Much Loved

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Much Loved
Réalisation Nabil Ayouch
Scénario Nabil Ayouch
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Maroc Maroc
Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 105 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Much Loved est un film franco-marocain réalisé par Nabil Ayouch, sorti en 2015.

Le film a été interdit de projection au Maroc, où il est considéré comme pornographique.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À l'époque actuelle, Noha, Randa, Soukaina et Hlima vivent d’amours tarifés à Marrakech. Objets de désirs inavoués dans la société marocaine, elles décrivent à l'aide du langage de la prostitution leur vie de tous les jours, allant des pseudos relations amoureuses avec des Européens à la prostitution institutionnalisée avec les Saoudiens, en passant par la corruption policière sans masquer les problèmes sociétaux comme les relations familiales où l'argent remplace l'amour filial. Tantôt joyeuses et complices mais aussi tristes et rejetées, elles pointent du doigt cette société qui les utilise et les avilit.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Interdiction au Maroc[modifier | modifier le code]

À la suite de sa présentation au festival de Cannes, Much Loved a été interdit de projection au Maroc, le ministère de la communication ayant jugé que l'œuvre comportait un « outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine, et une atteinte flagrante à l'image du royaume ». Le film a été particulièrement vilipendé dans les milieux islamistes : un cheikh salafiste a notamment appelé à traduire le réalisateur Nabil Ayouch en justice pour avoir porté atteinte « aux mœurs et à l’intégrité morale des Marocains ». Une association a par ailleurs annoncé son intention de porter plainte contre le réalisateur et l'actrice principale Loubna Abidar pour avoir nui à l'image de Marrakech et plus largement à celle du Maroc[3].

Nabil Ayouch, qui se dit victime d'une campagne d'« hystérie collective », accompagnée de menaces de mort contre lui et ses actrices, déclare avoir voulu, dans son film, « donner la parole à ces femmes qui souffrent ». Il souligne que son intention n'était pas de nuire à l'image du Maroc mais d'aborder un problème social[4] : « la prostitution est autour de nous et au lieu de refuser de la voir, il faut essayer de comprendre comment des femmes qui ont eu un parcours difficile ont pu en arriver là »[3]. En novembre 2015, l'actrice principale Loubna Abidar est victime d'une agression. Elle décide ensuite de s'expatrier en France pour garantir sa sécurité[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La majorité des dialogues est en arabe, mais une partie des scènes utilise le français lorsqu'interviennent des personnages occidentaux, notamment l'amant de Noha, interprété par Carlo Brandt.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]