Nicolas Bergier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bergier.

Nicolas Bergier, né à Reims le , mort au Château de Grignon le , est un archéologue et un historien français de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle, spécialiste de la Rome antique. Il a été successivement précepteur des enfants du grand bailli de Vermandois, avocat, professeur de droit à Reims, puis syndic de cette ville[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Historien, licencié ès lois, procureur de l’échevinage, avocat, homme de lettres, jurisconsulte, Nicolas Bergier enseigna au collège des Bons-Enfants et à la faculté de droit de l’université de Reims. Ami de Dupuy et de Peiresc, il fut nommé, grâce à son ami le président de Bellièvre, historiographe de France avec une pension de deux cents écus.

Pour son travail il était en relation avec Charles du Lys, avocat et Nicolas Brulart de Sillery Chancelier de France.

Bergier a publié plusieurs ouvrages, dont l’Histoire des grands chemins de l’Empire romain, le plus important, celui qui lui a valu une réputation distinguée parmi les gens de lettres et les savants. Ce trésor d’érudition un peu diffus, publié pour la première fois en 1622 in-4°, a longtemps été le manuel indispensable de tous ceux qui voulaient faire une étude sérieuse de l’histoire romaine. Il a put voir le jour grâce au méénat de M; de Lomélie et le chancelier N; Brulart de Sillery[2]. Il a été depuis souvent réimprimé ; en latin, par Heinrich Christian Henning, professeur à l’université de Duisbourg, et inséré dans le tome X des Antiquités de Grœvius. Travaillant à une histoire de sa ville natale au moment où, tombé malade, la mort vint le surprendre au milieu de ses recherches à Grignon, dans la maison de campagne de ce magistrat où il était allé passer quelque temps, il avait rassemblé de nombreux matériaux pour cet ouvrage dont il avait déjà rédigé les deux premiers livres. Ne voulant pas que les travaux de son père fussent perdus, son fils, Jean Bergier, a publié cette histoire inachevée sous le titre de : Dessein de l’Histoire de Reims, Reims, 1629, in-12.

Il avait épousé à Reims, en 1597, Marie Quatresols, veuve de Gérard Queutelot, procureur au siège présidial de Reims. Il repose dans l’église de Thiverval-Grignon.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Archimeron: ou Traicté du commencement des jours. Auquel est monstré le particulier endroit sur la rondeur de la terre et de la mer, où le jour de vingt-quatre heures prend son commencement. Oeuvre enrichy de plusieurs enseignemens utiles et nécessaires a ceux qui désirent avoir l'intelligence des cartes cosmographiques, tant universelles, que particulières, Reims, 1617
  • Le Dessein de l'histoire de Reims, avec diverses curieuses remarques touchant l'estalissement des peuples et la fondation des villes de France , Reims, 1629, in-12.
  • Histoire des Grands Chemins de l’Empire Romain contenant l'origine, progrès et estenduë quasi incroyable des chemins militaires, pavez depuis la ville de Rome iusques aux extrémitez de son Empire, où se voit la puissance incomparable des Romains : ensemble, l'esclaircissement de l'intinéraire d'antoinin, & de la carte de Peutinger, Paris, C. Morel, 1622.
  • Le Bouquet royal, ou le parterre des riches inventions qui ont servy à l'entrée du roi Louis le iuste en sa ville de Reims, Reims, Simon de Foigny, 1637[3].
  • L'Entrée de Jeanne d'Arc à Reims, le 16 juillet 1429, poème publiée avec une introduction et des notes, par Henri Jadart, Reims, F. Michaud, 1890.
  • La Musique spéculative, Köln : A. Volk, 1970.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 276
  2. Dédicaces en fin de chapitre I et II.
  3. Avec plusieurs poèmes dont un de Jacques Dorat.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Philippe Le Bas, Dictionnaire encyclopédique de la France, t. 2, Paris, Firmin Didot frères, 1840, p. 408.

Liens externes[modifier | modifier le code]