Musée Minerve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée Minerve
Musée Minerve.jpg

Le Musée Minerve

Informations générales
Visiteurs par an
Musée gratuit
Site web
Collections
Collections
Archéologie gallo-romaine, mérovingienne
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Musée Minerve
Place François Mitterrand
37290 Yzeures-sur-Creuse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le Musée Minerve est un musée archéologique situé dans la commune d'Yzeures-sur-Creuse et qui expose des vestiges gallo-romains datant de la fin du IIe siècle ou début du IIIe siècle après Jésus-Christ[1] mis au jour durant la démolition de l'ancienne église médiévale. Il se situe sur la place François-Mitterrand et arbore le label Musée de France[2].

Historique du musée[modifier | modifier le code]

La découverte des vestiges[modifier | modifier le code]

En 1895, l'ancienne église médiévale du XIIe siècle, devenue trop vétuste, est démolie pour laisser la place à un nouvel édifice. En creusant les fondations de la nouvelle église, sont mis au jour environ 80 blocs sculptés de grandes dimensions. Ils étaient disposés de façon à servir de fondations à un monument antérieur à l'église médiévale. Les fondations représentaient tout ce qui subsistait de l'église mérovingienne fondée par saint Eustoche au milieu du Ve siècle.

Des fouilles, dirigées par Camille de la Croix, sont alors entreprises et mettent au jour quatre types de blocs formant trois monuments.

Tout d'abord, un pilier votif à Jupiter qui, s'il était reconstitué mesurerait plus de neuf mètres de haut. Ensuite, un grand édifice polygonal, probablement un temple. Enfin, un autel et une dédicace à Minerve d'une construction à caractère sacré, probablement le temple.

La construction du musée[modifier | modifier le code]

Il fut inauguré le [3] et réhabilité en 2000.

En 1970, la municipalité décide de percer une rue nouvelle, ce qui implique d'abattre le mur de clôture du presbytère. C'est le long de ce mur, sous un auvent, qu'étaient entreposés les blocs antiques depuis presque un siècle. C'est alors que l'équipe municipale décide d'édifier un local afin de mettre en valeur et protéger ces vestiges. Une étude est demandée à la Société archéologique de Touraine et est réalisée par Jean-Pierre Adam et Fabienne Jambon.

Sa collection[modifier | modifier le code]

La colonne de Jupiter[modifier | modifier le code]

Ces vestiges sont classés monuments historiques au titre d'objet depuis le [4].

Le pilier est constitué d'un socle nu et de trois niveaux sculptés. Les deux premiers niveaux sont carrés alors que le troisième est octogonal. Mais s'il manque certains blocs dont la dédicace, les différents niveaux de la colonne ont pu être reconstitués.

Le premier niveau représente Jupiter, Vulcain, Mars et Apollon. Ses dimensions sont de 1,73 mètre de large sur 1,85 mètre de haut.

Le second niveau représente les luttes de l'Olympe et les cycles héroïques : Hercule délivrant Hésione, Persée délivrant Andromède, la lutte de Mars et Minerve contre les géants Anguipèdes. Ses dimensions sont de 1,42 mètre de large sur 1,85 mètre de haut.

Le dernier niveau représente Léda et le cygne (Jupiter) entourés des Dioscures, Neptune avec son trident, ainsi que trois autres divinités inconnues. Sur ce niveau des traces de peinture du décor polychrome sont encore visibles.

Le tout était surmonté d'une statue représentant Jupiter qui n'a pas été retrouvée élevant le pilier à plus de neuf mètres de haut.

Habituellement, ce type de pilier a vocation à faire partie d'un ensemble de trois piliers beaucoup moins imposant, ce qui rend cette colonne unique en Gaule.

Le temple de Minerve[modifier | modifier le code]

Une dédicace à Minerve est présente dans le musée. Elle se compose de quatre blocs de pierre blanche et mesure deux mètres vingt-cinq de longueur sur un mètre vingt de hauteur. Elle n'est qu'aux trois quarts intact, en effet l'un de ces quatre blocs n'a pas été retrouvé. On y trouve l'inscription suivante : « NUMIBUS AUGUSTORUM ET DEAE MINERVAE ».

Certains archéologues, dont O. de Rochebrune, en font le plus grand temple de Gaule, en évoquant que le pilier de Jupiter pourrait être une des piles monumentales d'un hypothétique péristyle.

Très peu d'éléments de ce temple ont été retrouvés à l'exception de la dédicace, d'un autel, et des éléments d'un grand édifice polygonal. La dimension de ces éléments implique que ce temple était de grande dimension.

Les tombeaux mérovingiens[modifier | modifier le code]

Plusieurs de ces tombeaux sont exposés. En effet, une nécropole mérovingienne a été découverte lors de travaux sur la place près de l'église.

Les expositions temporaires[modifier | modifier le code]

Ce musée accueille régulièrement des expositions temporaires : aquarelles, photographies, sculptures, fleurs...


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bull. trimestriel de la Société Archéologique de Touraine, Tome 37, année 1972
  2. Musée de France, au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002
  3. Bull. de la Société archéologique de Touraine, Tome 37, Année 1972, page 101
  4. Base Palissy Fragment Gallo-romain

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : sources utilisées pour la rédaction de cet article

  • Société archéologique de Touraine, Bulletin trimestriel de la Société archéologique de Touraine, Tome 37, Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]