Musée Suermondt-Ludwig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée Suermondt-Ludwig
Aachen Villa Cassalette.jpg
La façade du musée, à gauche l'extension moderne de 1994 et à droite la villa Cassalette
Informations générales
Ouverture
1873
Site web
Collections
Collections
œuvres d'art
Époque
du XIIe siècle à l'époque moderne
Bâtiment
Article dédié
Villa Cassalette
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Wilhelmstraße 18
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/Aix-la-Chapelle]]

[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/Aix-la-Chapelle|280px|(Voir situation sur carte : [[Modèle:Géolocalisation/Aix-la-Chapelle]])|class=noviewer]]
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Point carte.svg

Le musée Suermondt-Ludwig, en allemand Suermondt-Ludwig-Museum, est un musée d'art à Aix-la-Chapelle, en Allemagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Joos van Cleve, Madone aux cerises.

Une association du musée d'Aix-la-Chapelle en allemand « Aachener Museumsverein » est créée en 1877 dans le but de promouvoir l'établissement d'un musée, et en 1883 un musée municipal est ouvert dans le bâtiment appelé « Alte Redoute » (la Vielle Redoute). Il est d'abord appelé le musée Suermondt, d'après le fondateur Barthold Suermondt (en), qui fait don de 105 peintures de sa collection à la ville[1]. Cette collection, avec de nombreuses autres œuvres vendues ultérieurement à Berlin, pouvait être vue dans la galerie Suermondt d'Aix-la-Chapelle avant même l’ouverture du musée[2].

En 1901, le musée est transféré dans la villa Cassalette (de), un immeuble appartenant à la famille Cassalette qui a fait fortune à travers la Aachener Kratzenfabrik Cassalette (en) qui produisait des laineuses à cardes (en). Dans les décennies suivantes, le bâtiment est progressivement étendu pour abriter les collections toujours croissantes du musée; la dernière extension, par adjonction d'un nouveau bâtiment, date de 1992-1994. Des dons importants sont reçus notamment de Anton Ignaz van Houtem et de Franz Johann Joseph Bock (en)[1].

C’est en 1977 qu’il prend sa dénomination actuelle Suermondt-Ludwig-Museum pour rendre hommage à Irène et Peter Ludwig, très grands collectionneurs allemands, qui ont fait don, entre autres, de leur fonds médiéval[1].

Le bâtiment[modifier | modifier le code]

Intérieur de la villa Cassalette : escalier central.

La famille Cassalette, riches propriétaires d'usine à Aix-la-Chapelle, ont demandé à l'architecte Eduard Linse de construire une résidence dans le style néo-Renaissance inspirée par un palais vénitien. L'intérieur de la villa Cassalette était richement décoré de peintures murales dans le style de Pompéi, des caissons de stuc au plafond, et de nombreuses sculptures. De petits changements et aménagements ont été réalisés après la transformation en musée en 1901, mais une grande partie de l'intérieur d'origine a été restauré pour le rendre à nouveau visible. En 1992-1994, le bureau d'architectes Busmann & Haberer a conçu une extension importante, ajoutée sur la gauche du bâtiment principal[3].

Collections[modifier | modifier le code]

Les plus anciens objets de la collection sont des sculptures allemandes du XIIe au XVIe siècle. Elles comprennent des œuvres de Tilman Riemenschneider, Heinrich Douvermann et Arndt van Tricht. Parmi les peintures les plus anciennes figurent une Adoration des mages par le Maître de la Glorification de Marie et une œuvre de Joos van Cleve. Des tableaux du XVIe siècle comprennent une Judith de Lucas Cranach l'Ancien, une Mater Dolorosa de Albert Bouts et une Marie-Madeleine par Cornelis Engebrechtsz. Des artistes importants du XVIIe siècle sont représentés, notamment les Espagnols Francisco de Zurbarán, Luis de Morales et José de Ribera et l'Italien Bartolomeo Manfredi. Une collection importante de tableaux de Flandres et des Pays-Bas montre des œuvres de Antoine van Dyck, Jacob Jordaens, Frans Snyders, Jacob van Ruisdael, Frans Hals, Willem Claeszoon Heda, Willem Kalf, Joseph de Bray (de) et Jan Boeckhorst.

La collection d'art moderne est restreinte aux artistes vivant ou travaillant en Allemagne, y compris Alexej von Jawlensky, Otto Dix, Max Beckmann, August Macke et Andreas Achenbach.

D'autres disciplines sont exposées au musée, comme une large collection de peintures sur verre, 10 000 dessins et gravures par des artistes comme Albrecht Dürer, Rembrandt et beaucoup d'autres, des tapisseries flamandes, et des œuvres d'orfèvrerie[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b et c « Museumsgeschichte », Suermondt-Ludwig-Museum (consulté le 28 mai 2014)
  2. Théophile Thoré-Bürger et Gustav Friedrich Waagen, Galerie Suermondt à Aix-la-Chapelle, Claassen, , 197 p..
  3. « Baugeschichte », Suermondt-Ludwig-Museum.
  4. « Sammlungen - Index », Suermondt-Ludwig-Museum
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Suermondt-Ludwig-Museum » (voir la liste des auteurs).