Parti communiste de Grande-Bretagne (Marxiste-léniniste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parti communiste de Grande-Bretagne (Marxiste-léniniste)
(en) Communist Party of Great Britain (Marxist–Leninist)
Image illustrative de l'article Parti communiste de Grande-Bretagne (Marxiste-léniniste)
Logo officiel.
Présentation
Président Harpal Brar
Fondation 2004
Siège Londres
(Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)
Scission du Parti travailliste socialiste
Journaux Proletarian
Lalkar
Positionnement Extrême gauche
Idéologie Communisme
Marxisme-léninisme
Anti-révisionnisme
Stalinisme
Couleurs Rouge, Blanc
Site web http://www.cpgbml.org/
Représentation
Députés (Communes)
0 / 650
Lords
0 / 788
Députés européens
0 / 73

Le Parti communiste de Grande-Bretagne (Marxiste-léniniste) (en anglais : Communist Party of Great Britain (Marxist–Leninist), abrégé en CPGB-ML) est un petit parti politique britannique d'extrême gauche, fondé en 2004.

Création[modifier | modifier le code]

Manifestation du CPGB-ML à Londres en mai 2009.

Le CPGB-ML naît d'une scission du Parti travailliste socialiste (Socialist Labour Party) fondé par l'ancien dirigeant syndical Arthur Scargill. Ce dernier décide en effet, en 2004, d'exclure la majorité de la direction du Socialist Labour Party pour le Yorkshire, en raison de leur ligne marxiste-léniniste « orthodoxe » et de certaines de leurs positions comme le soutien à la Corée du Nord[1]. Une partie des militants exclus, issus pour la plupart de l'Association des travailleurs communistes (Association of Communist Workers ) et de l'Association des travailleurs indiens (Indian Workers Association) fonde ensuite le CPGB-ML en juillet 2004[2].

Positions[modifier | modifier le code]

Le CPGB-ML est présidé par Harpal Brar, militant britannique d'origine indienne, ancien dirigeant de l'Indian Workers Association et membre de la Stalin Society, un cercle de réflexion stalinien. Le parti défend le bilan historique de l'URSS, y compris sous Staline (affirmant notamment que le massacre de Katyń était l’œuvre des nazis[3]), ainsi que les politiques menées par Mao en République populaire de Chine. Au niveau national, le CPCG-ML demande le retrait des troupes britanniques d'Irlande du Nord, mais s'oppose à l'indépendantisme écossais, qu'il juge facteur de divisions parmi les travailleurs[4]. Au niveau international, le parti fait l'éloge de la Corée du Nord[5], dont il relaie le point de vue au Royaume-Uni : lors de la mort de Kim Jong-il, il a rendu hommage au dirigeant nord-coréen et aux efforts de ce dernier en faveur de la « liberté » et du « bonheur » du peuple coréen[6]. En 2013, l'ambassadeur nord-coréen au Royaume-Uni a choisi le cadre d'une allocution prononcée devant les membres du CPGB-ML pour exprimer la position de son pays face à celles des États-Unis et de la Corée du Sud[7].

Le CPGB-ML se déclare favorable aux revendications nationales palestiniennes dans le cadre du conflit israélo-palestinien[8] et a également proclamé son soutien au président zimbabwéen Robert Mugabe[9], au président vénézuélien Hugo Chávez[10], à Mouammar Kadhafi lors de la guerre civile libyenne[11], et à Bachar el-Assad lors de la guerre civile syrienne[12].

Le parti a renoncé à participer aux élections générales de 2010 par manque de moyens financiers. À cette occasion, il a appelé ses sympathisants à voter en priorité contre le Parti travailliste, désigné comme le principal ennemi[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]