Langues en Indonésie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Langues en Indonésie
Langues officielles Indonésien
Disposition des touches de clavier Indonésien[1] : QWERTY

L'Indonésie est le deuxième réservoir linguistique du monde, après la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le linguiste Claude Hagège en dénombre 670[2], SIL International en compte 719[3][réf. insuffisante]. Cette très grande variété de langues locales s'explique à la fois par la taille de ce pays, mais surtout par sa géographie : l'archipel indonésien regroupe près de dix-sept-mille îles, dont les plus grandes sont parcourues d’abruptes chaînes de volcans et de forêts tropicales. Cette disposition particulière explique l'isolement important de nombreuses population, et la persistances de leurs cultures, religion et langues locales à travers le temps.

Depuis son accession à l'indépendance, l'Indonésie emploi une seule langue pour l'administration et l'éducation: l'indonésien. Les langues autres que la langue nationale sont appelées bahasa daerah, c'est-à-dire langues locale.

On estime qu'à l'heure actuelle (2006), environ la moitié des Indonésiens a pour langue maternelle une langue régionale. Ceux dont la langue maternelle est exclusivement l'indonésien sont généralement originaires de Java, où les langues locales tendent à disparaître, mais il se peut aussi qu'il soient issus de parents dont les langues maternelles sont des langues régionales différentes, et qu'ils aient choisi de ne pas les transmettre à leur enfant. Le fait d'avoir pour langue maternelle l'indonésien n'est pas un obstacle à l'acquisition d'une langue régionale, en général celle du lieu où grandit l'enfant. Le plurilinguisme reste toutefois majoritaire en Indonésie.

Les langues autochtones se répartissent en deux grands groupes :

auxquels s’ajoutent les langues d'origine extérieures.

Langues austronésiennes[modifier | modifier le code]

L'indonésien[modifier | modifier le code]

Durant les années 1930, une langue véhiculaire basée sur différentes langues locales de bases malaise a émergée et est depuis l'indépendance la langue nationale : l'indonésien ou « bahasa Indonesia ». Bien que construite, la langue indonésienne est de fait une forme de malais et donc une langue austronésienne. Cette langue continuant d'évoluer et de se construire, elle a considérablement évolué par rapport au malais classique et est donc différente du malais de Malaisie.

Le malais[modifier | modifier le code]

Il faut par ailleurs signaler que le malais est aussi une langue régionale en Indonésie. Cette langue est en effet originaire de Sumatra. Les plus anciens documents connus écrits en malais sont 3 inscriptions datées de la fin du VIIe siècle, trouvées sur l'île de Bangka et dans la ville de Palembang, dans la province de Sumatra du Sud. En Indonésie, le malais est la langue des populations de la côte est de Sumatra, des îles Riau et du littoral ouest, sud et est de l'île de Bornéo. En outre, on parle des dialectes malais à Jakarta (la langue dite betawi), dans la province de Sulawesi du Nord (bahasa Melayu Manado ou « malais de Manado ») et dans les Moluques (bahasa melayu Ambon ou « malais d'Ambon »).

Autres langues[modifier | modifier le code]

Outre l'indonésien et les langues malaises, les principales langues austronésiennes parlées en Indonésie sont :

Langue Nombre de locuteurs Région
javanais plus de 80 millions Java central et oriental, Sumatra du Nord, Lampung
soundanais 35 millions Java occidental
malais 18 millions Côte est de Sumatra, îles Riau, littoral de Kalimantan
madurais plus de 15 millions Madura, Java oriental, Kalimantan occidental
minangkabau 8 millions Sumatra occidental
batak 7 millions (dialectes : toba, karo, mandailing, simalungan, dairi) Sumatra du Nord
bugis 5 millions Sulawesi du Sud
balinais 4 millions Bali, Lombok
makassar 3 millions Sulawesi du Sud
lampung 1,5 million Lampung
sasak 2,5 millions Lombok
aceh 2 millions Aceh
rejang 1,5 million Bengkulu
ngaju 850 000 Kalimantan du Sud
niha 600 000 Nias
bima 600 000 Sumbawa
manggarai 600 000 Florès
tétoum 500 000 Timor occidental
kerinci (autre forme de malais) 400 000 sud de Sumatra
sumbawa 400 000 Sumbawa

Langues papoues[modifier | modifier le code]

Les langues papoues d'Indonésie appartiennent à 5 familles distinctes :

Langues d'origine extérieure[modifier | modifier le code]

Le cantonais[modifier | modifier le code]

Le mandarin[modifier | modifier le code]

L'arabe classique[modifier | modifier le code]

Le hollandais[modifier | modifier le code]

La langue de l'ancien colonisateur, le néerlandais, n'avait connu qu'une diffusion restreinte à l'époque coloniale. Jusqu'au début du XXe siècle en effet, les Hollandais refusaient d'utiliser leur langue pour s'adresser aux indigènes et leur parlaient en malais. Les besoins en personnel grandissants de l'administration coloniale imposent finalement aux Hollandais d'enseigner leur langue aux indigènes. Ils créent alors les hollandse indische schools (HIS) ou « écoles hollandaises pour indigènes ». Ils acceptent également qu'un petit nombre d'enfants indigènes, issus des familles de la noblesse et de notables, entrent dans les écoles pour Européens. Ce processus est cassé par l'occupant japonais (1942-45), qui interdit l'usage des langues européennes et promeut l'indonésien. Le conflit qui, après la proclamation de l'indépendance en 1945, va opposer la jeune république à l'ancien colonisateur qui veut récupérer sa colonie, ne favorise pas le retour de l'enseignement du néerlandais.

Le Royaume des Pays-Bas est un petit pays, et à l'époque, son ensemble colonial en Asie n'était pas que géant en superficie, mais aussi en hommes, avec environ 70 millions d'habitants en 1940, contre à peine 9 millions d'habitants pour les Pays-Bas de l'époque. Dès 1619, avec la fondation de Batavia comme capitale des Indes Néerlandaises, les Hollandais refusèrent de développer leur langue, car ils redoutaient d'éventuels soulèvements des indigènes, si ces derniers étaient en mesure de communiquer des informations, ou des échanges, avec une langue véhiculaire, qui serait la langue coloniale, avec d'autres peuples de langues différentes dans la colonie . Entre 1857 et 1859, la révolte des Cipayes, soldats indigènes de l'Inde Britannique conforta les Hollandais, car les révoltés indiens communiquaient avec la langue véhiculaire, celle du colonisateur britannique, l'anglais, et à l'époque les Britanniques étaient à deux doigts de perdre leur colonie en Inde.

Aussi, le fait de ne pas introduire une langue véhiculaire et coloniale limitait l'accès aux indigènes aux idées nouvelles, et occidentales. L'Indonésie était donc une colonie commerciale, et non une colonie de peuplement européen. Mais malgré tout, avec l'accès aux hollandse indische schools, à partir de 1895, pour une minorité de l'élite indigène, les Hollandais ne vont pas pouvoir empêcher que le néerlandais soit appris, et donc, ne vont pas pouvoir empêcher aux Indonésiens d'avoir accès à des idées nouvelles, et sur l'évolution du monde, même si ces informations étaient apportées par un groupe très minoritaire d'Indonésiens éduqués. Aujourd'hui (2006), le néerlandais n'est donc plus parlé que par les survivants de cette minorité d'Indonésiens éduqués dans cette langue, et dont les plus jeunes ont autour de 70 ans.

En 2017, il n'était plus parlé que par les ressortissants d'origine néerlandaise, quelques milliers d'étudiants, ou anciens étudiants, qui étudiaient la langue néerlandaise, et quelques rares Indonésiens de plus de 80 ans scolarisés dans les hollandse indiche schools avant 1942.

De nos jours, le néerlandais reste une langue historique et culturelle : une grande partie des archives, et autres documents, d'avant 1949 est en néerlandais, et des traducteurs sont souvent sollicités pour traduire ces documents. Le néerlandais reste donc enseigné dans les grandes universités du pays, mais cette langue est rarement choisie comme seconde langue vivante dans le monde scolaire et universitaire, l'anglais étant la langue la plus choisie.

L'anglais[modifier | modifier le code]

L'anglais est parlé par environ 2 ou 3 millions d'indonésiens : c'est une langue utile pour travailler dans le tourisme et le commerce, c'est la langue d'échange en Asie du Sud-Est pour l'ASEAN, et l'APEC, et la langue conseillée pour immigrer (États-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, etc).

La CIA estime que 1 % des Indonésiens (au moins 2 millions de personnes), parlent couramment l' Anglais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.unicode.org/cldr/charts/dev/keyboards/layouts/id.html
  2. Claude Hagège (ill. Alain Bouldouyre), Dictionnaire amoureux des langues, Paris, Éditions Plon-Odile Jacob, coll. « Dictionnaire amoureux », , 732 p. (ISBN 9782259204095 et 2259204090, OCLC 458764164)
  3. dans ethnologue.com

Articles connexes[modifier | modifier le code]