Mon petit gazon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mon petit gazon
Éditeur Fantaleague
Développeur Fantaleague

Date de sortie 2011
Genre Ligue fantasy
Mode de jeu Multijoueur
Plate-forme Navigateur

Mon petit gazon (abrégé MPG) est un jeu français de fantasy football créé en 2011. Il se démarque par son humour décalé. Il s'appuie sur trois premières divisions de championnats européens : la Ligue 1 (France), la Premier League (Angleterre) et la Liga (Espagne). Ses propriétaires sont Martin Jaglin, Benjamin Fouquet et Grégory Rota[1].

Historique[modifier | modifier le code]

À la base, Fantaleague, l’ancêtre de Mon petit gazon, a été créé par Jean-Charles Porchy, Charles Morat et Rodolphe Petit en 2005[2].

Le jeu s'inspire des jeux de fantasy football développés sur des forums adaptés[3]. Mon Petit Gazon est créé en 2011 par trois amis en parallèle de leurs emplois respectifs afin de s'amuser. Voyant le succès du jeu auprès du public ils décident de se consacrer pleinement à son développement et rachètent Fantaleague le 23 juillet 2011[4],[5] pour s'en donner les moyens. À l'origine, le jeu utilisait un algorithme qui donnait des résultats proches des notes réelles données par L'Équipe, ce qui leur valut des menaces de poursuite judiciaire[6]

En 2016 ils sortent l'application du jeu afin de permettre aux utilisateurs de jouer sur leurs tablettes et smartphones, ainsi que l'ajout du championnat anglais et de la version anglaise du site, My Little Nuts.

La même année La Ligue de football professionnel (LFP) leur adresse des courriers recommandés pour leur signifier leur intention de lancer une action en justice à leur encontre[7]. Le tollé de l'annonce sur les réseaux sociaux, et le changement de directeur général exécutif avec l'arrivée à la tête de la LFP de Didier Quillot, enterrent la poursuite en justice. Finalement en août 2017 la LFP devient partenaire du jeu pour les saisons 2017-2018 et 2018-2019[8].

En août 2017, la version espagnole du site, Mi Gran Delantera, est lancée et le championnat espagnol est ajouté au jeu. Depuis la mise à jour d’août 2017 il est possible de collectionner des badges pour récompenser ou taquiner les joueurs : en feu si on inscrit 5 buts réels en un match, la punition si l'on a au moins 6 buts de moins que son adversaire, la chèvre si on termine dernier de sa ligue, etc.

Règles[modifier | modifier le code]

Le jeu se déroule en plusieurs étapes :

Tout d'abord un groupe de personnes crée une ligue sur le site internet. Elle peut comporter 2, 4, 6, 8 ou 10 joueurs, les ligues peuvent être privées ou publiques. Une fois la ligue remplie, des enchères sont organisées en plusieurs tours : chaque joueur dispose de 500 millions d'euros afin de faire son mercato en misant sur des joueurs à partir d'un prix de base, à chaque tour celui qui a la plus grosse enchère sur un joueur le remporte dans son équipe. Puis, lors de chaque journée du vrai championnat auquel la ligue fictive est rattachée, les joueurs s'affrontent : les joueurs font leurs équipes, indiquent leurs titulaires et leurs remplaçants et s'ils utilisent des bonus.

Tout cela doit être fait avant le début du premier match de la journée. Ensuite si un joueur marque dans la réalité, il inscrit aussi un but réel dans le jeu. À la fin de chaque match les joueurs sont notés grâce à un algorithme reprenant et décomposant les statistiques des joueurs, en partenariat avec Opta Sports. Si un joueur qui n'a pas déjà marqué a une meilleure note que la défense et le gardien de l'équipe adverse il inscrit un but virtuel (ou but MPG). Enfin s'ajoutent des bonus, toujours dans l'esprit potache du jeu : la « valise à Nanar » (une référence à Bernard Tapie et l'affaire VA-OM) permet de corrompre l'arbitre et annuler un but adverse, « Zahia » (référence à Zahia Dehar) motive l'équipe et leur offre un bonus sur leur note, « Suarez » (référence à la morsure de Luis Alberto Suárez sur Otman Bakkal) mord le gardien adverse et lui impose un malus d'un point, etc.

Une fois le score définitif établi, les joueurs gagnent des points qui permettent de faire un classement. Les joueurs s'affrontent deux fois : à domicile et à l'extérieur. Le gagnant est celui qui termine premier du classement de sa ligue à la fin de toutes les rencontres.

Un chat nommé le « mur de la taille » est mis à disposition des joueurs pour qu'ils puissent communiquer, se vanter ou se taquiner.

Le public[modifier | modifier le code]

Mon Petit Gazon s'adressait initialement surtout aux passionnés de football, analysant les matchs précédents et l'historique des joueurs, et cherchant sur différentes plateformes les potentielles informations portant sur les match à venir afin de l'emporter face à leurs adversaires. Depuis, Mon Petit Gazon a évolué pour toucher un public plus large, en apportant des outils pour aider ceux étant plus novices. Cette stratégie s'avère payante puisqu'ils recensent 320 000 joueurs le 13 janvier 2017[9],[10] et en évoquent 600 000 en septembre 2017.

Ils bénéficient de la promotion de personnes influentes dans le milieu comme les journalistes de RMC Sport avec qui ils sont partenaires[11] et même les joueurs eux-mêmes comme Nicolas Benezet de l'En Avant de Guingamp ou Romain Danzé du Stade rennais football club. Le DJ Martin Solveig est lui aussi un amateur du site[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « MonPetitGazon », sur monpetitgazon.fr, (consulté le 18 décembre 2017).
  2. Nicolas Rauline, « Mon Petit Gazon (MPG) veut populariser les « fantasy leagues » », sur https://business.lesechos.fr, (consulté le 19 décembre 2017)
  3. « Fantasy Football NFL France », sur nflfrance.com (consulté le 18 décembre 2017).
  4. « Mentions légales MPG », sur societe.com, (consulté le 18 décembre 2017)
  5. « Quand l'internaute devient sélectionneur de foot... », sur https://www.latribune.fr, (consulté le 19 décembre 2017)
  6. Pierre Boisson, « Mon petit gazon : « Cest toujours bien des échanges, de la haine et des insultes » », sur http://www.sofoot.com, (consulté le 19 décembre 2017)
  7. « Action en justice LFP vs MPG », sur francetvinfo.fr (consulté le 18 décembre 2017).
  8. « Fin de l'affrontement juridique entre la LFP et MPG », sur challenge.fr, (consulté le 18 décembre 2017).
  9. « 320 000 joueurs en janvier 2017 », sur sudouest.fr, (consulté le 18 décembre 2017)
  10. « 300 000 joueurs MPG, ouverture MLN et soutien de stars », sur liberation.fr (consulté le 18 décembre 2017).
  11. « RMC sport évoque sa ligue MPG », sur rmcsport.bfmtv.com, (consulté le 18 décembre 2017).
  12. « Martin Solveig soutient MPG », sur surfacemagazine.fr, (consulté le 18 décembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]