The Boys (comics)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Boys
Éditeur Wildstorm puis Dynamite Entertainment (États-Unis)
Panini Comics (France)
Fréquence Mensuel
Format Série limitée
Date(s) de publication -
Numéros 72

Scénariste(s) Garth Ennis
Dessinateur(s) Darick Robertson
Russ Braun
Peter Snejbjerg
John McCrea
Coloriste(s) Tony Avina
Créateur(s) Garth Ennis
Darick Robertson

The Boys est une bande dessinée américaine écrite par Garth Ennis. Les premiers épisodes sont dessinés par Darick Robertson, qui alterne ensuite avec d'autres artistes, tout en signant l'ensemble des couvertures.

Les droits de la série appartiennent à ses créateurs. Publiée aux États-Unis par Dynamite Entertainment, elle était éditée initialement par Wildstorm qui l'a annulée après seulement six numéros. Garth Ennis explique par la suite que DC Comics, la maison mère de Wildstorm, était gênée par le ton général de la série. Après son passage chez Dynamite Entertainement, The Boys a continué d'être publié avec succès. Ennis a jugé a posteriori que le changement d'éditeur avait été un bien pour la série, qui avait pu bénéficier d'une plus grande liberté de création chez un label indépendant[1].

Conçu dès le départ comme une série limitée, The Boys s'est achevé en au bout de 72 épisodes, à la fin du scénario prévu par Garth Ennis. La série a été publiée aux États-Unis au format comic book puis rééditée dans des Trade paperbacks (recueils d'épisodes en albums) ; en France, elle a été publiée directement au format album par Panini.

Récit de science-fiction et d'espionnage, The Boys est également et avant tout une satire des histoires de super-héros. La série se distingue par un ton cynique, volontiers agrémenté d'un humour « trash », et comporte de nombreuses scènes très violentes.

Synopsis[modifier | modifier le code]

The Boys se situe dans un monde contemporain parallèle au nôtre, dans lequel les super-héros existent. Les surhommes, appelés familièrement les « supers », ont été créés par Vought-American Consolidated, une entreprise d'armement, qui produit un sérum procurant des super-pouvoirs.

Les super-héros sont tous employés par Vought-American qui les utilise comme des outils marketing, notamment via des bande dessinées vantant leurs exploits imaginaires. Dans la réalité, la plupart sont des individus corrompus et irresponsables — voire pour certains de véritables criminels — qui ne se soucient en rien de rendre la justice, méprisent les humains normaux, abusent de leurs pouvoirs comme de leur statut de célébrités, et sont moins des protecteurs de l'humanité que des dangers publics. Les « Sept » sont la principale équipe de super-héros et constituent le produit-phare de Vought-American. La multinationale vise à militariser les super-pouvoirs et à devenir ainsi le principal contractant de défense du Pentagone.

La CIA se méfie cependant des super-héros et engage Billy Butcher, un aventurier anglais cynique et violent dont l'épouse est morte après avoir été violée par un « super », pour former une équipe spéciale dont les membres sont eux-mêmes dotés de super-pouvoirs grâce au sérum. Billy et ses acolytes (surnommés les « Boys », traduit en français par les « P'tits gars ») sont chargés de surveiller les activités des super-héros et, si nécessaire, de neutraliser ces derniers.

Hughie, un jeune écossais naïf, dont la petite amie a été tuée accidentellement par l'un des « Sept », est recruté par Billy Butcher pour rejoindre son équipe. Il découvre ensuite la réalité, souvent sordide, qui se cache derrière les activités publiques des super-héros. La série a comme principaux fils conducteurs les diverses enquêtes menées par l'équipe de Billy, les complots de Vought-American, la tension entre les « Boys » et les « Sept », mais aussi l'histoire d'amour entre Hughie et Stella, une jeune superhéroïne récemment recrutée par les Sept.

Principaux personnages[modifier | modifier le code]

  • Billy « le boucher » (Billy Butcher), chef de l'équipe des « Boys » : surveille les super-héros pour le compte de la CIA, mais également par esprit de vengeance personnelle. Lui et son équipe sont tous dotés d'une force surhumaine grâce au sérum.
  • Hughie « le p'tit » (Wee Hughie), principal protagoniste, avec Billy Butcher. Jeune homme naïf et gaffeur, il est cependant recruté par Billy, pour une raison qui n'est révélée que plus tard dans la série.
  • « La Crème » (Mother's Milk) : grand Noir à l'apparence intimidante mais au caractère posé, il est le principal acolyte de Billy Butcher.
  • « Le Français » (Frenchie) : autre membre de l'équipe. Français au comportement imprévisible, caractériel et quelque peu mythomane.
  • « La Fille » (The Female) : autre membre de l'équipe. Jeune Asiatique muette, au physique menu mais d'une férocité insoupçonnée.
  • Stella (Starlight) : jeune super-héroïne, elle a foi en sa mission jusqu'à sa découverte de la véritable nature du milieu des super-héros. Elle doit, au début de la série, accorder des faveurs sexuelles à plusieurs membres des Sept pour être acceptée dans l'équipe. Stella vit par ailleurs une relation amoureuse avec Hughie, qui ignore au départ sa véritable identité.
  • Les Sept (The Seven) : le principal groupe de super-héros, pastiche de la Ligue de justice d'Amérique. À l'exception de Stella - leur dernière recrue en date - ce sont des individus dépravés et odieux, principalement intéressés par les profits qu'ils peuvent tirer du marketing qui les entoure. Leur leader, le Protecteur de la Patrie — en anglais The Homelander, lui-même pastiche de Superman — se révèle de surcroît être un fou dangereux.
  • « La Légende », pastiche de Stan Lee[2] : scénariste de comics à la retraite, dégoûté par le système ; il révèle à Hughie la vérité sur l'histoire des super-héros.
  • Le Lieutenant-colonel Greg D. Mallory : militaire à la retraite, qui supervise les activités de l'équipe de Billy Butcher.
  • Les Revengeurs (Payback), pastiche des Vengeurs : autre groupe de super-héros, dont les membres s'avèrent singulièrement inefficaces.
  • Les G-Men, pastiche des X-Men : l'école pour super-héros dirigée par John Godolkin — pastiche du professeur Xavier — dissimule en réalité un réseau pédophile, où les jeunes élèves sont abusés sexuellement.
  • Susan L. Rayner, directrice de la CIA : employeuse de Billy Butcher, avec qui elle entretient par ailleurs des relations sexuelles.
  • Stillwell, cadre de la multinationale Vought-American, chargé de superviser les activités des super-héros.
  • Vas : super-héros russe à la retraite, surnommé « boudin d'amour » du fait de son pénis énorme ; ami de Billy Butcher, il prête main-forte à ce dernier dans plusieurs épisodes.

Publication[modifier | modifier le code]

Série Titre original Épisodes Titre français Tome Éditions deluxe Tome
1 The Name of the Game 1-2 La Règle du jeu 1 Ça va faire très mal 1
2 Cherry 3-6
3 Get Some 7-10 Prends ça 2
4 Glorious Five Year Plan 11-14 Le Glorieux Plan quinquennal 3
5 Good For The Soul 15-18 Des bleus à l'âme 4 Ça va saigner ! 2
6 I Tell You No Lie G.I. 19-22 Je vais pas te mentir, soldat... 5
7 We Gotta Go Now 23-30 Quand faut y aller... 6
...Faut y aller ! 7
Minisérie Herogasm 1-6 Hérogasme 8 Dit comme ça... 3
9 The Self-Preservation Society 31-34 Question de survie 9
9 Nothing Like It in the World 35-36 Rien de tel dans le monde entier 10
10 La Plume De Ma Tante Est Sur La Table 37
11 The Female of the Species is More Deadly Than the Male 38
12 What I Know 39 Les Innocents 11 Le prends pas mal 4
13 The Innocents 40-43
14 Believe 44-47 Croire 12
Minisérie Highland Laddie 1-6 Bienvenue chez le p'tit 13
15 Proper Preparation and Planning 48-51 Préparation propre et planification 14 Le Fils du boulanger 5
16 Barbary Coast 52-55 Côte de Barbarie 15
17 The Big Ride 56-59 Comme à la fête foraine 16
Minisérie Butcher, Baker, Candlestick Maker 1-6 Le Fils du boulanger 17
18 Over the Hill with the Swords of a Thousand Men 60-65 La Charge de la brigade légère 18 On ne prend plus de gants 6
19 The Bloody Doors Off 66-71 On ne prend plus de gants 19
20 You Found Me 72

Hommages et pastiches[modifier | modifier le code]

The Boys contient divers clin d'oeils et hommages à l'histoire de la bande dessinée, principalement américaine. Outre les Sept (Inspirés de la la Ligue de Justice d'Amérique, avec des références à Superman, Wonder Woman, Batman, Flash, J'onn J'onzz le Martien...) et les Revengeurs (Les Vengeurs : Captain America, Vision, la Sorcière rouge, Hank Pym...) de nombreux super-héros apparaissant dans la série sont des parodies de personnages existants, voire de plusieurs à la fois. Tek-Knight, membre des Revengeurs, est un mélange de Batman et d'Iron Man, tandis que son ancien coéquipier, Swingwing, fait référence à Nightwing, l'ancien Robin. Le groupe des Jeunes Teignes est un pastiche de divers groupes de super-héros juvéniles, comme les Teen Titans ou Generation X. Le groupe « Super Pépère » (Super Duper), composé de jeunes super-héros naïfs et légèrement demeurés, parodie la Légion des Super-Héros. On croise, au détour des épisodes, des références à des personnages comme Judge Dredd, Miss Hulk, Catwoman, Les Quatre Fantastiques, etc.

Les traits de Hughie sont inspirés de ceux de l'acteur britannique Simon Pegg. Le dessinateur Darick Robertson a réalisé ce emprunt sans demander son avis au comédien. Simon Pegg, qui est fan du scénariste Garth Ennis, a cependant beaucoup apprécié la série[3].

Les dialogues du Français sont, dans la version originale en anglais, parsemés d'expressions françaises très approximatives. Dans l'épisode 37 (album n°10 de l'édition française), intitulé en français dans le texte La Plume De Ma Tante Est Sur La Table, le personnage raconte son histoire : son récit — peut-être complètement fallacieux — se déroule dans une version délirante et volontairement « cliché » de la France.

L'épisode 38 (album n°10) raconte les origines de « la Fille », en rendant un hommage explicite à Obélix : elle est en effet tombée dans un récipient de sérum quand elle était petite, dans le laboratoire d'un savant nommé Uderzo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Saying Goodbye To "The Boys" with Garth Ennis, Part 1, Comic Book Resources, 25 sepbtembre 2012
  2. Hey Kids! Comics!: Garth Ennis Talks the End of The Boys and the Coming of The Shadow!, interview de Garth Ennis, site popcultureaddict.com, 24 février 2012
  3. introduction de la Série par Simon Pegg

Lien externe[modifier | modifier le code]