Polissons et Galipettes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Polissons et Galipettes
Réalisation anonyme
Acteurs principaux
anonyme
Sociétés de production Michel Reilhac et Mélange Production
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Film pornographique
Sortie 2002
Durée 75 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Polissons et Galipettes est un film français sorti en 2002. Il s'agit d'un montage de douze courts métrages pornographiques, de réalisateurs anonymes, datant du début du XXe siècle, compilés par Michel Reilhac.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Il s'agit de plusieurs films érotiques muets du début du XXe siècle. Ils étaient programmés en séances dans les salons d'attente des bordels huppés[1]. Les films sont compilés et produits par Michel Reilhac et Mélange Production. Le film est diffusé lors de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes le 19 mai 2002[2].

La Coiffeuse[modifier | modifier le code]

La Coiffeuse.

Filmé dans un décor de théâtre en un seul plan séquence et en plan américain, La Coiffeuse (1905) présente une jeune femme souriante, le buste nu et un drapé lui couvrant légèrement le ventre, qui se coiffe longuement, puis enroule ses cheveux en chignon, y pique des épingles. Elle se saisit d'un miroir et y adjoint une fleur.

L'Atelier Faiminette[modifier | modifier le code]

L'Atelier Faiminette.

Filmé en intérieur, L'Atelier Faiminette (1921) est composé de deux séquences. L'une se passe dans un atelier de couture : une jeune femme découvre à terre une souris. Tout le monde grimpe précipitamment sur les chaises et tables. De peur, les couturières soulèvent leurs jupes, dévoilant bas et sous-vêtement. Mais c'est une mauvaise blague, et la coupable est châtiée : allongée sur la table de travail, on lui donne longuement la fessée. La deuxième séquence commence : dans l'atelier, une couturière remonte sa jupe à la recherche de puces. Elle passe dans une pièce attenante avec une collègue qui la dévêt et trouve deux puces qu'elle écrase aussitôt. Elle découvre aussi le sein de sa collègue, qui se laisse embrasser. Les deux jeunes femmes se retrouvent bientôt dans le lit, pratiquement nues, souriantes, s'embrassant la bouche et le sexe. Arrive alors un homme en costume, qui fait scandale, et qu'on peut imaginer être un client ou le patron. Elles le supplient à genoux, avant de le déshabiller à son tour. Première scène de triolisme : l'une se fait caresser tandis que l'autre pratique une fellation. Deuxième scène de triolisme : l'homme lèche l'anus de l'une, qui elle-même lèche le sexe de l'autre. Troisième scène de triolisme : l'homme tente de pénétrer la jeune femme sans y parvenir et fait de telles grimaces qu'il tombe à terre, le sexe en main, devant les jeunes femmes hilares.

Abbot Bitt au couvent[modifier | modifier le code]

Dans un couvent, un cuisinier observé à travers le passe-plats de la cuisine offre les jeux érotiques de deux bonnes soeurs dans la salle à manger. Un moine survient discrètement derrière le curieux...[3].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

La fessée à l'école

Liste des films[modifier | modifier le code]

  1. La Coiffeuse (1905)
  2. Atelier Faiminette (1921)
  3. Abott Bitt au couvent (1925)
  4. La Fessée à l’école (1925)
  5. Mousquetaire au restaurant (1920)
  6. La Voyeuse (1924)
  7. Miss Butterfly (1925)
  8. Agenor fait un levage (1925)
  9. Devoirs de vacances (1920)
  10. L'Heure du thé (1925)
  11. Massages (1930)
  12. Buried Treasure (1925)

Autour du film[modifier | modifier le code]

Une fausse suite est sortie en DVD en 2010 sous le titre Polissons et Galipettes (deconstructed). Compilée par Cécile Babiole[4], cette version regroupe des courts métrages qui ont été déstructurés : accélérations, ralentissement, anamorphoses, mosaïque, ondulation, mise en boucle...

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :