Panini (maison d'édition)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Panini (éditeur))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Panini.
logo
Logo de Panini
Repères historiques
Création 1961
Fondateur(s) Drapeau : Italie Giuseppe Panini
Drapeau : Italie Benito Panini
Fiche d’identité
Forme juridique SA à conseil d'administration
Statut Groupe d'édition
Siège social Modène
Drapeau de l'Italie Italie
Direction Aldo Sallustro (Pdg)
Alain Guerrini (Pdg France)
Spécialité(s) Albums d'autocollants à collectionner, Comics, magazines, romans, mangas…
Diffuseur(s) DelSol et Hachette Diffusion (en France)
Société mère Groupe Panini
Filiale(s) Panini France, Panini Brésil, Panini Allemagne… 
Site officiel www.paninigroup.com
Données financières
Chiffre d’affaires 621 M€ (2011)[1]

Panini est une maison d'édition italienne connue pour l'édition d'albums d'images autocollantes à collectionner, à travers ses nombreuses filiales (France, Espagne, Allemagne, Brésil, États-Unis, Angleterre, etc.).

Panini édite également des magazines pour la jeunesse (Panini Kids) sous licence (Hasbro, Mattel, etc.) ; des bandes dessinées, au travers ses pôles d'édition Panini Comics (Marvel Comics, Fusion Comics, Mark Millar, etc.) et Panini Manga, ainsi que des romans via Panini Books.

Le groupe[modifier | modifier le code]

C'est à Modène, en Italie du nord, que se situe le siège du groupe Panini ainsi que l'une des deux usines. Les 9 filiales qui composent le groupe sont en France, Espagne, Portugal, Grande-Bretagne, Allemagne, Autriche, Pays-Bas, Chili et Brésil (où se trouve la deuxième usine). Dans les pays non couverts par les filiales, les produits Panini sont commercialisés par le biais de distributeurs, gérés par le service Export, depuis Modène. L'activité de la société est structurée en quatre divisions : images à collectionner, Comics, Pan Distribuzione et New Media (Panini Interactive, active dans les secteurs d'Internet et des services annexes).

Le groupe Panini est numéro 1 mondial dans le secteur des images, 4e éditeur européen pour les jeunes, leader italien dans la distribution des bandes dessinées en librairies et développe actuellement un important programme dans le domaine des nouveaux médias.

En 2004, le groupe Panini a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 363 millions d'euros, réparti sur 110 pays, avec 582 salariés. En 2011, le chiffre d'affaires consolidé annoncé est de 621 millions d'euros.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, Giuseppe et Benito Panini, deux frères marchands de journaux à Modène se rendent compte par le biais de leur réseau Agencia Distribuzione Giornali Fratelli Panini que les enfants adorent collectionner les photos de footballeurs trouvées dans les tablettes de chocolat. Pour mieux vendre leurs journaux, ils décident d’en glisser une au cœur de chaque quotidien après avoir récupéré un stock de ces images à Milan. Devant leur succès commercial, ils ont l'idée en 1961 de vendre des images de footballeurs (vignettes en carton à coller avec un tube de colle) à collectionner et à coller dans un album appelé Calciatori (footballeurs en italien). Le succès est rapide et les deux autres frères Panini, Umberto et Franco rejoignent bientôt l'entreprise familiale. Au cours des années 1970, l'image autocollante, véritable bouleversement technologique, fait son apparition et le marché s'internationalise. Le premier album distribué en France est celui consacré à la Coupe d'Europe des clubs champions en 1976, année de la fabuleuse épopée de l'AS Saint-Etienne. En 1988, la société Panini est achetée par le groupe Maxwell, puis, en 1992 par Giampaolo Possagno et par De Agostini. Deux ans plus tard, c'est Marvel Entertainment Group qui fait l'acquisition de Panini.

Le , la Panini SpA redevient italienne par l'acquisition de Fineldo SpA, la société de Vittorio Merloni, et de l'actuel management de Panini, qui détient une part importante du capital social.

Dernièrement, dans le cadre de son évolution vers la nouvelle économie, le groupe Panini a signé, en Italie, un accord pour l'acquisition d'un quota majoritaire dans la société DigitalSoccer Project, qui développe des logiciels révolutionnaires dans le domaine du sport. En France, Panini a acheté la société World Foot Center, active dans le merchandising, la distribution et la promotion dans le secteur du football. En même temps, Panini a cédé son activité de production de papier adhésif, représentée par la division Adespan, à la société Avery Dennison, un des leaders mondiaux dans le secteur du papier adhésif.

En 2000, la société Panini France rachète le mensuel pour adolescentes Super à Aventures & Voyages, dans le but de créer un pôle presse. Les magazines pour jeunes Like Hit! (ancien rédacteur en chef : Abécé), Planet Scoop (dernier rédacteur en chef : Abécé), 16 Etc (créateur et dernier rédacteur en chef : Jean-Luc Geneste), Tribu Rock (créateurs : Belkacem Bahlouli et Alain Gouvrion / dernier rédacteurs en chef : Alain Gouvrion et Abécé), Star School (créateur et unique rédacteur en chef : Abécé) sont ainsi développés, ainsi que le mensuel généraliste de football Superfoot Mag qui complète les titres de club sous licence OM Mag, 100 % PSG et Maillot Vert. L'ensemble du département publishing est alors sous la houette de Pierre-Jean Reboton, la direction commerciale étant confiée à Jean-Louis Roux-Fouillet.

Ces supports rejoignent le pôle de magazines de BD sous licence Marvel (Spider-Man, X-Men, etc.), DC Comics (Batman, Superman, etc.), Wildstorm, Vertigo ainsi que des titres de magazines pour jeunes filles Cheval Girl, Fripon, etc.

En 2006, Panini France revend une partie de son pôle presse à W13 Publications, créée le jour de la cession des titres, pour racheter en 2007 des titres jeunesse sous licence de Cyber Press Publishing avant le dépôt de bilan de cette dernière.

À l'occasion du championnat d'Europe de football 2008, Panini s'est associé à Coca-Cola pour proposer un album en ligne. Les échanges peuvent se faire par MSN, courriel ou portable.

Le football reste le best-seller absolu de la marque Panini en France, où se vendent plus de 150 millions de vignettes (soit 30 millions de pochettes de cinq stickers) à 'occasion de sa Coupe du monde de 2010[2].

En 2010, Panini emploie plus de 700 personnes et a trois usines en Italie, au Brésil et aux États-Unis qui éditent annuellement un milliard de pochettes, soit cinq à six milliards de vignettes[2].

Depuis janvier 2012, les droits de DC Comics sont passés chez le nouveau label de Dargaud : Urban Comics.

Depuis juin 2013, l'éditeur est entré dans l'ère Marvel Now lancée en 2012 par Marvel aux États-Unis. La plupart des séries de l'éditeur américain étant repartie à 1, Panini Comics a fait de même pour ses publications en kiosque.

Controverse sur le coût des vignettes[modifier | modifier le code]

Bien que la société s'en défende[2], le succès des vignettes Panini s'explique par la production de nombreux doubles, certaines figurines étant manquantes car éditées en moins grand volume, ce qui aboutit à un marché de collectionneurs pour les échanges et un marché noir de la cour de récréation. Ainsi, deux mathématiciens de l’Université de Genève, Sylvain Sardy et Yvan Velenik, ont calculé que pour finir complètement l'album Panini de la Coupe du monde de football de 2014, le collectionneur doit acheter 899 paquets soit 4 945 vignettes. À raison de 60 centimes le paquet de 5 vignettes, l’investissement est de 593,40 euros[3],[4],[5].

Publications[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des publications Panini.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Données chiffrées du site officiel.
  2. a, b et c Yannick Cochennec, « Le football a des hauts et des bas, pas les figurines Panini », sur Slate,‎
  3. (en) « The economics of Panini football stickers », sur The Economist,‎
  4. « La success story des vignettes de foot Panini », sur France Inter,‎
  5. Yvan Velenik, Sylvain Sardy, « Petite collection d’informations utiles pour collectionneur compulsif », sur Images des Mathématiques, CNRS,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]