Mindaugas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant la Lituanie image illustrant les croisades
Cet article est une ébauche concernant l’histoire, la Lituanie et les croisades.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mindaugas
Mindoŭh. Міндоўг (1831) crop.jpg
Titres de noblesse
Grand-duc de Lithuanie
-
Roi de Lituanie (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Famille
House of Mindaugas (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Ryngold (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Frère
Dausprungas (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Morta (en)
Q16738560Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Vaišvilkas
Rupeikis (d)
Rūklys (d)
Q16738579Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religions
Paganisme (jusqu'en ), catholicisme (-), paganisme (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Gravure de 1578

Mindaugas ou Mendog (Myndowen en allemand, Mindowe en latin), grand-duc (~1235-1251, 1261-1263), roi de Lituanie (1253-1261)

La Lituanie est alors un vaste territoire dans lequel une couche lituanienne païenne domine une population slave de culture russe byzantine. Mindaugas, chef suprême de Lituanie, après avoir vaincu les chevaliers teutoniques en Courlande, redoutant une nouvelle croisade, accepte le baptême en 1250. Au château de Varuta, près de Navahroudak, il reçoit les envoyés du grand maître de l’ordre et l’évêque de Kulm, qui lui apportent une couronne de grand-duc de Lituanie. En 1253, il se fait couronner roi de Lituanie par le pape Innocent IV. Il est le premier à porter ce titre[1].

Il se joint à une révolte des Semigalles contre les chevaliers teutoniques, mais est assassiné en 1263 par son neveu Treniota avec la complicité de Daumantas, restés fidèles au paganisme. Des luttes confuses s’ensuivent pendant un demi-siècle en Lituanie. Deux camps s’opposent, l’un orienté vers les Teutoniques et l’Église allemande, l’autre vers les princes russes et l’orthodoxie byzantine.

Postérité historique[modifier | modifier le code]

Le nom prestigieux de Mindaugas sera repris par le prince germanique Guillaume II de Wurtemberg-Urach, éphémère roi Mindaugas II de Lituanie en 1918.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Mourre Dictionnaire encyclopédique d'histoire, Bordas Paris 1978, Volume k-m p. 2.966.