Mito

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mito (revue) et MITO SettembreMusica.

Mito-shi
水戸市
Mito
Mito vue depuis le jardin Kairakuen
Drapeau de Mito-shi
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Kantō
Préfecture Ibaraki
Maire Kōichi Satō
Code postal 〒310-8610
Démographie
Population 265 829 hab. (mai 2010)
Densité 1 222 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 22′ nord, 140° 28′ est
Superficie 21 745 ha = 217,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : préfecture d'Ibaraki

Voir sur la carte administrative de Préfecture d'Ibaraki
City locator 12.svg
Mito-shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 12.svg
Mito-shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 12.svg
Mito-shi
Liens
Site web http://www.city.mito.lg.jp/

Mito (水戸市, Mito-shi?, litt. « porte d'eau ») est la capitale de la préfecture d'Ibaraki, située sur l'île de Honshū, au Japon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Mito est une ville du Japon, capitale de la préfecture d'Ibaraki, située dans l'Est de l'île de Honshū, à une centaine de kilomètres au nord de Tōkyō.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située au centre de la préfecture d'Ibaraki dans la plaine de Kantō, la ville de Mito est traversée par le fleuve Naka. Celui-ci servait autrefois au transport fluvial. À l'apogée de la prospérité du port de la ville, elle prit le nom de « Mito » (« porte d'eau », le sinogramme «  » signifiant « eau » et «  », « porte »).

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du IVe siècle, l'État du Yamato qui occupait tout le territoire japonais excepté le nord s'établit également à Mito. Dans les dernières années de la période Heian, un seigneur de guerre nommé Baba Sukemoto vint s'installer sur le plateau de Mito et y construisit un château. Au XVIe siècle, sous Toyotomi Hideyoshi, Yoshinobu Satake y exerça son pouvoir et prit le contrôle du château de Mito. Mais à la bataille de Sekigahara en octobre 1600, il le perdit au profit d'Ieyasu Tokugawa. Par la suite, un fils d'Ieyasu Tokugawa, Tokugawa Yorifusa, en devint le seigneur. Après le renversement du shogunat des Tokugawa et jusqu'à l'abolition des clans la 4e année de l'ère Meiji (1871), les descendants de Yorifusa Tokugawa furent les suzerains de Mito.

En 1889, la ville moderne de Mito fut fondée et comptait environ 25 000 habitants. En 1900, la ligne de chemins de fer Jōban relie Mito à Tōkyō. Dix ans plus tard, toute la ville est équipée en téléphone et en électricité. En 1945, un raid aérien, mené par les forces armées américaines, a détruit plus des trois quarts de la ville. Deux ans plus tard, la population s'élevait à 70 000 habitants et n'a cessé de croître depuis.

Politique[modifier | modifier le code]

Kōichi Satō est le maire de Mito depuis le .

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Le Kairaku-en, un jardin public, créé durant l'époque d'Edo et considéré comme l'un des trois plus beaux jardins du pays.
  • Le lac Senba, d'une circonférence de 3 km.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Une spécialité culinaire de Mito est le nattō.

L'arbre de la ville est le prunier.

Transports[modifier | modifier le code]

La ville de Mito est accessible, depuis la capitale japonaise, Tokyo, par l'autoroute ou le train depuis la gare d'Ueno par la ligne Jōban de la JR East. Le train local met deux heures environ et le train express Super Hitachi est deux fois plus rapide.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Symbole municipaux[modifier | modifier le code]

L'arbre symbole de la ville de Mito est le prunier.

Personnalités liées à la municipalité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :