Jacques Brissot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brissot.
Jacques Brissot
une illustration sous licence libre serait bienvenue

Jacques Brissot dans son atelier de Montreuil

Naissance
Nationalité
Activité

Jacques Brissot, né en 1929[1],[2], est un peintre, cinéaste et plasticien français dont l'œuvre composite est encore assez méconnue en France.

Il fit partie du Groupe de recherche image au Service de la Recherche de l'ORTF, alors dirigé par Pierre Schaeffer. Il réalisa ainsi un certain nombre de films expérimentaux, en collaboration avec des compositeurs tels que Pierre Schaeffer, Iannis Xenakis, André Boucourechliev, François-Bernard Mâche, Luc Ferrari[3]... Il a été sélectionné au Festival de Cannes[4].

Pour la télévision française, entre 1966 et 1973 il réalise un certain nombre de films pour les émissions Dim Dam Dom et Volume et met en images quelques grands entretiens (Pierre Pascal, Konrad Lorenz...).

Avec les "événements" de 1968, qu'il filme caméra à l'épaule dans les rues de Paris, Brissot développe une fringale créatrice. Il abandonne peu à peu le cinéma pour l'image fixe, et réalise ses rêves de jeunesse. Outre ses fameux "brissolages", analysés par François Aubral dans son article du même nom, Brissot détourne tout ce qu'il approche ; féru des primitifs flamands, plus particulièrement de Bruegel et de Bosch, il en recrée les chefs-d'œuvre à sa manière, souvent violente et parfois "trash".

Filmographie (incomplète)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]