Otto Schreier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schreier.
Otto Schreier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Domaine

Otto Schreier, né le à Vienne (Autriche) et mort le à Hambourg (Allemagne), est un mathématicien autrichien qui a fait des contributions majeures en théorie combinatoire des groupes et sur la topologie des groupes de Lie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Schreier suivit à partir de 1920, à l'université de Vienne, les cours de Wilhelm Wirtinger, Philipp Furtwängler, Hans Hahn, Kurt Reidemeister, Tonio Rella, Josef Lense et Leopold Vietoris[1]. Il obtint son doctorat en 1923 à Vienne, sous la direction de Philipp Furtwängler[2] puis en 1926 son habilitation auprès d'Emil Artin, à l'université de Hambourg où il avait déjà donné des cours. Il y codirigea la thèse d'Emanuel Sperner[2] avec Wilhelm Blaschke. En 1928, il devint professeur à l'université de Rostock. Pendant le premier semestre, il enseigna à la fois à Hamburg et à Rostock, mais tomba gravement malade en décembre 1928, d'une septicémie dont il mourut six mois plus tard, à 28 ans.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Schreier fut conduit à la théorie des groupes par Reidemeister et commença en 1924 par faire des recherches sur les groupes de nœuds (en), à la suite des travaux de Max Dehn. Son travail le plus connu est sa thèse d'habilitation sur les sous-groupes des groupes libres, dans laquelle il généralisa des résultats de Reidemeister sur les sous-groupes normaux. Il démontra que tout sous-groupe d'un groupe libre est libre, généralisant un résultat de Jakob Nielsen (1921) en ce qui s'appelle désormais le théorème de Nielsen-Schreier. En 1927, il démontra que le groupe fondamental de tout groupe de Lie classique est abélien. En 1928, il affina le théorème de Jordan-Hölder[3]. Avec Artin, il prouva le théorème d'Artin-Schreier sur la clôture réelle d'un corps totalement ordonné[4].

Résultats et notions portant son nom[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Otto Schreier », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  2. a et b (en) Otto Schreier sur le site du Mathematics Genealogy Project
  3. (de) O. Schreier, « Über den Jordan-Hölderschen Satz », Abh. Math. Sem. Hamburg, vol. 6,‎ , p. 300–302
  4. (de) E. Artin et O. Schreier, « Algebraische Konstruktion reeller Körper », Abh. Math. Sem. Hamburg, vol. 5,‎ , p. 85-99

(en)/(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en anglais « Otto Schreier » (voir la liste des auteurs) et en allemand « Otto Schreier » (voir la liste des auteurs).