa la philosophie à Evora et à Lisbonne. Il fut chargé de coordonner la publication de commentaires d'Aristote par les jésuites de l'Université de Coimbra (les Conimbricenses). Ses talents le firent surnommer "l'Aristote portugais". Pour ses étudiants, ce logicien inventa une méthode mnémotechnique assez primaire permettant de se souvenir par cœur, sous forme de comptine en latin des différentes modalités de l'acte et de la puissance notamment dans le chapitre XIII de l'Organon d'Aristote - Exemple : le texte, établi en français par Jean Tricot (Librairie Philosophique Vrin 1997 p 136-137), dit "- certains êtres ont l'acte sans puissance, par exemple les substances premières (comme les intelligences des sphères) ; - d'autres ont l'acte avec la puissance ( groupe du possible ou du contingent) et ils sont antérieurs par leur nature, mais postérieurs selon le temps; - d'autres enfin ne sont jamais en acte mais sont de pures puissances" : (la matière première, l'indéfini)

Fonseca s'éleva aux premières dignités de son ordre, fut nommé par Philippe II d'Espagne ministre de Portugal quand l'Espagne fut devenue maîtresse de ce royaume, et fut chargé de diverses négociations par le pape Grégoire XIII.

Il inventa en théologie la Science moyenne, méthode par laquelle il voulait concilier le libre arbitre avec la Providence, et qui fut développée par Luis de Molina.

« Fonseca définit la Science moyenne comme une connaissance, antérieure au décret divin de prédestination, que Dieu aurait de l’usage que chacun fera des dons de grâce à lui accordés[1]. »

  1. Jean Robert Armorgathe, op. cité

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • "Institutionum Dialecticarum Libri Octo" (Lisbonne, 1564), texte latin en ligne [1];
  • "Commentariorum in Libros Metaphysicorum Aristotelis Stagiritæ" (Rome, 1577) texte latin du 1er vol. en ligne [2];
  • "Isagoge Philosophica" (Lisbon, 1591).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Robert Armogathe, Molinisme, in Encyclopaedia universalis, 1985
  • (en) Article Pedro da Fonseca sur Catholic Encyclopedia (1911)
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes[modifier | modifier le code]