Palaeognathae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le groupe des paléognathes (ou Palaeognathae), est un des deux clades d'oiseaux, l'autre étant celui des néognathes (ou neognathae). Les paléognathes comprennent cinq lignées vivantes d'oiseaux ayant perdu la capacité du vol (plus deux éteintes), formant traditionnellement le groupe des ratites, ainsi qu'un groupe d'oiseaux volant, les tinamous. Il y a actuellement 47 espèces de tinamous, 5 de kiwis (Apteryx), 3 de casoars (Casuarius), 2 de rheas, 2 d'autruches une d'émeu (Dromaius).

De récentes recherches montrent que les paléognathes sont un groupe monophylétique, mais l'inclusion des tinamous au sein de la radiation de ceux-ci implique que le groupe des ratites est polyphylétique, l'abandon du vol étant un caractère apparu plusieurs fois indépendamment et que la similarité des ratites est partiellement due a la convergence évolutive. Depuis 2010, des analyses ADN ont montré que les tinamous sont le groupe frère des moas, groupe éteint de Nouvelle-Zélande.

Chez les lignées ayant abandonné le vol, on observe la disparition du bréchet.

Classification[modifier | modifier le code]

Paleognathae

Struthioniformes (Autruches)


Notopalaeognathae

Rheiformes (Rheas)





Tinamiformes (Tinamous)



Dinornithiformes† (Moas)



Novaeratitae



Apterygiformes (Kiwis)



Aepyornithiformes† (oiseaux-éléphants)



Casuariiformes

Casuariidae (Casoars)



Dromaiidae (Emeus)








Cladogramme d'après Mitchell (2014)[1] avec certains noms d'après Yuri et. al (2013)[2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mitchell, K. J.; Llamas, B.; Soubrier, J.; Rawlence, N. J.; Worthy, T. H.; Wood, J.; Lee, M. S. Y.; Cooper, A. (2014-05-23). "Ancient DNA reveals elephant birds and kiwi are sister taxa and clarifies ratite bird evolution". Science 344 (6186): 898–900. doi:10.1126/science.1251981. PMID 24855267
  2. Yuri, T. (2013) Parsimony and model-based analyses of indels in avian nuclear genes reveal congruent and incongruent phylogenetic signals. Biology, 2:419–44.

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]