Neoaves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Neoaves sont un clade composé de tous les oiseaux modernes (Neornithes ou Aves) à l'exception des Paleognathae (ratites et parents) et Galloanserae (canards, poulets et parents)[1]. Près de 95 % des 10 000 espèces d'oiseaux modernes connues appartiennent aux neoaves[2].

La diversification précoce des divers groupes néoaviens s'est produite très rapidement autour de l'événement d'extinction Crétacé-Paléogène[3],[4]. Les tentatives d'explications de leurs relations les uns avec les autres ont initialement donné lieu à de nombreuses controverses[5],[6].

Phylogénie[modifier | modifier le code]

La diversification précoce des divers groupes néoaviens s'est produite très rapidement autour de l'événement d'extinction Crétacé-Paléogène[4]. Les tentatives de résoudre leurs relations ont produit des résultats contradictoires, certains assez controversés, en particulier dans les études antérieures[5],[6]. Néanmoins, certaines grandes études phylogénomiques récentes des Néoaves ont conduit à de nombreux progrès dans la définition des ordres et des groupes supraordinaux au sein des Néoaves, même si elles ne sont pas parvenues à un consensus sur une topologie d'ordre supérieur globale de ces groupes[1],[7],[8],[9]. Une étude génomique de 48 taxons par Jarvis et al. (2014) a divisé les Neoaves en deux clades principaux, Columbea et Passerea, mais une analyse de 198 taxons par Prum et al. (2015) a trouvé différents regroupements pour la première scission des Neoaves. Une nouvelle analyse avec un ensemble de données étendu par Reddy et al. (2017) a suggéré que cela était dû au type de données de séquence, les séquences codantes favorisant la topologie Prum. Les désaccords sur la topologie, même avec de grandes études phylogénomiques, ont conduit Suh (2016) à proposer une polytomie de neuf clades comme base pour les Neoaves[10]. Une analyse de Houde et al. (2019) a proposé Columbea et une polytomie dure réduite de six clades dans Passerea[11].

Ces études s'accordent néanmoins sur un certain nombre de groupes supraordéraux, que Reddy et al. (2017) a surnommé les « sept magnifiques » qui, avec trois « ordres orphelins », constituent les Neoaves[8]. De manière significative, ils comprennent tous deux un grand clade d'oiseaux aquatiques (Aequornithes) et un grand clade d'oiseaux terrestres (Telluraves). Les groupes définis par Reddy et al. (2017) sont les suivants :

  • Les « sept magnifiques » clades supraordinaux :
  1. Telluraves (oiseaux terrestres)
  2. Aequornithes (oiseaux d'eau)
  3. Eurypygimorphae (giroflée, kagu et oiseaux tropicaux)
  4. Otidimorphae (turacos, outardes et coucous)
  5. Strisores (pots de nuit, martinets, colibris et alliés)
  6. Columbimorphae (mésites, tétras et pigeons)
  7. Mirandornithes (flamants roses et grèbes)

Le cladogramme suivant illustre les relations proposées entre tous les ordres d'oiseaux néoaviens en utilisant l'arbre supraordinal récupéré par Prum, RO et al. (2015)[7], avec certains noms de taxons suivant Yury, T. et al. (2013)[12] et Kimball et al. (2013)[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jarvis, « Whole-genome analyses resolve early branches in the tree of life of modern birds », Science, vol. 346, no 6215,‎ , p. 1320–1331 (PMID 25504713, PMCID 4405904, DOI 10.1126/science.1253451, lire en ligne)
  2. Ericson, Anderson, Britton et Elzanowski, « Diversification of Neoaves: integration of molecular sequence data and fossils », Biology Letters, vol. 2, no 4,‎ , p. 543–547 (PMID 17148284, PMCID 1834003, DOI 10.1098/rsbl.2006.0523, lire en ligne)
  3. McCormack, J.E. et al (2013).A phylogeny of birds based on over 1,500 loci collected by target enrichment and high-throughput sequencing. PLoS One, 8(1):e54848. doi: 10.1371/journal.pone.0054848.
  4. a et b Claramunt et Cracraft, « A new time tree reveals Earth history's imprint on the evolution of modern birds », Sci Adv, vol. 1, no 11,‎ , e1501005 (PMID 26824065, PMCID 4730849, DOI 10.1126/sciadv.1501005).
  5. a et b Mayr G. (2011) Metaves, Mirandornithes, Strisores and other novelties - a critical review of the higher-level phylogeny of neornithine birds. J Zool Syst Evol Res. 49:58-76.
  6. a et b A. Matzke et al., « Retroposon insertion patterns of neoavian birds: strong evidence for an extensive incomplete lineage sorting era », Mol. Biol. Evol.,‎ (lire en ligne).
  7. a et b Prum, Berv, Dornburg et Field, « A comprehensive phylogeny of birds (Aves) using targeted next-generation DNA sequencing », Nature, vol. 526, no 7574,‎ , p. 569–573 (ISSN 0028-0836, PMID 26444237, DOI 10.1038/nature15697).
  8. a et b Reddy, Kimball, Pandey et Hosner, « Why Do Phylogenomic Data Sets Yield Conflicting Trees? Data Type Influences the Avian Tree of Life more than Taxon Sampling », Systematic Biology, vol. 66, no 5,‎ , p. 857–879 (ISSN 1063-5157, PMID 28369655, DOI 10.1093/sysbio/syx041).
  9. Edward L. Braun, Joel Cracraft et Peter Houde, Avian Genomics in Ecology and Evolution, , 151–210 p. (ISBN 978-3-030-16476-8, DOI 10.1007/978-3-030-16477-5_6), « Resolving the Avian Tree of Life from Top to Bottom: The Promise and Potential Boundaries of the Phylogenomic Era »
  10. Suh, « The phylogenomic forest of bird trees contains a hard polytomy at the root of Neoaves », Zoologica Scripta, vol. 45,‎ , p. 50–62 (ISSN 0300-3256, DOI 10.1111/zsc.12213, lire en ligne)
  11. Houde, Braun, Narula et Minjares, « Phylogenetic Signal of Indels and the Neoavian Radiation », Diversity, vol. 11, no 7,‎ , p. 108 (ISSN 1424-2818, DOI 10.3390/d11070108)
  12. Yuri et al. (2013) Parsimony and Model-Based Analyses of Indels in Avian Nuclear Genes Reveal Congruent and Incongruent Phylogenetic Signals. Biology, 2(1):419-444. doi:10.3390/biology2010419
  13. Kimball, R.T. et al. (2013) Identifying localized biases in large datasets: A case study using the Avian Tree of Life. Mol Phylogenet Evol. doi:10.1016/j.ympev.2013.05.029

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :