Musée du textile et de la mode de Cholet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Musée du textile et de la mode de Cholet
Image dans Infobox.
Informations générales
Ouverture
Visiteurs par an
12 667 (2017)
Site web
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Musée du textile
Rue du docteur Roux
49300 Cholet
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Cholet
(Voir situation sur carte : Cholet)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Cholet-Centre
(Voir situation sur carte : Cholet-Centre)
Point carte.svg

Le musée du textile et de la mode de Cholet est un établissement culturel de la ville de Cholet en Maine-et-Loire. Labellisé « Musée de France », il retrace l'histoire de l'industrie textile et de ses techniques. C'est une mémoire d'un territoire marqué par la présence de l'activité textile.

Le mouchoir rouge de Cholet est tissé dans l'atelier du musée. On y trouve aussi un centre de documentation.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Choletais était l'une des principales régions françaises de production de textile[1]. Dans les années 1970, l'activité textile est touchée par la crise industrielle[2]. Au début des années 1980, une association voit le jour, notamment pour sauver les bâtiments d'une ancienne blanchisserie et y obtenir la création d'un musée municipal[3]. Elle procède aussi à une collecte des témoignages oraux et matériels sur l'industrie textile choletaise[4].

Le musée du textile est créé et s'installe dans l'ancienne blanchisserie de la rivière Sauvageau[5]. Il est inauguré en 1995[6]. Les locaux, ancienne blanchisserie datant de 1881[6],[7], sont le témoignage de l'architecture industrielle du XIXe siècle à Cholet[8].

En 2002, l'établissement obtient le label musée de France[9],[6]. Le musée affiche 11 176 visiteurs en 2003, 11 783 en 2005, 12 247 en 2007[10], 14 983 en 2009[11] et 21 580 en 2011[12].

En 2015, année de ses vingt ans d'existence, le musée change de nom pour devenir le musée du textile et de la mode[13] et rénove son parcours[14].

Expositions permanentes[modifier | modifier le code]

Le musée est une mémoire des activités industrielles du Choletais, marqué par la présence d'une activité textile ancienne[4]. Il présente les étapes de transformation du chanvre, du lin et du coton, de la fabrication du fil, du tissu, du tissage et du blanchiment[6],[1]. Une partie historique retrace l'histoire du textile choletais et les conditions de travail au XIXe siècle[4],[15]. Le Choletais a une longue tradition dans le tissage remontant au XIe siècle. Au début du XIXe siècle le tissage occupe 5 000 tisserands, 10 000 dévideuses et 20 000 fileuses[16]. Au cours du XXe siècle les activités de tissage disparaissent[17].

Le musée contribue à la restauration et la conservation des machines utilisées pour le tissage. Un atelier permet des démonstrations et de produire le mouchoir rouge de Cholet[6].

On y trouve aussi un jardin de plantes textiles et de plantes tinctoriales. En période de floraison, il permet de découvrir la fabrication des fibres et de la teinture[6].

Mouchoir de Cholet[modifier | modifier le code]

Même si ça n'est pas la plus importante, la production de mouchoirs par l'industrie choletaise en est un produit phare[18] ; Cholet en devenant la capitale[19]. Au début des années 2000, le choletais représente 65 % de la production nationale[20]. L'un d'entre eux, le mouchoir rouge, est créé au début du XXe siècle, en référence à une chanson de Théodore Botrel, qui y relate un fait d'armes d'Henri de La Rochejaquelein en 1793 à Fontenay-le-Comte[2],[21]. Peu après, Léon Maret, un industriel de Cholet, en lance la fabrication aux couleurs rouge et blanc[22] ; rouge pour le sang des combattants vendéens et blanc pour la couleur de leur ralliement[20].

À la suite de l'essor de la mécanisation, l'entreprise Turpault est à l'aube du XXIe siècle la dernière fabrique industrielle de mouchoirs à Cholet[8],[20]. En 2003, les établissements Alexandre Turpault, derniers fabricants des mouchoirs rouges et blancs, en cessent sa production[23]. Emblématique mouchoir de Cholet[14], le musée en reprend sa fabrication[24],[5], sous la marque Toile de Cholet[25]. Sa commercialisation est assurée par l'association des amis du musée du textile choletais[6] qui en vend environ 1 500 exemplaires par an en 2015[26], et 20 000 mouchoirs par an sur la période 2015-2016[réf. nécessaire].

Le club Cholet Basket en a adopté ses couleurs dès sa création en 1975[27].

Expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Le musée reçoit des expositions temporaires[4], notamment autour des arts textiles contemporains, de la mode enfantine et du patrimoine textile[5],[28]. Il participe également aux Journées du patrimoine[29].

En , le groupement de professionnels Grand Ouest de la mode y organise une exposition sur les métiers de la mode[30].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Fréquentation du Musée du textile et de la mode de Cholet.

Chiffres de fréquentation 2001-2017[31]
Année Entrées gratuites Entrées payantes Total
2001 5 963 5 192 11 155
2002 5 368 5 008 10 376
2003 5 455 5 721 11 176
2004 7 312 5 980 13 292
2005 6 860 4 923 11 783
2006 5 404 4 793 10 197
2007 6 580 5 667 12 247
2008 9 047 5 503 14 550
2009 9 047 5 440 14 487
2010 6 464 6 252 12 716
2011 9 141 6 832 15 973
2012 7 012 6 567 13 579
2013 6 563 5 801 12 364
2014 6 368 5 048 11 416
2015 7 711 5 020 12 731
2016 6 356 5 180 11 536
2017 7 827 4 840 12 667

Ressources documentaires[modifier | modifier le code]

Le site du musée comprend un centre de documentation consacré aux techniques textiles, au patrimoine textile local, au patrimoine industriel, aux arts textiles contemporains et à la mode. Il contient des fonds d’archives, des fonds audiovisuels et sonores, des fonds iconographiques, des fonds imprimés et des objets, dont une collection d'une centaine de mouchoirs[28].

Administration et partenariats[modifier | modifier le code]

Le musée appartient à la ville de Cholet[3], secondée par l'association des Amis du musée du textile choletais (AAMTC)[32]. L'association participe à l'animation du musée et constitue plusieurs fonds d’archives[3]. Dominique Zarini est chargée des collections du musée[1],[33].

Le musée compte plusieurs autres partenaires dont le Pôle Mode Ouest[34].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Aymeric Renou (Le Parisien), « Le Choletais, l'autre pays du textile », sur leparisien.fr, article du 24 juillet 2014.
  2. a et b Christian Meas (Ouest-France Entreprises), « Maine-et-Loire. « Cholet s'est approprié le mouchoir rouge » », sur entreprises.ouest-france.fr, article du 14 mars 2013, sur des propos de Jean-Joseph Chevalier.
  3. a b et c Association des Amis du musée du textile choletais (AAMTC), « L'association », sur museedutextile.com (consulté le ).
  4. a b c et d Ministère de la Culture, « Cholet - Musée du textile », sur culturecommunication.gouv.fr, page du 10 juillet 2012.
  5. a b et c Office de tourisme du Choletais, « Musée du Textile et de la Mode », sur ot-cholet.fr (consulté le ).
  6. a b c d e f et g Association des Amis du musée du textile choletais (AAMTC), « Le musée du Textile », sur museedutextile.com (consulté le ).
  7. Mairie de Cholet, « Le Musée du Textile et de la Mode », sur cholet.fr (consulté le ).
  8. a et b Catherine Rebuffel (La Croix), « Promenades en France 98 », sur la-croix.com, article du 24 août 1998.
  9. Ministère de la Culture, « Liste des musées de France », sur culturecommunication.gouv.fr, document du 23 septembre 2014, p. 27.
  10. Direction Générale des Entreprises (DGE) - Sous-direction du Tourisme, « Fréquentation 2007 », sur veilleinfotourisme.fr, document de septembre 2008, p. 137.
  11. Direction générale des Patrimoines - Département de la politique des publics, « Museostat 2009 - Fréquentation des musées de France », sur culturecommunication.gouv.fr, document du 17 novembre 2010.
  12. Direction générale des Patrimoines - Département de la politique des publics, « Patrimostat 2011 - Fréquentation des musées de France », sur culturecommunication.gouv.fr, document du 10 septembre 2013.
  13. Le Courrier de l'Ouest, « Cholet. Le musée du Textile change de nom », sur courrierdelouest.fr, article du 31 mai 2015.
  14. a et b Le Courrier de l'Ouest, « Cholet. Un nouveau fil conducteur pour le Musée du Textile », sur courrierdelouest.fr, article du 18 juillet 2015.
  15. Académie de Nantes, « Espace pédagogique - annuaire patrimoine - musée du textile de Cholet », sur pedagogie.ac-nantes.fr, .
  16. Célestin Port (édition revue et mise à jour en 1965 par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105), p. 755-756.
  17. Jacques Jeanneau 1990, p. 419-430.
  18. Confédération nationale des groupes folkloriques français, « no 251-262 », Folklore de France,‎ , p. 73.
  19. Jean Boisson 1965, p. 30.
  20. a b et c Yves Boiteau (Le Parisien), « Le mouchoir, c'est le drapeau de Cholet », sur leparisien.fr, article du 13 juillet 2000.
  21. Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Éditions Cheminements, , 398 p. (ISBN 978-2-84478-338-7, lire en ligne), p. 65.
  22. Mairie de Cholet, « Le mouchoir de Cholet » (consulté le ).
  23. Jean-Joseph Chevalier 2013, p. 103.
  24. Association des Amis du musée du textile choletais (AAMTC), « Le tissage du Mouchoir rouge » (consulté le ).
  25. Association des Amis du musée du textile choletais (AAMTC), « Le tissage du Mouchoir rouge », 24 octobre 2013 - Les marques « Bureau des toiles du syndicat de cholet depuis 1677 qualité garantie Cholet France » (INPI no 3704238) et « Maison des toiles de Cholet » (INPI no 98726276) sont des marques du Groupement des Industries de l'Habillement de la Région Choletaise.
  26. Ouest-France, « Tourisme. Produits dérivés : le match Cholet-La Roche/Yon », sur ouest-france.fr, article du 29 juillet 2015.
  27. Jean-Joseph Chevalier, Le mouchoir rouge de Cholet, p. 102.
  28. a et b Ministère de la Culture, « PORTETHNO (mission ethnologique) - Notice 177 Musée du Textile », sur culture.gouv.fr, page du 22 décembre 2010.
  29. Le Courrier de l'Ouest, « Cholet. Le programme des Journées du patrimoine dans le Choletais et les Mauges », sur courrierdelouest.fr, article du 14 septembre 2015.
  30. Ouest-France Entreprises, « Mode. 500 emplois par an dans l'Ouest », sur entreprises.ouest-france.fr, article du 29 septembre 2015.
  31. « Fréquentation des Musées de France », sur data.culture.gouv.fr (consulté le ).
  32. Mairie de Cholet, « Musées : Coordonnées des associations », sur cholet.fr (consulté le ).
  33. Service départemental des archives, « Enfance en Anjou — Autour de l'expo », sur archives49.fr (consulté le ).
  34. Portail Pôle Mode (APHO - OMI), « Qui sommes nous — Présentation — Partenaires », sur pole-mode.fr (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean Boisson, Les grandes heures de Cholet, Cholet, Imprimerie Farré et fils, , 32 p. (ASIN B003BPFCAO) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacques Jeanneau, « La diversification des activités de Cholet au second vingtième siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, vol. 97 « Les industries textiles dans l'ouest XVIIIe-XXe siècles », no 3,‎ , p. 419-430 (DOI 10.3406/abpo.1990.3368, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • La Blanchisserie de la Rivière Sauvageau et le blanchiment des toiles à Cholet, Cholet, Rempart - Ville de Cholet - AAMTC (Association des amis du Musée du textile choletais), coll. « Patrimoine d'ici », , 79 p. (ISBN 978-2-904365-20-1, OCLC 463550047, notice BnF no FRBNF35536179)
  • Mouchoirs, Catalogue d'exposition sur l'histoire et les utilisations du mouchoir, 1993.
  • Le mouchoir dans tous ses états, Actes du colloque international réalisé par l'association des Amis du musée du textile choletais et le musée du textile, les 12, 13 et (ISBN 9782951501300).
  • Aude Le Guennec, « Le Musée du textile de Cholet et la blanchisserie de la Rivière Sauvageau : un musée dans l'usine », revue Archives d'Anjou, Association des Amis des archives d'Anjou, no 8,‎
  • Jean-Joseph Chevalier, Historiens de l'Anjou : L'histoire de Cholet et de son industrie d'Auguste-Amaury Gellusseau (1862), Rennes, Presses universitaires de Rennes, , 210 p. (ISBN 978-2-7535-2081-3, notice BnF no FRBNF42771154)
  • Jean-Joseph Chevalier, Le mouchoir rouge de Cholet : Histoire d'un tissu à message(s), Éditions du Petit Pavé (Brissac), (ISBN 978-2-84712-364-7, notice BnF no FRBNF43569771) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]