Open britannique hommes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Open britannique.
Open britannique
Image illustrative de l'article Open britannique hommes
Informations sur le tournoi
Lieu Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Fondation 1860
Parcours Turnberry
en 2009
Par 70 en 2009
Longueur 7 250 mètres
Tour PGA Tour
Tour Européen PGA
Format Stroke play
Dotation 5 335 867 € en 2008
Mois disputé Juillet
Défunt
Record de pointage du Tournoi
Officialisé 267 - Greg Norman (1993)
Au-par -19 Tiger Woods (2000)
Champion actuel
Drapeau : États-Unis Phil Mickelson

L’Open britannique (The Open Championship au Royaume-Uni ou British Open aux États-Unis) est un tournoi de golf masculin, créé en 1860, se déroulant chaque année au Royaume-Uni. Organisé par le R&A Golf Club of St Andrews, il s'agit du plus ancien tournoi de golf du monde. Tournoi de référence jusqu'aux années 1930, il retrouve son standing à partir des années 1960 en devenant l'un des tournois du grand chelem. Ce tournoi annuel a lieu sur l'un des neuf links historiques du Royaume-Uni. En 2008, le tournoi était doté de 5,225 millions d'€ et s'est disputé au Royal Birkdale Golf Club du 17 au .

Il se dispute chaque année le troisième vendredi du mois de juillet. Troisième dans l'ordre chronologique des quatre tournois du grand chelem, il se déroule après le Masters et l'Open américain. La formule retenue est celle du stroke play. Le tenant du titre est l'américain Phil Mickelson, vainqueur de l'édition 2013.

Le nom du Tournoi[modifier | modifier le code]

Hors du Royaume-Uni, le tournoi est généralement appelé British Open, d'une part pour distinguer le tournoi avec l'un des autres tournois majeurs ayant un format Open - l'Open américain - d'autre part car de nombreuses nations disposent de leur propre Open national appelé The Open. La PGA Tour se réfère à ce tournoi tel le British Open, ainsi que de nombreux médias aux États-Unis. Au Royaume-Uni cependant et une partie de l'Europe, le tournoi est appelé The Open championship ou The Open comme le montre son site web qui utilise cette appellation[1].

Dans le monde de la francophonie, deux appellations sont utilisées, d'un côte British Open, de l'autre Open britannique. Il n'est pas rare de trouver dans les médias les deux appellations dans un même article[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Willie Park, Sr., arborant la ceinture de vainqueur.

Le Prestwick Golf Club (club privé) dans le South Ayrshire (Écosse) décide en octobre 1860 de créer un tournoi, désignant un successeur à Allan Robertson (disparu en 1859) considéré alors comme le meilleur golfeur, réunissant les meilleurs golfeurs de la région (c'est-à-dire du monde puisque le golf n'est alors pratiqué que dans cette région), les huit golfeurs invités sont tous professionnels : Old Tom Morris, Georges Brown, Charles Hunter, Willie Park, Sr., Alexander Smith, William Steel, Andrew Strath et Robert Andrew (les quatre derniers golfeurs étaient des professionnels intermittents).

Le premier tournoi se déroule à Prestwick le mercredi 17 octobre 1860 sur une journée où les golfeurs parcouraient à trois reprises le parcours de douze trous[3],[4]. La victoire revient à Willie Park, Sr avec un score de 174 coups en 36 trous devant l'Old Tom Morris et reçoit un trophée - « une ceinture cuir avec boucle en argent » (« The Belt »)[5].

Les dix premières éditions de l'Open, mis en évidence par un duel entre Wille Park sr. (vainqueur en 1860, 1863, 1866 puis 1875) et Old Tom Morris (vainqueur en 1861, 1862, 1864 et 1867), se déroule à Prestwick avant que Young Tom Morris (le fils d'Old Tom Morris) ne s'impose à trois reprises consécutivement (entre 1868 et 1870), le règlement prévoit que si cette performance était accomplie, alors le trophée est conservé par l'auteur de celle-ci[4]. Le tournoi 1871 est annulé, faute de refaire une nouvelle ceinture et le manque de volonté des membres de Prestwick de continuer l'organisation du tournoi.

Finalement, en 1871, le Royal and Ancient Golf Club of St Andrews et l'Honourable Company of Edinburgh Golfers s'associent pour reprendre l'organisation de l'épreuve à partir de 1872 et met en jeu une aiguière en argent massif remplaçant la ceinture (il s'agit toujours aujourd'hui du lot du vainqueur), le tournoi a alors alternativement lieu entre l'Old Course, Musselburgh et Prestwick chaque année[5].. Entre-temps, un prix en espèce est mis en jeu à partir de 1863 réservé uniquement aux professionnels, les amateurs peuvent également prendre part au tournoi à partir de la seconde édition en 1861. En 1876, le play off est inventé car deux golfeurs se trouvent à égalité à l'issue des 36 trous, finalement la victoire revient à Bob Martin car son adversaire David Strath décide de ne pas le disputer, le play off devait se disputer sur de nouveau 36 autres trous.

Jusqu'en 1884, tous les vainqueurs étaient issus d'un des trois clubs accueillant le tournoi (St Andrews, Musselburgh ou Prestwick) avant que Jack Simpson, issu de Carnoustie, y mette fin, puis en 1890 le tournoi échappe à un Écossais avec la victoire de l'Anglais John Ball, pourtant amateur, enfin le premier non-britannique vainqueur est le Français Arnaud Massy en 1907. La formule change entre-temps puisqu'en 1891, l'Open est disputé sur 72 trous (36 trous par jour un mercredi et un jeudi) et le nombre de participants ne cesse d'augmenter (de huit en 1860 pour une centaine en 1901), par conséquence en 1898 on décide de mettre en place un cut au soir du premier jour de compétition pour que seuls les meilleurs puissent continuer le lendemain, ce cut est alors basé sur l'écart entre le leader et les derniers. Par ailleurs, l'organisation du tournoi n'est plus limitée qu'à l'Écosse avec l'intégration à la rotation des parcours anglais du Royal St. George's Golf Club de Sandwich en 1894 ou du Royal Liverpool Golf Club de Liverpool en 1897[4], tous les parcours sont des links, héritage de la tradition puisqu'aucune règle ne l'impose (d'où un nombre limité de golf ayant la possibilité de l'accueillir, seuls quatorze parcours ont eu ce privilège durant son histoire).

De 1860 à 1914 avant la Première Guerre mondiale, ce tournoi dicte la hiérarchie mondiale avec l'Open américain (créé en 1895) à une époque où le golf est dominé par un triumvirat composé de l'Écossais James Braid (vainqueur en 1901, 1905, 1906, 1908 et 1910) et les Anglais Harry Vardon (vainqueur en 1896, 1898, 1899, 1903, 1911 et 1914) et John Henry Taylor (vainqueur en 1894, 1895, 1900, 1909 et 1913)[6], le tournoi est la référence mondiale avant que la Grande Guerre ne débute.

Après l'absence du tournoi entre 1915 et 1919, le golf alors dominé par les Britanniques change de visage avec l'arrivée des champions américains, bien qu'en 1920 l'Écossais George Duncan remporte le tournoi, les années 1920 et 1930 sont marquées par les victoires américaines[6] inaugurés par Jock Hutchison en 1921 puis de Walter Hagen (1922, 1924, 1928 et 1929), Jim Barnes (1925) et notamment par celui qui est considéré comme l'un des meilleurs golfeurs de tous les temps Bobby Jones pourtant qu'amateur remportant ce tournoi à trois reprises en 1926, 1927 et 1930 (année de son grand chelem). Cette prépondérance est confirmée par Tommy Armour (1931), Gene Sarazen (1932) et Denny Shute (1933) avant que les Anglais remettent la main sur le trophée jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale avec Henry Cotton (1934 et 1937), Alf Perry (1935), Alf Padgham (1936), Reg Whitcombe (1938) et Richard Burton (1939)[6].

Après la Seconde Guerre mondiale, le tournoi reprend en 1946 avec la victoire de l'Américain Sam Snead mais la domination n'est plus américaine puisque dans les années 1950 c'est un duel entre l'Australien Peter Thomson (vainqueur en 1954, 1955, 1956, 1958 et 1965) et le Sud-Africain Bobby Locke (vainqueur en 1949, 1950, 1952 et 1957) qui a lieu[6]. Les Américains préférant faire l'impasse sur ce tournoi et se concentrer sur leur continent. Finalement, l'Open britannique revient au premier plan avec la participation et les victoires de l'Américain Arnold Palmer en 1961 et 1962 permettant au tournoi d'être de nouveau considéré comme un tournoi majeur aux yeux de la PGA of America à la place de l'Open canadien[7], les meilleurs golfeurs du monde se rendent alors au Royaume-Uni et y inscrivent leurs noms : les Américains Jack Nicklaus (1966, 1970 et 1978), Lee Trevino (1971 et 1972), Tom Watson (1975, 1977, 1980, 1982 et 1983) et le Sud-Africain Gary Player (1968 et 1974). En 1967, pour la première fois un Argentin remporte le tournoi avec Roberto DeVicenzo et en 1969 l'Anglais Tony Jacklin met fin à dix-huit années sans victoire britannique.

Padraig Harrington, vainqueur de l'édition 2007.

Dans les années 1980 et 1990, l'Open britannique suit l'évolution du golf mondial avec l'internationalité du golf symbolisée par les victoires de l'Espagnol Severiano Ballesteros (1979 et 1985), l'Australien Greg Norman (1986 et 1993) ou le Zimbabwéen Nick Price (1994)[7], cependant Sandy Lyle permet à l'Écosse en 1985 de retrouver un champion, avant l'Angleterre avec Nick Faldo victorieux en 1987, 1990 et 1992.

La fin des années 1990 et les années 2000 permettent aux Américains de reprendre la main du leadership avec dix victoires en treize ans entre 1995 et 2007 : John Daly (1995), Tom Lehman (1996), Justin Leonard (1997), Mark O'Meara (1998), David Duval (2001), Ben Curtis (2003), Todd Hamilton (2004) et évidemment Tiger Woods vainqueur à trois reprises (2000, 2005 et 2006). Seuls l'Écossais Paul Lawrie en 1999, le Sud-Africain Ernie Els en 2002 et le tenant du titre irlandais Padraig Harrington en 2007 permettent à ce que le trophée échappe aux Américains. En 2008, Padraig Harrington conserve son titre sur le parcours du Royal Birkdale Golf Club en gagnant avec quatre coups d'avance sur le britannique Ian Poulter. On notera la belle troisième place de l'australien Greg Norman, quinze ans après sa dernière victoire dans ce même tournoi.

Les parcours hôtes[modifier | modifier le code]

l'old Course de st Andrews accueille l'Open tous les cinq ans.

De 1860, année de sa création, jusqu'en 1870, l'Open britannique était organisé et disputé au Prestwick Golf ClubPrestwick en Écosse). À partir de 1872, après l'édition annulée en 1871, l'Open se dispute alternativement sur des parcours différents, initialement cette alternance comprend trois parcours : à Prestwick, à l'Old Course de St Andrews et Musselburgh Links à Musselburgh (tous trois en Écosse). En 1893, le Royal St George's Golf Club et le Royal Liverpool Golf Club, deux parcours en Angleterre, sont invités à joindre cette rotation. Ensuite, d'autres parcours ont été ajoutés, d'autres retirés, cependant un point commun concerne tous ces parcours : il doit s'agir d'un link c'est-à-dire d'un parcours en bord de mer.

Aujourd'hui, le tournoi a lieu alternativement chaque année entre l'Écosse et l'Angleterre, avec la seule condition que St Andrews accueille l'évènement tous les cinq ans. L'hôte est désigné par la Royal and Ancient Golf Club of St Andrews cinq ans à l'avance. Il n'a jamais été joué au Pays de galles mais a été disputé une fois en 1951 en Irlande du Nord.

La rotation actuelle est la suivante (avec entre parenthèses la dernière unité de l'année) :

Il y a aujourd'hui neuf parcours compris dans la liste des parcours ayant la possibilité d'accueillir l'évènement :

Parcours Pays Descriptif
Old Course
de St Andrews
Écosse Écosse En 1873, le "Home of Golf" devient le deuxième parcours à accueillir l'Open. Programmé tous les cinq ans, il est par conséquence le parcours le plus utilisé aujourd'hui.
Carnoustie Golf Links
de Carnoustie
Écosse Écosse Autre parcours d'Écosse, il accueille pour la première fois l'Open en 1931. Il a rejoint la rotation de l'Open en 1999 après une absence de 2004. Dernière fois hôte en 2007.
Muirfield
de Gullane
Écosse Écosse Muirfield est un golf privé construit par l'Honourable Company of Edinburgh Golfers, il a accueilli l'Open pour la première en 1892 soit neuf mois après sa construction.
Ailsa Course
dans le South Ayrshire
Écosse Écosse L'Ailsa Course (Turnberry) est un parcours situé sur la côte Ouest de l'Écosse. Il accueilli l'Open en 1977, 1986 et 1994. Il sera l'hôte de l'édition 2009.
Royal Troon Golf Club
à Troon
Écosse Écosse Ce parcours fait partie de la rotation depuis 1923.
Royal St George's Golf Club
à Sandwich
Drapeau de l'Angleterre Angleterre En 1894, il devient le premier parcours à accueillir l'Open hors d'Écosse.
Royal Birkdale Golf Club
à Southport
Drapeau de l'Angleterre Angleterre Situé au Nord-Ouest d'Angleterre, il fait partie de la rotation depuis 1954. Il accueille l'évènement en 2008.
Royal Lytham & St Annes Golf Club
à Lytham St Annes
Drapeau de l'Angleterre Angleterre Situé également dans le Nord-Ouest de l'Angleterre, il accueille pour la première fois lOpen en 1926 et fait partie de la rotation depuis 1952.
Royal Liverpool Golf Club
à Liverpool
Drapeau de l'Angleterre Angleterre Souvent appelé l'Hoylake, il rejoint la rotation en 1897 et a accueilli dix Opens jusqu'en 1967. Après 39 années d'absence, il a été l'hôte de l'édition 2006.

Les anciens parcours ayant accueilli l'Open britannique mais n'étant plus compris dans la rotation actuelle :

Parcours Pays Descriptif
Prestwick Golf Club
de Prestwick
Écosse Écosse Ce parcours fut le premier à accueillir l'Open en 1860. Après avoir été l'hôte de 24 éditions de l'Open, il n'est plus compris dans la rotation de 1925.
Musselburgh Links
de Musselburgh
Écosse Écosse Parcours publique utilisé par l'Honourable Company of Edinburgh Golfers, mais depuis que ces derniers ont construit Muirfield, Musselburgh fut exclu de la rotation.
Royal Cinque Ports Golf Club
de Deal
Drapeau de l'Angleterre Angleterre Construit en 1892, il a accueilli l'épreuve à deux reprises en 1909 et 1920.
Prince's Golf Club
de Sandwich
Drapeau de l'Angleterre Angleterre Il a accueilli son seul Open en 1932. Il se situe au même endroit que le Royal St George's Golf Club.
Royal Portrush Golf Club
dans le Comté d'Antrim
Drapeau de l’Irlande du Nord Irlande du Nord Seul parcours ayant accueilli l'Open hors de Grande-Bretagne en 1951.

Exemptions et épreuves qualificatives[modifier | modifier le code]

Le parcours est ouvert à 156 joueurs qui gagnent leurs places de trois manières. Environ deux-tiers des participants est composé des meilleurs joueurs mondiaux qui sont de ce fait exemptés. Le reste est composé de joueurs qui ont réussi à se qualifier au niveau local et les autres au niveau international.

Les exemptions[modifier | modifier le code]

Il y a environ trente catégories d'exemptions[8], les plus importantes sont les suivantes :

  • Le top 50 de l'Official World Golf Ranking. Cela signifie que cette catégorie est composée de l'élite mondiale du golf et qu'aucun d'eux ne peut-être exclu.
  • Le top 20 de la saison PGA Tour précédente et de l'Ordre du Mérite de l'European Tour précédent. Une partie de ces joueurs se trouvent déjà dans le top 50 de Official World Golf Ranking.
  • Tous les anciens vainqueurs de l'Open âgé de 60 ans ou moins.
  • Tous les joueurs qui ont gagné un des 3 autres majeurs ces 5 dernières années (The Masters, Open américain ou le Championnat de la PGA).
  • Les 10 premiers joueurs de l'Open britannique de l'édition précédente.
  • Le vainqueur de l'Open canadien ou Open japonais actuel.

Ces différentes exceptions permettent à tous les circuits membres de la fédération international des circuits PGA d'être représenté aux tournois, y compris si ces derniers sont amateurs.

Autres manières d'être qualifié[modifier | modifier le code]

Les qualifications locales est une manière traditionnelle pour permettre aux golfeurs n'ayant pas une exemption de participer à l'Open. Il est mis en place seize tournois de "qualifications régionales" en Grande-Bretagne et Irlande une semaine et demie avant le tournoi, les meilleurs golfeurs participent ensuite aux "qualifications locales finales" sur 36 trous quelques jours plus tard. Vingt places sont disponibles par ce biais.

Ces qualifications sont ouvertes à tout golfeur à travers le monde, cependant pour permettre de faciliter les golfeurs non-britanniques, la R&A a mis en place en 2004 des "qualifications internationales". Ce sont des qualifications sur 36 trous, il s'en dispute cinq (Afrique, Australasie, Asie, Amérique et Europe continentale). Seuls les golfeurs ayant eu un rang à l'Official World Golf Ranking peuvent y participer qui est une condition plus stricte que les qualifications locales. Trente-six places sont disponibles par ce biais. Les golfeurs ne peuvent se présenter qu'à l'une ou l'autre qualification mais pas les deux[9].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Vainqueurs multiples[modifier | modifier le code]

The Claret Jug, trophée récompensant le vainqueur depuis 1873
The Claret Jug, trophée récompensant le vainqueur depuis 1873

Records[modifier | modifier le code]

  • Le vainqueur le plus âgé : Écosse Écosse Old Tom Morris (46 ans, 99 jours), 1867.
  • Le vainqueur le plus jeune : Écosse ÉcosseYoung Tom Morris (17 ans, 181 jours), 1868[10].
  • Le score le plus bas sur 72 trous : 267,Drapeau de l'Australie Australie Greg Norman (66-68-69-64), 1993.
  • Le score le plus bas sur 72 trous en relation avec le par : -19,Drapeau des États-Unis États-Unis Tiger Woods (67-66-67-69, 269), (2000) (un record pour tous les majeurs).
    • Le score de Norman en 1993 était de -13. Le par au Royal St George's, le site de l'Open de 1993, était de 70, en comparaison au par 72 du Old Course de St Andrews, en 2000.
  • La plus large victoire : 13 coups, Écosse Écosse Old Tom Morris, 1862. Cela reste un record pour tous les majeurs jusqu'en 2000, quand Woods gagna l'U.S. Open avec 15 au coups à Pebble Beach Golf Course.

Sur le site officiel il y a une section sur l'étendue des records du tournoi[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cette bibliographie présente quelques ouvrages de référence de base, tous utilisés pour la rédaction de cet article comme l'indique la présence du symbole Document utilisé pour la rédaction de l’article. Se référer aux articles thématiques traitant des différents aspects du jeu pour avoir des bibliographies plus complètes.

Généralités

Lien externe[modifier | modifier le code]