Loubna Abidar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Loubna Abidar
Description de cette image, également commentée ci-après
Naissance (33 ans)
Marrakech
Nationalité Drapeau du Maroc Marocaine
Drapeau du Brésil Brésilienne
Profession Actrice
Films notables Much Loved

Loubna Abidar, née le 20 septembre 1985 à Marrakech, est une actrice maroco-brésilienne[1],[2],[3]. Elle est connue pour son rôle dans le film Much Loved.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Aînée d’une fratrie de trois enfants[4], Loubna Abidar est née au sein d'une famille d'origine du quartier de Qasba à Marrakech[5]. Son père est berbère et sa mère arabe[4]. Dans son autobiographie, elle dit avoir été violée par son père[6],[7].

Mariée à 17 ans, elle déménage à Paris avec son mari âgé de 61 ans, un français juif[4], afin de pouvoir poursuivre ses études jusqu'à ses 20 ans. Elle épouse en secondes noces un Brésilien avec qui elle a une fille[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle tient le premier rôle dans le film Much Loved[8] . Ce film a été interdit au Maroc et a été particulièrement vilipendé dans les milieux musulmans : un cheikh a notamment appelé à traduire le réalisateur Nabil Ayouch en justice pour avoir porté atteinte « aux mœurs et à l’intégrité morale des Marocains ». Une association a par ailleurs annoncé son intention de porter plainte contre le réalisateur et Loubna Abidar pour avoir nui à l'image de Marrakech et plus largement à celle du Maroc[9].

En 2018, elle apparaît dans deux films français : Amin et À genoux les gars.

Divers[modifier | modifier le code]

Le , Loubna Abidar est victime d'une violente agression à Casablanca[10],[11]. Le visage tuméfié et en sang, elle déclare n'avoir pas été autorisée à porter plainte[10], ce que dément la police de Casablanca[12]. Elle trouve ensuite refuge en France[13] avec un visa de tourisme, expiré à la date de la cérémonie des Césars 2016 où elle est en compétition pour le César de la meilleure actrice[14].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Loubna Abidar et Marion Van Renterghem, La dangereuse, Stock, (ISBN 978-2234081222)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. article19.ma, 2015
  2. Ludovic Perrin, « Loubna Abidar, parcours d'une courageuse », lejdd.fr, 15 mai 2016.
  3. [1], Huffington Post, édition Maghreb, 15 février 2016
  4. a b c et d « LOUBNA ABIDAR, FIÈRE FRONDEUSE », sur https://next.liberation.fr/, (consulté le 28 mars 2015) : « Mariée à 17 ans afin de pouvoir poursuivre des études, elle déménage à Paris avec son mari, juif français de 61 ans «très gentil», et vit en ménage dans la capitale jusqu’à 20 ans. »
  5. « PROFILE -Loubna Abidar, ou par qui « le scandale » serait arrivé… », sur www.article19.ma, (consulté le 7 novembre 2015).
  6. « Victimes de viol, ces stars témoignent » (consulté le 10 décembre 2017)
  7. La dangereuse
  8. « Loubna Abidar: « Je n’ai pas peur de montrer mes fesses » », sur www.le360.ma, (consulté le 7 novembre 2015).
  9. « Much loved », film de Nabil Ayouch sur la prostitution, interdit au Maroc, Le Parisien, supplément La Parisienne, 26 mai 2015.
  10. a et b « Loubna Abidar, star du film "Much Loved", victime d'une violente agression au Maroc », sur www.metronews.fr, (consulté le 7 novembre 2015).
  11. « Loubna Abidar », sur www.bladi.net (consulté le 7 novembre 2015).
  12. « Agression : La police dément les déclarations de Loubna Abidar », sur Telquel.ma (consulté le 26 février 2016)
  13. Much Loved : après son agression, Loubna Abidar se réfugie en France, lefigaro.fr, 8 novembre 2015.
  14. Hugo-Pierre Gausserand, « Loubna Abidar : « Je suis en situation illégale en France » », lefigaro.fr, (consulté le 25 février 2016).
  15. « Les transporteurs – Al hamala de Said Naciri » (consulté le 28 juin 2016)
  16. « "Much Loved", grand gagnant du Festival d'Angoulême », sur lepoint.fr/, (consulté le 6 octobre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :