Oli London

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Oli London

Informations
Naissance (31 ans)
Angleterre
Nationalité Britannique
Nombre d'abonnés 33400
Autres activités chanteur
Chaîne(s) OliLondon

Oli London est une personnalité Internet et un chanteur anglais. Il est surtout connu pour avoir subi plus d’une dizaine d’opérations chirurgicales pour ressembler Park Ji-min, un membre du groupe K-pop BTS et devenir ethniquement un Coréen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Oli London est né le 14 janvier 1990 en Angleterre[1]. L'intérêt d'Oli pour la Corée du Sud et la culture coréenne débute dans sa jeunesse. Après avoir voulu travailler à l'étranger, il a découvert que le gouvernement de la Corée du Sud accueillait des étrangers pour enseigner la langue anglaise. London a donc déménagé en Corée du Sud pour travailler en tant que professeur d'anglais en 2013. Là-bas, le jeune britannique a travaillé sur l'île de Jeju, et après avoir été exposés à la culture coréenne (y compris la K-pop), il explique être "tombé amoureux du pays"[2].

Après son voyage en Corée, entre 2013 et 2021, Oli London a dépensé plus de 200.000 dollars (environ 168.000 euros) en opérations de chirurgie esthétique[3] et a subi dix-huit opérations de chirurgie plastique[3], notamment une rhinoplastie, un remplissage des lèvres, une blépharoplastie et une génioplastie[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Oli London est un influenceur des réseaux sociaux, suivi par 400 000 personnes sur le réseau social TikTok et 40 000 sur Twitter, sa communauté rassemble surtout des fans de K-pop, une musique coréenne appréciée dans le monde entier. Lui-même est fan du groupe BTS, et en particulier d’un de ses membres : Jimin[5].

Le premier simple de London, "Perfection", est sorti le 3 février 2019. Perfection a reçu un accueil négatif, le consensus étant que London a surutilisé l'Auto-Tune et que London était blanc, mais essayait de devenir asiatique[1].

Problèmes d'identité[modifier | modifier le code]

Oli London se définit ethniquement comme un Coréen. Dans une vidéo YouTube, Being KOREAN, Oli London explique depuis son lit sa démarche : « Je sais que beaucoup de gens ne comprennent pas, mais je m’identifie en tant que Coréen, je ne m’identifie pas comme Britannique, et maintenant j’ai l’air Coréen, je me sens Coréen. (…) C’est ma culture, mon pays, (…), j’ai enfin eu le courage d’aller au bout de ma transition raciale, et j’en suis très heureux. (…) Pendant si longtemps je me suis senti prisonnier de mon corps. (...) J’ai vécu en Corée, je parle la langue (...) Si vous ne me connaissiez pas, vous penseriez que je suis Coréen, et ni un homme ni une femme, juste une personne. (…) J’espère que cette vidéo encouragera d’autres jeunes à toujours faire ce qui les rend heureux dans la vie, c’est mon message, soyez qui vous voulez être[6]. »

En plus de « s’identifier » à une personne coréenne, Oli se présente comme non-binaire, ne se sentant ni homme ni femme mais « juste au milieu »[5].

Oli London a demandé à ses abonnés que les pronoms "they/them" (iel), le nom Jimin et l'adjectif "coréen" soient utilisés pour l'identifier[7],[8].

Le changement d'apparence de London relance le débat sur le transracialisme et rappelle le cas de Rachel Dolezal[6],[7].

La « transition raciale » d’Oli London a ainsi déclenché de nombreuses réactions critiques de la part de militants de gauche. L’influenceur s’est dit visé par une mobilisation du « woke Twitter ». Il a tweeté « Stop à la phobie transraciale » avant de déclarer la « guerre aux woke »[5].

Beaucoup de ceux qui le critiquent l'accusent d'appropriation culturelle[9],[10].

Sandra Song, dans le magazine Paper, a déclaré : « En tant que personne ayant réellement de l'ADN coréen, je peux dire qu'un fétichiste blanc - comme le prouvent ces 15 opérations chirurgicales pour ressembler à Jimin - qui se considère soudainement comme "coréen" est incroyablement offensant, d'autant plus qu'il banalise effectivement nos identités parce qu'elles sont soudainement "à la mode"[10]. »

À ces critiques, Oli London oppose dans un tweet une question autour de laquelle philosophes et académiciens continuent de s’écharper : « Si vous pouvez être transgenre, vous pouvez aussi être TRANSRACIAL. Pourquoi y a-t-il un tel double standard et une telle hypocrisie avec des gens qui me critiquent parce que je suis Coréen. C'est la même chose que quelqu'un qui est né dans le mauvais corps et veut devenir un homme ou une femme. Je suis effectivement né dans le mauvais corps ! [6]»

Oli London a reçu du soutien de personnes et médias de droite et d'extrême-droite[5].

Le média conservateur The Federalist revient sur l’affaire et constate que « Malgré le soutien d’Oli London aux thèses transgenres, la communauté LGBTQ a riposté, attaquant la déclaration de London et le traitant de raciste ». Il conclut que « ce n'était qu'une question de temps avant que la promotion incessante de l'auto-identification comme vérité n'explose au visage de la gauche »[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

De 2018 à 2020, il a été en couple avec l'actrice pornographique parisienne, Angélique Morgan, qui partage son amour de la chirurgie plastique et de Jimin. Morgan a déclaré qu'elle pensait qu'Oli et elle étaient des âmes sœurs et a révélé qu'ils vivaient une relation ouverte "aimante et compréhensive"[12].

En 2020, Oli London avait épousé une découpe en carton de son idole, Jimin, à Las Vegas[5],[13].


Discographie[modifier | modifier le code]

Simples[modifier | modifier le code]

  • "Perfection" (2019)[14]
  • "Butterfly" (2019)[15]
  • "Heart of Korea" (2019)[16]
  • "Last Christmas" (2019)[17]
  • "Mirror Mirror" (2020)[18]
  • "Koreaboo" (2021)[19]
  • "Diss Track" (2021)[20]
  • "Plastic Is Fantastic" (2021)[21]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-GB) « UKP Magazine Spring 2019 : Oli London: More than meets the eye? », UnitedKpop, Issuu,‎ , p. 38-45 (lire en ligne)
  2. (en) kpopalypse, « KPOPALYPSE INTERVIEW – Oli London », sur KPOPALYPSE, (consulté le )
  3. a et b (en-US) Ryan Smith, « White Instagram star identifies as Korean, has eye surgery to look like K-Pop star » [archive du ], sur Newsweek, (consulté le )
  4. (en-US) Sandy Lyons, « Oli London Reveals Which Surgeries He's Had To Look Like BTS's Jimin » [archive du ], sur Koreaboo, (consulté le )
  5. a b c d et e Théo Moy, « Soutenu par l’extrême droite, un influenceur « transracial » s'autodécrète coréen » [archive du ], sur www.marianne.net, (consulté le )
  6. a b et c Laure Coromines, « Transracialisme : un influenceur blanc se fait opérer pour devenir coréen » [archive du ], sur L'ADN, (consulté le )
  7. a et b (it) Di Elisabetta Moro, « Perché si sta parlando di Oli London l'influencer che sostiene di aver effettuato una "transizione razziale" », sur ELLE, (consulté le )
  8. « Vidéo : un influenceur filme sa transition pour devenir Coréen », sur CNEWS, (consulté le )
  9. (en-US) Lee Brown, « White influencer ‘identifies as Korean’ after surgeries to look like BTS singer » [archive du ], sur New York Post, (consulté le )
  10. a et b (en-US) Sandra Song, « Oli London Says They're 'Nonbinary Korean' » [archive du ], sur PAPER, (consulté le )
  11. (en-US) « Leftist Logic: You Can Have Surgery To Change Your Sex But Not Your Race » [archive du ], sur The Federalist, (consulté le )
  12. (en-US) Bella Kay, « BTS Superfan Oli London Revealed To Be In An Open Relationship, Despite Marrying Cardboard Cutout Of Jimin » [archive du ], sur Koreaboo, (consulté le )
  13. (en-US) Sophia Lee, « BTS Superfan Marries Cardboard Cutout of Jimin in Las Vegas » [archive du ], sur Koreaboo, (consulté le )
  14. (ko + en) Oli London, « Perfection - YouTube Music », sur YouTube Music, (consulté le )
  15. (ko + en) Oli London, « Butterfly - YouTube Music », sur YouTube Music, (consulté le )
  16. (ko + en) Oli London, « Heart of Korea - YouTube Music », sur YouTube Music, (consulté le )
  17. (ko + en) Oli London, « Last Christmas - YouTube Music », sur YouTube Music, (consulté le )
  18. (ko + en) Oli London, « Mirror Mirror - YouTube Music », sur YouTube Music, (consulté le )
  19. (ko) Oli London, « Koreaboo - YouTube Music », sur YouTube Music, (consulté le )
  20. (ko + en) Oli London, « OLI LONDON- DISS TRACK (Official MV) », sur YouTube, (consulté le )
  21. (ko + en) Oli London, « Plastic Is Fantastic (Radio Edit) - YouTube Music », sur YouTube Music, (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]